AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez| .

Il n'y a que la vérité qui blesse [Pv ; Mary-Jane ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Mr. Gold
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Myself
⇜ feat by : Robert Carlyle

ժ Messages : 677
ժ Sous d'or : 321
ժ Âge : Un peu plus de 40 ans... Mais si on comptait vraiment, j'aurais plus de 200 ans.
ժ Profession : Prêteur sur gage, antiquaire, ... Et tant d'autres choses.
ժ Conte : La belle et la bête, Peter Pan, le Nain Tracassin
ժ Qui es-tu en réalité ? : Rumplestiltskin, the Dark One

MessageSujet: Il n'y a que la vérité qui blesse [Pv ; Mary-Jane ♥] Sam 3 Aoû - 15:00



And takes a moment to assess the sin she's paid for !

Assis dans la grande bibliothèque, je feuilletais quelques livres depuis une bonne heure déjà. Les tables qui entouraient la mienne étaient vides, les autres personnes occupant les lieux s'étaient décalées. D'un certain côté cela m'arrangeait beaucoup ! Au moins, je n'entendais pas leurs murmures importuns. D'ailleurs, ils devaient très certainement parler de moi. J'aurais tout aussi bien fait de chercher les livres dont j'avais besoin, les emprunter et puis sortir... Mais je devais rester ici car je ne savais pas quels étaient les livres où les informations que je cherchais étaient enfermées. Les livres qui étaient ici étaient pour le moins banals. Des livres de la civilisation de ce monde. J'avais ma collection de grimoires chez moi, si vous vouliez le fin mot de l'histoire, mais d'un autre côté, je ne les avais pas tous. Donc je cherchais ici, avec un peu d'espoir. S'ils n'étaient pas à la bibliothèque, ils se trouvaient chez Regina. Et Dieu seul savait combien je haïssais cette femme. Je n'avais pas la moindre envie de me confronter à elle pour le moment. Qui plus est, maintenant que le sort était levé, notre accord ne marchait plus, et je ne pouvais plus l'avoir à ma merci avec mes « S'il vous plaît ». Malheureusement... Je passais une main dans mes cheveux bruns pour dégager mes yeux et poursuivre ma lecture. Je refermais l'ouvrage d'un claquement un peu trop sec et saisis le suivant. On devait sans aucun doute se demander ce que je trafiquais ici, mais j'étais dans un coin un peu isolé. Il ne restait plus qu'à espérer que l'un des employés ne vienne pas « gentiment » me demander de sortir. C'était déjà arrivé. Pourtant je devais être la personne la plus silencieuse des lieux.

Qu'importe. Je continuais tranquillement la lecture de mes ouvrages avant de regarder ma montre, u peu distrait. Il se faisait tard... Déjà dix-huit heures. La bibliothèque allait fermer d'ici une heure et je n'avais pas trouvé ce que je cherchais pourtant depuis une semaine. J'avais bientôt fait tous les rayons et mes espoirs se voyaient anéantis. J'allais devoir rendre une petite visite à Regina pour fouiller sa bibliothèque... Quoiqu'elle n'était pas obligée de savoir que je m'étais introduit chez elle. Je pouvais attendre qu'elle aille à la mairie, qu'elle sorte en ville pour entrer dans sa grande maison et chercher tout ce dont j'avais besoin. Et si jamais je me faisais prendre, j'avais toujours de très bons arguments dans ma poche. Je n'avais aucun doute quant à mes talents de me tirer des situations les plus délicates. Je refermais le dernier livre posé devant moi en soupirant et m'apprêtais à me lever pour en prendre de nouveau lorsqu'un jeune homme s'approcha de moi. Je plongeais mes yeux dans les siens, sans toutefois paraître intimidant. C'était le même que la fois précédente. Il y avait des personnes qui avaient décidément beaucoup de courage pour venir me défier deux fois... ! Je m'appuyais sur ma canne, toute ouïe.

« Écoutez, on ne peut pas se permettre de vous laisser vaquer ici, vous comprenez. Je vais devoir vous demander de partir, pour la seconde fois de la semaine. »

Je restais immobile, les deux mains appuyées sur ma canne, la tête légèrement penchée en avant. Je lui fis un sourire froid, voire glacial. Il se figea mais soutint mon regard. Quel courage ! Bravo !

« Je ne fais de mal à personne au milieu de livres, il me semble. La bibliothèque ferme dans une heure et j'y suis depuis quinze heures, vous ne vouliez pas me virer plus tôt ? Vous savez, je pourrais vous réduire en cafard et vous écraser de ma chaussure, si je le voulais. » Des menaces ? Oui. Mais j'étais fatigué et voulais finir mes recherches en paix. Trop demandé, sans doute. Cela ne parut pas ravir le jeune homme qui déglutit mais eu tout de même l'audace de demander :

« Et alors, qu'attendez-vous pour le faire ? »

Je levais la main et il recula d'un pas. Je souris doucement et la reposais sur ma canne. Au fond, il était aussi peureux que les autres. Mais qui ne le serait pas ? Je souris, avec cette même froideur.

« Cela salirait mes chaussures. »

Il fronça les sourcils et me saisit le bras, dans la ferme intention de me jeter dehors, de gré ou de force. Je fronçais les sourcils. Quelle témérité ! Je m'apprêtais à mettre mes précédentes menaces à exécution mais une voix s'éleva et me fit arrêter mon geste.

_________________

Deal is struck
“I'm lame, friendless… The only thing I've got is my boy, and they're going to take him away from me. If they take him away, I will truly, truly become dust.”


Dernière édition par Mr. Gold le Dim 11 Aoû - 4:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mary-Jane O. Monroe
avatar

Mousquetaire biscuité
I want more !
⇜ crédit : Pho pour l'ava et pour la sign' Gypsy Water.
⇜ feat by : Dianna Agron

ժ Messages : 1869
ժ Sous d'or : 997
ժ Âge : 22 ans
ժ Profession : Etudiante en droit, désire devenir avocate
ժ Conte : Robin des bois
ժ Qui es-tu en réalité ? : Lady Marianne

MessageSujet: Re: Il n'y a que la vérité qui blesse [Pv ; Mary-Jane ♥] Dim 4 Aoû - 10:08

 
Mr Gold & Mary-Jane
Il n'y a que la vérité qui blesse.

Certaines jeunes femmes de 22 ans préfèrent passer leur temps à faire du lèche-vitrine. Et d’autres, comme Mary-Jane, préfèrent étudier. Depuis aussi loin que remontent ses souvenirs, ça avait toujours été le cas. Et même à présent que la jolie blonde se souvenait que son existence à Storybrooke n’était le fait que d’une malédiction, elle savait que même dans sa belle comté de Nottingham, cela était déjà le cas. Et tout comme Marianne, Mary-Jane avait pour vocation de défendre les autres. Il n’était donc pas surprenant d’apprendre qu’elle était étudiante en droit. Et même si elle savait que sa place n’était pas ici, la jeune femme n’avait nullement abandonnée ses études : elle détestait abandonner ! C’était pour cette raison qu’aujourd’hui, en dépit du soleil qui inondait les rues de Storybrooke, MJ avait préférée passer son temps dans la bibliothèque. Les partiels approchant à grands pas, elle devait mettre les bouchées doubles ! Même si elle n’avait jamais cessé de travailler au cours des mois passés ! Ce qui lui avait valu quelques remarques de la part de certains de ses amis, qui estimaient qu’elle travaillait trop. Seul Arthur l’avait soutenu...

L’étudiante fronça les sourcils en pensant à Arthur. Ou plutôt à Guy. Toute cette histoire de malédiction avait de quoi embrouiller l’esprit des gens ! Même notre jeune amie s’y perdait ! Secouant la tête pour chasser les images de son passé à Storybrooke avec Arthur, elle se replongea dans la lecture du livre qu’elle tenait entre les mains. Pendant les dix minutes qui suivirent, rien ne vint briser sa concentration. Il faut dire qu’elle était aidée en cela par le fait que sa bulle était forte : elle avait son baladeur en marche. Une petite astuce que certains étudiants détestent, ne parvenant à se concentrer avec de la musique en marche. Mais pour MJ, la musique était nécessaire, sans pour autant être obligatoire. Manque de chance pour elle, cela faisait bien trop longtemps qu’elle était dans la bibliothèque, et bien trop longtemps que son baladeur était en marche. C’est ainsi que la musique s’arrêta, en plein milieu d’une chanson... Ce qui provoqua un gros soupir de la part de l’étudiante. Rangeant son baladeur dans son sac, elle finit par s’étirer, avant de jeter un coup d’œil sur sa montre : 18h ! Déjà !

Lentement, la blondinette se leva. Elle avait retiré toutes les informations qui lui étaient utile de ce livre, du moins, pour l’exposé qu’elle devait présenter la semaine prochaine. Il était temps pour elle de changer de livre. C’est en se rendant dans les rayonnages contenant les ouvrages de droit qu’elle entendit les bribes d’une dispute. Ou plutôt d’une conversation qui pouvait virer en dispute, même si le ton était relativement neutre, de part et d’autre. En temps normal, MJ ne s’en serait pas mêlée : elle avait mieux à faire, ses cours n’attendaient pas. Mais là, l’une des voix lui étaient familières. Et la situation lui semblait relativement injuste : sous prétexte que celui qu’elle considérait comme un oncle de cœur avait une mauvaise réputation en ville, on lui demandait de quitter les lieux. Poussant un soupir en rangeant son livre (sans même en prendre un autre), MJ se dirigea en provenance des voix, à quelques rayonnages seulement de là. Et fut encore plus agacée en voyant un employé de la bibliothèque attraper Mr Gold par le bras pour le mettre hors de là.

« Sauf erreur de ma part, la bibliothèque est ouverte à tous ! A moins, bien entendu, qu’une personne fasse trop de bruits, mange dans la salle ou ne maltraite des livres ! », s’écria-t-elle, les mains posées sur les hanches. « Aussi serais-je curieuse de savoir ce que vous reprochez à Mr Gold ! A part le fait que vous ne l’aimiez pas, je veux dire ! »

Elle défia le jeune homme du regard, qui avait tourné son visage vers le sien en l’entendant parler. Celui-ci sembla chercher ses mots, ce qui fit sourire MJ. Il n’est pas sûr qu’elle garde son sourire longtemps, lorsqu’elle réalisera quelle était la réelle identité de l’homme dont elle venait de prendre la défense ! Maudite malédiction : les retours de mémoire se faisaient par bribes...

« Maintenant, à moins que vous n’ayez de réelles reproches à faire à Mr Gold, je vous suggère d’aller ailleurs. Là où vous serez vraiment utiles, au lieu d’embêter des innocents ! », clama-t-elle d’un ton froid. Puis son regard se posa sur Mr Gold, oubliant totalement, et volontairement, la présence de l’autre homme. Un sourire illumina son visage. « Bonjour Mr Gold. Je vois que vous êtes toujours aussi aimés ! ». Non, vous ne rêvez pas : elle comptait bien lui parler comme si de rien n’était, escomptant ainsi que l’autre crétin partirait.

Spoiler:
 

_________________
Trop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer... C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent...
Revenir en haut Aller en bas
http://happyeverafter.forumactif.org/
Mr. Gold
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Myself
⇜ feat by : Robert Carlyle

ժ Messages : 677
ժ Sous d'or : 321
ժ Âge : Un peu plus de 40 ans... Mais si on comptait vraiment, j'aurais plus de 200 ans.
ժ Profession : Prêteur sur gage, antiquaire, ... Et tant d'autres choses.
ժ Conte : La belle et la bête, Peter Pan, le Nain Tracassin
ժ Qui es-tu en réalité ? : Rumplestiltskin, the Dark One

MessageSujet: Re: Il n'y a que la vérité qui blesse [Pv ; Mary-Jane ♥] Mar 6 Aoû - 14:51

Alors que je m'apprêtais à lancer un sort à cet importun, une voix familière s'éleva, arrêtant net mon geste. Je tournais la tête vers Mary-Jane, alias Marianne. Oh, je la connaissais bien... Très bien même. Je ne pus empêcher un léger sourire venir fleurir sur mes lèvres. C'était bizarre comme la vie pouvait prendre des tournants contradictoires... Autrefois, dans le monde des contes, cette jeune femme me détestait. Oh... Elle avait ses raisons, comme tout le monde ! J'avais passé un contrat qui m'arrangeait avec un certain prince Jean et à cause de ça, je croyais que me souvenir que le peuple avait vécu dans une misère profonde. Mais ce n'était pas mes affaires ! Mes affaires avaient été conclues avec le prince et tant que j'avais mon paiement, moi... Quoiqu'il en soit, Mary-Jane – ou plutôt Marianne – en était venue à me détester. Ce n'est pas malheureux tout de même ? Enfin... Quoiqu'il en soit, ici, à Storybrooke, elle s'était éprise d'une grande gentillesse à mon égard et s'évertuait à me trouver des qualités auprès des autres et à me montrer sous mon meilleur jour. Je crus un instant qu'elle prendrait la défense du bibliothécaire, mais à ma grande surprise, elle prit la mienne. Je dissimulais mon étonnement et en vins à une conclusion : elle ne savait pas qui j'étais. Pas encore... Si le sort avait été brisé, l'esprit des gens restaient dans une confusion certaine. Avoir deux vies, ça embrouille... Je restais silencieux le temps que Mary-Jane s'exprime, les yeux rivés sur le bibliothécaire qui ne trouvait visiblement rien à répliquer et relâcha son emprise sur mon bras. D'un mouvement très sec, je me dégageais. Avec un peu de chance, il avait réussi à froisser mon costume...

Le bibliothécaire ouvrit la bouche pour répliquer quelque chose mais la referma, lui donnant un air béat de poisson hors de l'eau qui cherchait vainement à respirer. Mary-Jane se tourna entièrement vers moi, avec un sourire plutôt enjoué, tout comme le ton de sa voix. Le bibliothécaire ouvrit une nouvelle fois la bouche, mais il aurait tout aussi bien pu s'adresser à un mur, elle ne faisait plus attention à lui. C'est pourquoi il tourna la tête vers moi. Je lui fis un sourire d'une glaciale politesse. Il haussa les épaules et tourna les talons, renfrogné et sans doute nerveux. Il allait de soi que je verserais quelques poisons dans sa boisson en compensation de ce désagrément. Je secouais doucement la tête et reportais mon attention sur Mary-Jane. De toute évidence, elle ne savait pas qui j'étais. À ses yeux j'étais encore le gentil Mr. Gold grincheux, antisocial et mal vu de son entourage, pas le Ténébreux. Pas Rumplestiltskin. Autrefois, je lui aurais fait un de mes plus grands sourires et me serait incliné devant elle comme un gentleman, de manière exagérée et avec un petit rire bien particulier. Mais à Storybrooke je n'étais plus ce genre d'homme, alors je me contentais de lui faire un petit sourire charismatique. Je me rassis et l'invitais, sans trop savoir pourquoi, à en faire de même. J'empilais les livres que je consultais depuis tout à l'heure, livre sur la magie en général. Je cherchais quelque chose de bien particulier que j'avais perdu en venant jusqu'ici. Si j'avais récupéré les biens importants de presque tout le monde dans ma boutique, quelques affaires personnelles s'étaient éparpillées. Au cours des vingt-huit dernières années, j'en avais retrouvé la plupart. Mais il m'en manquait encore une ou deux. Je relevais la tête vers Mary-Jane et plongeais mes yeux dans les siens, pesant le pour et le contre. Je décidais finalement de jouer « celui qui ne savait pas ».

« Comme tu peux le constater... Mais ne soyons pas trop dur avec ce bibliothécaire, ça devient dur de payer son loyer avec tout ce qui se passe. J'ai dû trop le presser le mois dernier. » je fis un sourire à moitié amusé à Mary-Jane.

Je me demandais si elle allait finir par se rappeler si nous continuions à discuter... Je décidais de tenter le coup. Je posais mes coudes sur la table de la bibliothèque et joignis mes mains entre elles pour y déposer mon menton. Je n'avais jamais été fort pour des discussions sans but particulier... Les gens venaient me voir pour des contrats, pour des affaires, ou pour acheter des objets dans ma boutique. Et lorsque j'engageais une discussion avec quelqu'un, c'était par intérêt, parce que j'avais quelque chose de précis à lui dire. Et ce n'était pas vraiment le cas pour Mary-Jane. Parler de la pluie et du beau temps ? ...

« Tu cherches des livres pour vos études ? Tu vas les continuer, sachant que... Tu n'es pas vraiment de ce monde ? je décidais d'aborder tout de suite ce point. Ne tournons pas autour du pot et voyons si elle se souvenait... Aimerais-tu retourner à ta vie là-bas ? Ca laisse songeur... » je lui fis un sourire pour le moins énigmatique.

Personnellement, je n'avais pas la moindre envie de retourner dans ce monde. Après tout, n'avais-je pas engendré tout ça dans l'unique but de retrouver mon fils ? Et s'il acceptait mes excuses, je comptais bien rester dans ce monde avec lui. C'était ce monde qu'il avait toujours voulu, après tout... Sans magie. Je fis un sourire à la jeune femme. Il était vrai que j'étais grandement différent du Ténébreux que j'avais été, surtout au niveau de la peau... Et de la canne aussi. Je ne boitais plus, là-bas. Il n'y avait peut-être que mon expression faciale et ma façon d'être qui était la même. Et encore... J'avais perdu en excentricité. Alors comment le devinerait-elle ? Nous verrons...

[Dis-moi si tu veux que je change quoique se soit ;D]

_________________

Deal is struck
“I'm lame, friendless… The only thing I've got is my boy, and they're going to take him away from me. If they take him away, I will truly, truly become dust.”


Dernière édition par Mr. Gold le Mar 20 Aoû - 17:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mary-Jane O. Monroe
avatar

Mousquetaire biscuité
I want more !
⇜ crédit : Pho pour l'ava et pour la sign' Gypsy Water.
⇜ feat by : Dianna Agron

ժ Messages : 1869
ժ Sous d'or : 997
ժ Âge : 22 ans
ժ Profession : Etudiante en droit, désire devenir avocate
ժ Conte : Robin des bois
ժ Qui es-tu en réalité ? : Lady Marianne

MessageSujet: Re: Il n'y a que la vérité qui blesse [Pv ; Mary-Jane ♥] Dim 11 Aoû - 22:53

Mary-Jane savait se montrer persuasive, et employer le ton qu’il fallait pour qu’on l’écoute. Lorsqu’on sait qu’elle veut être avocate, c’est plutôt utile ! La jolie blonde, après avoir hausser le ton sur le pauvre employé, se focalisa sur Mr Gold, cet homme bougon pour lequel elle s’était étrangement prise d’affection. Et d’aussi loin que remontaient ses faux souvenirs de sa vie à Storybrooke : c’était depuis toujours. Même sa mère ne l’appréciait guère: elle ne portait pas Mr Gold dans son cœur ! Contrairement à son père, qui avait un brin de respect pour lui, même s’il ne l’appréciait pas plus que cela !

Ce fut avec un sourire que MJ alla prendre place à la table de son interlocuteur, sur une invitation de celui-ci. Elle savait, en allant s’asseoir, que cela rendrait sa mère folle lorsqu’elle l’apprendrait. Mais MJ était assez grande pour faire ce qu’elle voulait. Et puis, en tant que Marianne, elle avait déjà vu pire, pas vrai ? Le regard de MJ balaya les titres des livres que Mr Gold étudiait, tandis que celui les rassembla. Son regard se fronça en voyant les titres : de ceux qu’elle eut le temps de voir sans paraître indiscrète, ils traitaient de la magie. Cela n’avait rien d’étonnant en soi, surtout après ce que la ville venait d’apprendre. Mais MJ n’était pas du tout rassurée dès qu’on parlait de magie. Avant, ça ne lui faisait rien, mais à présent, c’était autre chose. Elle n’aimait pas, et la part de Marianne qui se réveillait en elle n’appréciait pas non plus ! Pour les deux, la magie n’était pas quelque chose de positif, du moins, leurs expérience avec n’avaient pas été positives ! Cependant, MJ ne dit rien, se contentant d’observer, curieuse. Elle fut détournée de son observation par Mr Gold, qui prit la parole au sujet de l’employé de bibliothèque. Elle fronça les sourcils en déclarant d’une voix froide : « Certes, mais ça n’est pas une raison de s’en prendre à vous ! ». MJ détestait les injustices. Et pour l’heure, avec le peu d’informations dont elle disposait sur l’identité féérique de son vis-à-vis, la situation lui semblait injuste pour lui. Il n’avait rien fait de mal, aussi bien dans la bibliothèque, que dans la ville, et n’avait rien à voir avec cette malédiction : aussi on ne pouvait passer ses nerfs sur lui ! Je sais : lorsque MJ se souviendra de tout, elle se maudira d’avoir pensé ainsi !

Pour l’heure, la conversation s’orienta vers un tout autre sujet, tandis que MJ cala son dos sur son dossier. Un peu blasée, la jeune femme, après avoir secoué positivement la tête pour indiquer qu’elle était bien là pour étudier, haussa les épaules : « Pour l’instant, on est ici, alors je fais comme avant ! ». Oui, une partie d’elle craignait ne jamais pouvoir retourner chez elle, auprès des siens ! Et se terrer dans les études, c’est une bonne chose pour oublier tout ce qu’on n’a pas, non ? Trop songeuse sur ce qu’elle n’avait pas ici, la jeune femme ne remarqua pas le sourire de Mr Gold. « Bien entendu que j’aimerais rentrer chez moi ! Ma place est dans la forêt de Sherwood, et non ici ! ». La jeune femme déglutit alors que son esprit errait, un peu trop, dans la direction de Robin. Secouant la tête, elle reposa son regard, qu’elle avait laissé s’égarer, sur Mr Gold. « Et vous, n’aimeriez-vous pas rentrer chez vous ? ». Elle arqua un sourcil, se demandant soudainement quelle était l’identité de son interlocuteur dans le monde des contes. Désireuse de le deviner, elle le dévisagea. Mais son esprit était sans doute encore trop près d’un certain blond séduisant pour qu’il remarque les quelques petits détails qui pourraient la mettre sur la voie... Et pourtant, elle les voyait bien... Encore un peu de patience, et elle parviendra bien à les mettre bout à bout et à comprendre...

_________________
Trop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer... C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent...


Dernière édition par Mary-Jane O. Monroe le Sam 17 Aoû - 10:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://happyeverafter.forumactif.org/
Mr. Gold
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Myself
⇜ feat by : Robert Carlyle

ժ Messages : 677
ժ Sous d'or : 321
ժ Âge : Un peu plus de 40 ans... Mais si on comptait vraiment, j'aurais plus de 200 ans.
ժ Profession : Prêteur sur gage, antiquaire, ... Et tant d'autres choses.
ժ Conte : La belle et la bête, Peter Pan, le Nain Tracassin
ժ Qui es-tu en réalité ? : Rumplestiltskin, the Dark One

MessageSujet: Re: Il n'y a que la vérité qui blesse [Pv ; Mary-Jane ♥] Jeu 15 Aoû - 11:04

J'aurais presque pu être attendrit par Mary-Jane, par sa façon de voler à mon secours parce qu'elle m'appréciait. Presque. Mais je trouvais cette façon d'agir tellement stupide que je ne pouvais que me moquer d'elle, intérieurement. Je comprenais parfaitement pourquoi elle le faisait, quelque chose comme « l'amour de son prochain ». Mais ce n'était pas une méthode que je pratiquais. Mise à part pour Bae, bien entendu. Si j'avais fait toutes ces choses, ce n'était que dans un but, un seul, et je ne me souciais guère des autres. S'ils ne m'étaient pas utile pour quelque chose, qu'ils meurent, qu'ils soient opprimés ou qu'ils se fassent torturer... Quelle importance ? La souffrance des autres ne me touchait plus depuis longtemps. Par contre, je savais reconnaître les âmes désespérées. Elles venaient toutes me voir, inexorablement, et ce malgré ma réputation. Enfin... Du moins c'était le cas autrefois. Maintenant, on m'évitait comme une sorte de maladie contagieuse. Compréhensible. Mary-Jane allait bientôt rejoindre le lot des personnes qui me haïssaient lorsqu'elle se souviendrait de ma véritable identité. Je n'allais pas la lui révéler, inutile. Elle le devinerait bien assez tôt, n'est-ce pas ? Je plongeais mes yeux dans les siens alors qu'elle hochait la tête. Faire comme avant... Oui, c'était à peu près ça. Faire comme avant que le sort ne soit brisé. Je souris. Un petit sourire en coin. Ca ne changeait rien dans tous les cas, je m'étais toujours rappelé de qui j'étais : le Ténébreux. J'avais jouis du sort de tous les « pantins » de Regina, qui se rappelait aussi, bien entendu. Nous étions les « deux méchants » dans cette histoire. Mais tout allait lui retomber sur le dos puisque c'était elle qui avait lancé le sort, pas moi... Moi j'étais alors emprisonné. Qui pourrait me soupçonner d'avoir contribué à tout ça ?

Elle voulait rentrer... Oui, cela allait de soi. C'était sans doute le cas de tout le monde, ici ! Malheureusement, pour le moment, c'était une chose impossible... Je me demandais par quels moyens des portails pourraient se créer entre ce monde et celui des contes... Il n'y avait plus de sort pour le faire, bien que la magie soit arrivée. Elle était différente ici, et beaucoup plus subtile à manipuler. Je m'y attelais pourtant avec ma dextérité d'antan : comme le vélo, ça ne s'oublie pas. Sherwood... Elle se souvenait au moins de ça, donc. Et sans doute de tous les autres événements, ainsi que des personnes qu'elle aimait. Mary-Jane sembla se perdre dans ses pensées pendant un moment avant de reporter son attention sur moi. Je lui souris, et je souris encore un peu plus suite à sa question. Si je voulais rentrer ? Devais-je jouer franc jeu, cartes sur table, ou bien lui mentir un peu pour brouiller les pistes ? Je m'amusais. C'était stupide, mais je m'amusais. Un peu de divertissement ne fait jamais de mal ! Et cette jeune femme était mon divertissement. La pauvre, elle qui semblait m'apprécier. Elle déchanterait vite...

« Non, je ne souhaite pas rentrer. Rien ne m'attend dans l'autre monde et mes souvenirs restent confus... Alors autant vivre ici, ce n'est pas plus mal... nouveau sourire. Je posais ma main sur la couverture d'un livre de magie et baissais les yeux sur le titre, réfléchissant à la suite de la conversation. Par simple curiosité, parle-moi un peu de toi, là-bas. Te souviens-tu de beaucoup de choses ? mon sourire poli s'élargit. J'essayais de cacher l'amusement qui brillait au fond de mes yeux. A ma connaissance, j'étais un peu comme ici. Je vendais des d'affaires. » Avais-je appuyé sur le mot « affaire » ? Très légèrement. Je lui pondais des indices ! Saurait-elle les relever, tel Sherlock Holmes, ou bien se bornerait-elle à ne pas voir la vérité en face ? Souvent, on se protège de la vérité, car il n'y a qu'elle qui blesse.

_________________

Deal is struck
“I'm lame, friendless… The only thing I've got is my boy, and they're going to take him away from me. If they take him away, I will truly, truly become dust.”


Dernière édition par Mr. Gold le Mar 20 Aoû - 17:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mary-Jane O. Monroe
avatar

Mousquetaire biscuité
I want more !
⇜ crédit : Pho pour l'ava et pour la sign' Gypsy Water.
⇜ feat by : Dianna Agron

ժ Messages : 1869
ժ Sous d'or : 997
ժ Âge : 22 ans
ժ Profession : Etudiante en droit, désire devenir avocate
ժ Conte : Robin des bois
ժ Qui es-tu en réalité ? : Lady Marianne

MessageSujet: Re: Il n'y a que la vérité qui blesse [Pv ; Mary-Jane ♥] Sam 17 Aoû - 10:59

La jeune femme fronça les sourcils, étonnée d’entendre que Mr Gold, qui qu’il puisse être, ne souhaite pas retourner chez lui. Pour elle, ça ne pouvait être le cas que pour de très rares personnes. Anya, par exemple, mais elle, elle avait d’excellentes raisons pour cela. Il était possible que son interlocuteur ait aussi de bonnes raisons : des gens à fuir ? Un passé trop douloureux ? Oui, beaucoup de questions assaillaient l’esprit de l’étudiante. Serait-ce toujours le cas lorsqu’il retrouvera l’intégralité de ses souvenirs ? D’ailleurs, en parlant de souvenirs, il l’interrogea sur ceux qu’elle avait réussi à rassembler, avant d’évoquer ce qu’il avait retrouvé de sa vie d’antan. La jeune femme fronça les sourcils, sentant en elle quelque chose s’agiter, la mer des souvenirs grondés, sans pour autant s’exprimer de manière claire. C’était comme avoir une idée de génie, une lueur qui s’impose à vous, avant de s’échapper aussi rapidement qu’elle était venue. Frustrée, Mary-Jane secoua la tête, pour déclarer, d’une voix teintée d’amertume : « Je me souviens m’appeler Marianne, de la forêt de Sherwood, de moi en train de tirer à l’arc, et de Robin. C’est tout pour l’instant... » Et ça énervait la jeune femme. Elle ne pouvait se souvenir de ses parents, par exemple, même si elle sentait, au fond d’elle, que la mère qui était la sienne à Storybrooke n’était pas sa mère en réalité. Elle ignorait comment elle le savait, c’était plus une impression qu’une certitude en réalité. Ainsi donc, elle ignorait tout de son ascendance princière et de sa vie avant Sherwood. Pour l’instant, elle se souvenait uniquement d’avoir été une hors-la-loi en compagnie de son cher et tendre Robin.

Penser à Robin lui serrait bien trop le cœur, ça en était inhumain, comme si une part d’elle lui était soudainement arraché. Ce qui était sans doute le cas, à cause de la force de leur lien : sans lui, elle se sentait vide. Et comme elle ne se souvenait pas totalement de sa vie, que les autres parties de celles-ci étaient encore floues, c’était accentué... Son regard se posa à nouveau sur Mr Gold, ce qui, allez savoir pourquoi, la fit penser à un autre homme : « Ha, et je me souviens aussi du Prince Jean... Vous ne l’avez pas déjà rencontré ? J’ai... Cette impression, en fait ! », dit-elle sans prendre la peine d’expliquer d’où ça lui venait. Elle-même l’ignorait, elle avait juste l’impression d’avoir déjà vu une silhouette plus ou moins similaire à celle de Mr Gold aux côtés du Prince Jean. Jouant avec le pendentif qui ne la quittait jamais, et qui représentait un arc (drôle comme la vie passée de MJ l’a marqué inconsciemment jusqu’alors), elle tâcha de se souvenir de ce jour où elle avait vu Mr Gold (à défaut de se souvenir de qui il était alors), avec l’infâme prince Jean (elle ne se souvenait toujours pas qu’il était son oncle d’ailleurs.). Pour l’heure, tout ce dont elle se souvenait, c’était que ce qu’elle avait vu et entendu ne lui avait pas plu : encore un sale tour du Prince. Mais plus elle essayait de se souvenir, plus ça se floutait dans son esprit, comme si elle tentait de se remémorer le rêve qu’elle venait de faire au réveil. Tout ce qui persistait en elle, c’était qu’elle ne portait guère Mr Gold dans son cœur dans le monde des contes. Mais pourquoi, ça, c’était un mystère ! A nouveau, elle scruta l’homme du regard, dans l’espoir qu’un geste, une parole de sa part, l’aide à se souvenir et à comprendre ce mystère : elle le détestait là-bas, et avait une certaine affection pour lui ici... Et son regard montrait cette dualité, cette vieille haine qui essayait de refaire surface, avec cette récente affection qui avait des allures de parjures pour Marianne...


Spoiler:
 

_________________
Trop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer... C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent...
Revenir en haut Aller en bas
http://happyeverafter.forumactif.org/
Mr. Gold
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Myself
⇜ feat by : Robert Carlyle

ժ Messages : 677
ժ Sous d'or : 321
ժ Âge : Un peu plus de 40 ans... Mais si on comptait vraiment, j'aurais plus de 200 ans.
ժ Profession : Prêteur sur gage, antiquaire, ... Et tant d'autres choses.
ժ Conte : La belle et la bête, Peter Pan, le Nain Tracassin
ժ Qui es-tu en réalité ? : Rumplestiltskin, the Dark One

MessageSujet: Re: Il n'y a que la vérité qui blesse [Pv ; Mary-Jane ♥] Mar 20 Aoû - 17:07

Un mince sourire étira mes traits. J'avais plutôt intérêt à ce qu'elle ne se rappelle pas de qui j'étais, pourtant, je ne pouvais m'empêcher de faire quelques subtiles allusions. Il fallait bien un peu de distraction de temps en temps... Cela dit, je pouvais toujours m'amuser un peu plus longtemps, pourquoi pas, après tout ? Elle évoqua la forêt de Sherwood et son ancienne elle « Marianne » et je demeurais impassible, m'efforçant d'avoir le regard un peu vide et curieux, comme si j'ignorais tout de son identité, que cela ne me rappelait strictement rien. Après tout, le fait qu'elle m'aime bien, qu'elle me prenne pour une sorte d'oncle ou de grand père gentillet n'était pas en ma défaveur ! Mais elle finirait fatalement par apprendre qui j'étais. Devais-je le lui dire de ma bouche ou bien laisser les rumeurs faire siffler ses oreilles ? Ou encore la laisser deviner ? Qui plus est, je n'avais pas fait tant de choses pour mériter sa haine ! Passer des contrats était... Comment dire ? Une passion. Et je jouais sur les mots autant que je jouais avec les gens, c'était dans ma nature de Ténébreux. Ces honnêtes gens auraient dû venir me trouver plus tôt avant que leur prince Jean ne le fasse. Ils n'avaient tout simplement pas réfléchis, que voulez-vous ? Et le prince Jean m'avait donné un sacré prix en échange de son pouvoir. Je ne révélerais pas lequel, trop d'oreilles et d'yeux indiscrets pour le moment. Mieux valait taire certaines choses. Je croisais le regard de Mary-Jane et je lus une petite étincelle dans son regard. Mais elle s'éteignit aussitôt. Son impression était tout à fait exact, mais devais-je le lui dire ? Je préférais jouer la carte de celui qui ne savait pas de quoi elle parlait... Pensif, je fronçais légèrement les sourcils :

« Le prince Jean, dis-tu ? Ca ne me rappelle rien... je fis une petite moue de ma bouche tout en secouant négativement la tête. Je suis navré, je dois être aussi perdu que tu la plupart des gens. Mais je suppose que si tout le monde me déteste, c'est qu'il y a une bonne raison... Laquelle, mystère ! » je lui fis un mince sourire empreint d'amabilité.

Mon intérêt n'était vraiment pas qu'elle se souvienne, en effet ! Mais alors qu'allais-je faire ? Tenter de la manipuler, évidemment. Maître mot dans mon vocabulaire avec « magie » et « pouvoir ». Il fallait tout de même que j'ai quelques personnes de mon côté dans cette histoire. Il n'y avait que Belle pour le moment. Et c'était sans compter nos nombreuses disputes qui semblaient ne jamais en finir... Cela commençait d'ailleurs à me lasser. J'allais finir par la laisser partir de façon définitive, c'était sans doute mieux pour elle. Et mieux pour moi. Je devais avant tout retrouver mon fils, objectif principal de ma vie. Je n'avais pas fait tout cela pour rien, n'est-ce pas ? J'avais été hors de moi en apprenant qu'on ne pouvait quitter la ville sans perdre la mémoire, mais ce n'était qu'un léger contre temps dans mes plans... Passons. Mon attention se reporta sur Mary-Jane. Ou devrais-je dire Marianne ? J'escomptais bien la manipuler à ma guise, jusqu'à ce qu'elle s'en rende peut-être compte... Qui sait ! Je remarquais aussitôt, au fond de ses yeux, une sorte de contradiction. Elle savait qu'autrefois elle ne m'appréciait pas, pourtant, elle ne pouvait empêcher l'affection que Mary-Jane me portait ici. Amusant, et intéressant à la fois...

« Je vois dans ton regard une certaine haine. Si j'ai fait quelque chose de déplaisant jadis, j'en suis désolé, vraiment... Je ne suis sans doute pas tout blanc, mais je pense avoir changé grâce – ou à cause – de ce sort qui nous a frappé. »

Je plongeais à nouveau mes yeux dans ceux de Mary-Jane. Ils brillaient d'une fausse sincérité. Je mentais bien, c'était un art que je maîtrisais tout autant que la magie, mais je ne savais pas si Marianne tomberait ou non dans le panneau. Sinon, tant pis. Une ennemie de plus ou de moins, au point où j'en étais, voyez-vous... ! Je lui tendis ma main, comme lorsque je voulais conclure un marché, en signe de paix. Inutile de perdre des alliés potentiels... Ou du moins des sortes d'alliés.

« Cela ne change rien à notre relation, n'est-ce pas ? »

Spoiler:
 

_________________

Deal is struck
“I'm lame, friendless… The only thing I've got is my boy, and they're going to take him away from me. If they take him away, I will truly, truly become dust.”
Revenir en haut Aller en bas
Mary-Jane O. Monroe
avatar

Mousquetaire biscuité
I want more !
⇜ crédit : Pho pour l'ava et pour la sign' Gypsy Water.
⇜ feat by : Dianna Agron

ժ Messages : 1869
ժ Sous d'or : 997
ժ Âge : 22 ans
ժ Profession : Etudiante en droit, désire devenir avocate
ժ Conte : Robin des bois
ժ Qui es-tu en réalité ? : Lady Marianne

MessageSujet: Re: Il n'y a que la vérité qui blesse [Pv ; Mary-Jane ♥] Lun 26 Aoû - 9:59

C’était bizarre cette impression d’avoir des souvenirs d’un passé oublié qui remontaient peu à peu à la surface. Un peu comme un lendemain de cuite, quand on essaie de remonter le fil de la soirée, mais que les noirs sont trop nombreux, et obscurcissent l’ensemble de la soirée en question. Sauf que là, ça n’était pas que sur une soirée, mais sur plusieurs longues années.... MJ s’était parfois interrogée sur ce que pouvaient ressentir les personnes amnésiques, et là, elle avait dans l’idée qu’elle approchait de ce qu’ils devaient éprouver lorsqu’ils tentaient de retrouver qui ils étaient... Là, c’était rassurant, enfin, en un sens seulement : ils étaient tous dans le même cas. Les souvenirs de tous étaient plus ou moins flous, rares étaient les personnes qui se souvenaient de tout. Du moins, la blondinette n’avait jamais entendu parler de telles personnes ! Pourtant, Dieu seul sait à quel point elle aimerait rencontrer des personnes de la sorte, comme ça, avec un peu de chance, ils avaient connus cette autre elle, cette Marianne, et seraient en mesure de l’aider à se souvenir, non ? MJ aurait aimé que l’une de ses personnes soit Mr Gold, car elle l’aimait bien. Même si elle ne s’expliquait pas pourquoi, en fait. Cependant, lorsque la malédiction avait été levée, allez savoir pourquoi, elle s’était mise en tête que si une personne pouvait l’aider, ça serait bien lui. Après tout, à Storybrooke, il faisait parti des personnes que l’on allait voir parfois si on voulait de l’aide, moyennant, bien entendu, de l’argent... Il est indubitable que MJ s’était mise en tête que ce côté de Mr Gold été un héritage de sa vie dans leur monde d’origine. Car oui, une partie d’elle restait intimement convaincue qu’ils n’avaient pas tous tant changés que ça, que certains aspects de leur personnalité étaient liés à ceux qu’ils étaient avant. Tout ça pour dire donc que la future avocate était désappointée, l’un de ses espoirs de retrouver des bribes de son passé partait en fumée avec la réponse faite par l’homme. « Ah mince, moi qui espérais que vous puissiez m’aider à retrouver mes souvenirs ! Il va falloir que je me montre patiente ! », souffla-t-elle, non sans montrer son agacement. La patience et MJ, ça faisait deux, en réalité... Et encore plus là qu’elle avait l’impression de passer à côté de quelque chose d’important. Impression qu’elle mit sur le compte qu’elle se sentait mal vis-à-vis de Robin : après tout, elle avait oublié une partie de leur histoire. Alors qu’il lui semblait lui avoir fait la promesse de ne jamais l’oublier, quoi qu’il puisse lui arriver... Pour tenir ses promesses, MJ repassera...

La jeune femme secoua la tête, acquiesçant sur le fait que la haine générale à l’encontre de Mr Gold devait bien venir de quelque part. « C’est sans doute simplement à cause de votre comportement ici, vous savez... Vous n’avez jamais été très... Aimable avec les autres habitants ! ». Oui, elle était plutôt franche MJ, et l’assumait totalement. Mr Gold n’avait jamais été une personne souriante et avenante avec les autres. Et comme on avait tendance à cataloguer rapidement les gens, il était possible que la haine globale des habitants de Storybrooke vis-à-vis de cet homme si mystérieux et bourru ne vienne que de là. Et pour une petite partie, cela venait sans doute de quelques réminiscences du passé, en effet. Cependant, notre jeune étudiante n’en avait aucune certitude, et cela l’énervait réellement ! Mais elle n’eut pas le temps de s’énerver plus, Mr Gold la pris au dépourvu en évoquant la haine dans son regard. Mince alors, il était doué... La jeune femme esquissa un petit sourire en coin, l’air désolé, car, après tout, elle ne se souvenait même plus de l’origine de cette haine, donc, c’était stupide, n’est-ce pas ? Pour l’heure, il ne lui avait rien fait de mal, du moins, à ce qu’elle sache ! Au fur et à mesure des mots de l’homme, la blondinette se tortilla, mal à l’aise, surtout gênée de la situation : en vouloir à quelqu’un sans savoir pourquoi, c’est stupide ! Et il avait l’air tellement sincère, de surcroît, ce qui ajoutait au malaise de MJ. Il avait peut-être changé, après tout, qui sait ? Elle-même se sentait différente de Marianne, alors pourquoi n’en irait-il pas de même pour lui ? Quoi qu’il ait pu faire ? N’avait-on pas tous droit à une seconde chance ? Voici toutes les interrogations qui traversèrent l’esprit de la jeune femme en observant la main qu’il lui tendait, pour sceller le pardon des erreurs du passé. Un sourire fleurit aux lèvres de l’étudiante alors qu’elle tendit sa main pour serrer celle de son oncle de cœur. C’était ainsi qu’elle voulait le voir à présent, quoi qu’il ait pu lui faire dans le passé pour attiser la haine de la Marianne qui sommeillait quelque part en elle. « Ca me va parfaitement ! On a tous le droit à une seconde chance, après tout ! Et je pense que cette malédiction nous a tous fait changé, alors je vous laisse le bénéfice du doute ! », déclara-t-elle d’une voix chaleureuse, tout en se promettant de se méfier, tout de même. Juste au cas où. Et parce qu’elle était de nature méfiante, et encore plus lorsqu’elle avait des raisons de l’être, aussi vagues soient-elles qu’une impression étrange à l’encontre de quelqu’un. Ne dit-on pas, après tout, qu’il faut être proche de ses amis, mais encore plus de ses ennemis ? Ne sachant pas dans quelle catégorie elle pouvait ranger Mr Gold, elle choisit d’opter pour cette solution, ainsi, à son contact, elle pourra enfin trancher, pour l’une ou l’autre de ses catégories....

Une fois la poignée de mains effectuée, Mary-Jane posa à nouveau son regard sur les livres de Mr Gold, curieuse. « Sur quoi porte vos recherches ? Avec un peu de chances, je pourrai vous aider ! », proposa-t-elle aimablement. Tant qu’elle ne saura pas dans quelle catégorie rangée l’homme, elle avait choisit de le considérer comme un ami, enfin, de ne pas changer l’opinion qu’elle avait eut de lui jusqu’alors. Il était dans sa nature d’aider les gens dans le besoin, et encore plus lorsqu’il s’agissait de personne qu’elle appréciait. Et il était possible aussi qu’ainsi, elle espérait parvenir à trancher au plus vite ce qu’elle devait penser de lui. En menant une petite enquête. Et oui, tous les moyens sont bons ! C’était le meilleur compromis qu’elle avait réussit à faire, pour concilier Marianne et Mary-Jane. Ca pouvait s’avérer être un jeu dangereux au final ? Et alors ? On parle là de Marianne et de Mary-Jane. L’une comme l’autre ne se sont jamais souciés de prendre des risques ! Ne confondez pas notre Marianne avec celles que l’on retrouve dans les livres parlant de Robin des bois : elle, elle n’hésite pas à prendre des risques pour la cause qu’elle défend, à savoir, la justice ! Et là, il s’agissait bel et bien de ça : si Mr Gold était aussi mauvais qu’une partie d’elle semblait le croire, et bien, elle le prouverait. Et s’il méritait une seconde chance et avait changé, comme la partie plus Mary-Janesque l’estimait, elle le prouverait à tous. Et comptait bien réhabiliter l’image de l’homme dans tout Storybrooke ! Dans tous les cas, elle ne resterait pas les bras croisés !


Spoiler:
 

_________________
Trop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer... C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent...
Revenir en haut Aller en bas
http://happyeverafter.forumactif.org/
Mr. Gold
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Myself
⇜ feat by : Robert Carlyle

ժ Messages : 677
ժ Sous d'or : 321
ժ Âge : Un peu plus de 40 ans... Mais si on comptait vraiment, j'aurais plus de 200 ans.
ժ Profession : Prêteur sur gage, antiquaire, ... Et tant d'autres choses.
ժ Conte : La belle et la bête, Peter Pan, le Nain Tracassin
ժ Qui es-tu en réalité ? : Rumplestiltskin, the Dark One

MessageSujet: Re: Il n'y a que la vérité qui blesse [Pv ; Mary-Jane ♥] Lun 26 Aoû - 21:46

M-J & Mr. Gold

Facile. Vraiment facile. Elle me serra la main comme une fleur. Naïve petite fleur... Je lui fis un sourire et la lâchais doucement. Il n'aurait pas été dans mon intérêt qu'elle se souvienne immédiatement de mon identité. J'avais tant d'ennemis dans cette ville que je ne préférais pas attiser une potentielle « alliée ». Entre guillemets car je me doutais qu'elle ne serait pas vraiment mon alliée. Nous continuerions simplement ce que nous faisions avant que le sort ne soit brisé. Je me montrerais simplement un peu plus sympathique, un peu plus ouvert pour ne pas attirer sa disgrâce trop rapidement. Entre Regina qui allait bientôt retrouver ses pouvoirs – car elle me harcelait depuis plusieurs jours, depuis que nous nous étions fortuitement rencontrés sur la place de l'horloge –, Belle qui était définitivement partie, semblait-il, ceux qui avaient peur de moi et ceux qui voulaient ma mort... J'avais bien besoin de quelques liens positifs hormis le fidèle Jefferson avec qui je faisais toujours de très bonnes affaires ! Passons. Comme Mary-Jane venait de le dire, j'avais le droit au bénéfice du doute ! Et je devais bien lui donner raison... Si je n'avais pas été aussi peu aimable avec les habitants de Storybrooke pendant l'effet du sort, peut-être aurais-je eu la chance de faire croire à la plupart que j'étais devenu un homme meilleur que le Ténébreux. Même si c'était faux. J'étais devenu un monstre, et monstre, je resterais un petit moment encore. Jusqu'à ce que je retrouve mon fils. Oh, Bae...

Ne commençons pas à penser à ça ! Je lui fis un charmant sourire et posais ma main sur la couverture en cuir d'un livre que j'avais trouvé. Me replonger dans la magie était un sport plutôt passionnant. J'en connaissais presque toutes les astuces mais il restait certaines potions dont je devais absolument trouver la formule... Il me restait quelques ingrédients à trouver avant de finaliser la potion qui me permettrait de quitter Storybrooke. Ensuite, je me renseignerais de fond en comble sur le Monde dans lequel nous étions. J'irais même rendre visite à quelques ''touristes'' afin qu'ils me donnent des informations. Je pouvais leur donner de l'or en échange, étant donné que j'en filais... Enfin, tout cela était une grande organisation ! Lorsque Marianne fit mine de s'intéresser à mes livres et me proposa son aide, mon sourire s'élargit quelque peu. Comme elle était gentille et serviable, cette Marianne. Une vraie Lady. Mais je n'avais pas besoin de son aide... Qui plus est, en sachant que je pratiquais la magie, n'allait-elle pas être encore plus méfiante qu'elle ne l'était déjà ? Je restais pensif quelques instants, le regard braqué sur elle. Qui ne tente rien n'a rien. Et peut-être que, après tout, elle pourrait bien m'apporter une aide. Elle était étudiante, non ? Donc, si elle était sérieuse, elle devait passer un peu de temps dans la bibliothèque et connaître quelques rayons ? Ou alors pourrait-elle demander des renseignements à des bibliothécaires qui seraient sûrement plus enclins à l'aider, elle qu'à m'aider moi. Et je n'avais même pas besoin de passer de contrat avec elle, elle semblait me proposer son aide gratuitement, pas vrai ?

« Eh bien... Vois-tu, je travaille sur quelques affaires qui me concernent intimement. Ca a un rapport avec la magie comme l'indiquent le titre des livres. Plus exactement des ingrédients pour une potion particulière. je lui fis un aimable sourire et continuais de jouer mon rôle de « l'homme-qui-a-changé ». J'espère que tu ne me juges pas : la magie est vue d'un mauvais œil par la plupart des gens... Je ne souhaite pas faire le mal, bien au contraire. C'est pour une « quête » personnelle que je vais bientôt entreprendre, pour tout t'avouer... Saurais-tu où trouver d'autres livres concernant la magie ? » il était presque honteux qu'une personne comme moi demande cette information à quelqu'un comme elle... Sans méchanceté, aucune. « Et... Si tu pouvais convaincre la gérante de la bibliothèque d'accepter ma présence, je t'en serais infiniment reconnaissant. » ou pas. Depuis quelques jours, je m'imposais par la menace. On était donc bien obligé de me laisser faire comme bon me semblait... Un peu machiavélique et pas très malin, je devais bien l'avouer, mais je ne quittais presque jamais ma boutique, il fallait bien casser les habitudes de temps en temps : ça ne me tuait pas et ça n'allait pas les tuer non plus... Techniquement. « Je m'impose plutôt brusquement depuis quelques jours, pour tout t'avouer... » Eh oui ! J'étais irrécupérable, que voulez-vous.
bohemian psychedelic

_________________

Deal is struck
“I'm lame, friendless… The only thing I've got is my boy, and they're going to take him away from me. If they take him away, I will truly, truly become dust.”
Revenir en haut Aller en bas
Mary-Jane O. Monroe
avatar

Mousquetaire biscuité
I want more !
⇜ crédit : Pho pour l'ava et pour la sign' Gypsy Water.
⇜ feat by : Dianna Agron

ժ Messages : 1869
ժ Sous d'or : 997
ժ Âge : 22 ans
ժ Profession : Etudiante en droit, désire devenir avocate
ժ Conte : Robin des bois
ժ Qui es-tu en réalité ? : Lady Marianne

MessageSujet: Re: Il n'y a que la vérité qui blesse [Pv ; Mary-Jane ♥] Dim 22 Sep - 18:54

Avec attention, Mary-Jane écoute Mr Gold lui parler de ce qu’il recherchait, même s’il le fit sans vraiment le faire, restant vague dans ce qu’il souhaitait trouver. L’étudiante ne fut guère surprise de découvrir que sa recherche portait sur la magie, elle avait en effet bien remarqué le sujet commun à tous les ouvrages qu’il avait rassemblé auprès de lui. Cependant, en l’entendant le dire, elle ne put retenir une moue de désapprobation. Car la Marianne en elle n’avait jamais appréciée la magie, ayant appris à la craindre en entendant les récits de son père quant à sa rencontre avec des personnes pratiquant cet art étrange. Son alter-égo de Storybrooke, par contre, était plus ouvert sur la magie, même si elle n’y avait jamais accordée un grand intérêt avant la levée de la malédiction. A présent, cependant, les choses étaient différentes : elle se montrait plus méfiante sur la magie, ayant vu ce qu’elle pouvait faire. Aussi fronça-t-elle les sourcils : que voulait faire Mr Gold vraiment ? N’ayant encore pas réussi à trancher ce qu’elle devait penser de lui, elle était relativement méfiante. « Si je dois vous aider, il faudra me dire au moins quelle genre de magie vous voulez faire ? Sans forcément rentrer dans les détails ! Parce que c’est comme si vous me demandiez de vous chercher des informations sur des écrivains sans me préciser de quels courants ils doivent être en fait ! », déclara-t-elle alors. Un brin de curiosité ? Une tentative pour elle de grappiller quelques informations pour essayer de cerner l’homme. Et ce, bien entendu, toujours pour savoir s’il était dangereux ou non.

Une paire de jeunes gens passa à proximité du duo, chuchotant sans les perdre du regard. Ce qui attira l’attention de MJ, qui les fixa à son tour, tout le temps durant lequel ils passèrent vers la table qu’elle occupait. Un sourire ironique leur fut offert en guise de salut, MJ ne se souciant guère de ce que l’on pouvait penser d’elle. Une fois les deux crétins partit, elle se concentra à nouveau sur Mr Gold, pour continuer : « Je reviens ici demain, je commencerai à me renseigner auprès des employés. », expliqua-t-elle, taisant la raison quant à son attente, qui était selon elle logique : si elle allait demander conseil dès à présent aux bibliothécaires, ceux-ci se douteraient bien forcément qu’elle aidait Mr Gold. Et, de ce fait, il n’était pas dit du tout qu’ils l’aident consciencieusement. L’homme était parfaitement à même de comprendre cela, après l’aveu qu’il venait de lui faire sur le fait qu’il se montrait trop envahissant depuis quelques jours. « Mis à part la bibliothèque, peut-être devriez-vous aller voir la bibliothèque de mon parrain ? », proposa la jeune femme, ne prenant même pas la peine de préciser l’identité du libraire en question. Celui-ci était plutôt connu dans la ville, de part la grande diversité de livres que l’on pouvait trouver chez lui. Parmi les best-sellers on pouvait en effet y trouver des livres plus rares et anciens. Même une partie de livres touchant à l’occulte (dans le sens large du terme.). Evidemment, l’étudiante en droit ne précisa pas à Mr Gold le fait que son parrain disposait d’une très large collection de livres personnels, abordant tous les thèmes également, dont la magie pour certains. Un brin de méfiance l’en empêcha en effet ! Sans oublier qu’elle ne savait pas vraiment quelles étaient les relations entre son parrain (meilleur ami maternel et faisant office de figure paternel pour MJ depuis la mort de son père adoptif), et celui qu’elle voyait comme son oncle de cœur. « Si vous préférez que je m’en charge, je pourrai aller voir dans sa librairie ! ». Le libraire était en effet de très bons conseils, connaissant les moindres livres qu’il vendait sur le bout des doigts. Sans oublier qu’il s’intéressait à tout ce qui était surnaturel, tant et si bien que c’était lui qui avait parlé à Mary-Jane d’événements fantastiques recensés à travers le monde. Alors, sans doute serait-il en mesure de la guider plus facilement ? Ou, du moins, de l’aider à savoir ce que Mr Gold pouvait bien chercher, si celui-ci ne le lui en disait pas plus. Vous l’aurez compris : MJ voulait bien aider Mr Gold, mais n’était pas encore entièrement dévouée à l’aider aveuglément...

_________________
Trop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer... C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent...
Revenir en haut Aller en bas
http://happyeverafter.forumactif.org/
Mr. Gold
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Myself
⇜ feat by : Robert Carlyle

ժ Messages : 677
ժ Sous d'or : 321
ժ Âge : Un peu plus de 40 ans... Mais si on comptait vraiment, j'aurais plus de 200 ans.
ժ Profession : Prêteur sur gage, antiquaire, ... Et tant d'autres choses.
ժ Conte : La belle et la bête, Peter Pan, le Nain Tracassin
ժ Qui es-tu en réalité ? : Rumplestiltskin, the Dark One

MessageSujet: Re: Il n'y a que la vérité qui blesse [Pv ; Mary-Jane ♥] Ven 4 Oct - 22:06

M-J & Mr. Gold

Mary-Jane marquait un point. Je ne lui avais pas donné de détail précis quant à la magie que je voulais pratiquer. Mais comment la lui décrire ? Il n'y avait pas de type de magie précise en ce qui concernait la potion que je voulais faire. Noire ? Blanche ? Rouge ? Je ne m'étais jamais posé la question en pratiquant la magie ou en faisant des potions. Je supposais que celle-ci était blanche mais serait touchée par des mains noires : les miennes. Un mince sourire étira mes lèvres. Je me doutais que sa question n'était pas tout à fait innocente, j'aurais procédé de la même manière qu'elle pour obtenir des informations supplémentaires sur un interlocuteur. Je ne lui donnerais donc vraiment rien de précis. Ce n'était pas dans mes habitudes de trop dévoiler mes affaires, de toute façon, cela ne concernait personne d'autre que moi et je me trouvais déjà bien audacieux de demander de « l'aide » à quelqu'un. Mais c'était également pour retrouver un semblant de sa confiance que je le faisais. J'allais peut-être devoir jouer les gentils oncle Gold... Ce rôle hypocrite pouvait m'aller, je suppose. « Ce n'est pas une magie dangereuse, en tout cas. A usage uniquement personnelle dans le but... De garder en tête des souvenirs qu'on ne voudrait pas oublier. D'une certaine manière. » Je ne pouvais pas me faire plus précis sans lui révéler entièrement ce que j'avais derrière la tête. Il n'était pour le moment pas dans mon intérêt que certaines personnes sachent que je préparais une potion pour sortir de la ville sans perdre la mémoire, auquel cas tout le monde voudrait m'imiter, ou viendrait me voir, et cela m'agacerait au plus haut point.

Deux jeunes gens passèrent alors devant notre table et chuchotèrent quelques paroles en regardant Marie-Jane. Je leur lançais un regard, moi aussi, les perçant presque du regard. Il allait y avoir beaucoup de « qu'en dira-t-on », maintenant, et j'espérais que Marianne faisait parti du genre de personne assez... « Stupide » pour croire que du Bon existait en chaque être Mauvais. Mais j'étais un monstre, c'était un fait véridique. Enfin passons. Elle s'en rendrait compte tôt ou tard, lorsqu'elle se souviendrait. Mais je serais alors déjà loin – du moins, je l'espérais – à la recherche de mon fils que j'escomptais rapidement retrouver. J'étais si prêt du but... Mon cœur rata un battement. Stop. Je devais me concentrer. Je retournais mon attention sur Mary-Jane qui m'informa qu'elle commencerait ses recherches dès demain. Je hochais doucement la tête, comprenant qu'elle ne pourrait pas se mettre à l'œuvre dès aujourd'hui. Intelligente et méticuleuse. C'était vraiment parfait ! Je supposais que je devrais lui donner quelque chose en échange de son aide... Du moins, je précédais de cette manière depuis tellement d'années que je trouvais ça parfaitement normal d'agir de la sorte. On a rien sans rien. Enfin, tant qu'elle ne me réclamait aucun dû, je ne me sentais nullement redevable envers elle. Je faisais de la sorte qu'elle m'aide de son plein gré, libre à elle de refuser, je me débrouillais aussi bien sans son aide, mais irais seulement plus vite si elle me l'apportait un peu. Ce n'était pas un besoin vital.

Lorsqu'elle parla de son parrain, je penchais doucement la tête en avant, intéressé. J'en avais bien sûr entendu parler, qui ne connaissait pas le très célèbre – nom – et sa bibliothèque ? La plus grande de la ville. Encore plus importante que celle que j'avais offerte à Belle quelques jours plus tôt, en signe de réconciliation... Ce qui était inutile, finalement, étant donné que nous venions définitivement de nous séparer. Passons, là n'était pas le sujet de la question. Je ne connaissais pas personnellement le propriétaire, mais sa réputation allait s'en dire. Qui n'en avait jamais entendu parler ? Sans compter que j'étais le propriétaire de la ville et donc il était normal que j'ai connaissance de mes locataires, n'est-ce pas ? Je hochais doucement la tête pour remercie Mary-Jane avant de commencer à empiler les livres posés sur la table. « En tout cas, je te remercie pour ton aide précieuse, Mary-Jane... j'osais même en rajouter un petit peu : Cela fait chaud au cœur d'être un peu soutenu... » jouons sur la corde sensible ! « J'irais rendre visite à ton parrain demain, ou dans la semaine. De toute façon, je dois aller chercher le loyer. » Un nouveau sourire empreint d'une doucereuse politesse se peignit sur mon visage avant que je ne me lève lentement, appuyé sur ma canne. J'inscrivis rapidement un petit numéro au dos d'un papier chiffonné et le tendis à la jeune demoiselle. « En cas de besoin, tu sais déjà où me trouver mais, si jamais, ceci est le numéro de mon téléphone. » en cas de besoin, elle pouvait m'appeler, c'était ce que ça voulait dire. Après tout, même si elle m'aidait sans rien demander en échange, une sorte d'habitude c'était installé en moi. Je ne lui donnais rien de précis à part mon numéro. Et si j'avais l'âme généreuse – et jugeais que cela serait avantageux pour moi – lorsqu'elle m'appelait pour un quelconque problème, je saurais lui venir en aide. Qui sait.

« Ca m'a fait plaisir de parler un peu avec toi, Mary-Jane. Mais... Des affaires m'attendent. Je te fausse donc compagnie, tu m'excuseras de cette impolitesse. » nouveau sourire. J'inclinais la tête en signe de salut et m'en allais en boitillant sous le regard de quelques autres personnes encore présentes dans la bibliothèque. Une fois dehors, un petit sourire amusé remplaça mon air poli. Les affaires reprenaient, et elles étaient fructueuses !
bohemian psychedelic


Spoiler:
 

_________________

Deal is struck
“I'm lame, friendless… The only thing I've got is my boy, and they're going to take him away from me. If they take him away, I will truly, truly become dust.”
Revenir en haut Aller en bas
Mary-Jane O. Monroe
avatar

Mousquetaire biscuité
I want more !
⇜ crédit : Pho pour l'ava et pour la sign' Gypsy Water.
⇜ feat by : Dianna Agron

ժ Messages : 1869
ժ Sous d'or : 997
ժ Âge : 22 ans
ժ Profession : Etudiante en droit, désire devenir avocate
ժ Conte : Robin des bois
ժ Qui es-tu en réalité ? : Lady Marianne

MessageSujet: Re: Il n'y a que la vérité qui blesse [Pv ; Mary-Jane ♥] Sam 12 Oct - 16:25

Avec attention, MJ écoutait les explications de Mr Gold concernant ses recherches. Elle arqua un sourcil, trouvant la réponse de l’homme un peu trop évasive à son goût. Elle hocha cependant positivement la tête, montrant qu’elle prenait tout de même note. Elle comptait bien examiner soigneusement les divers sorts qu’elle trouverait, dans l’espoir de comprendre ce qu’il voulait en faire réellement... Et si elle ne trouvait rien, elle croisera bien une âme charitable pour lui rafraîchir la mémoire quant à l’identité « magique » de l’antiquaire. Comme les deux crétins qui se mirent à chuchoter en la voyant avec lui. Sombres crétins, si l’humanité entière leur ressemblait malheureusement, il n’y aurait plus de braves pour se mettre en travers la route de personnes néfastes....

La jeune femme évoqua alors l’idée d’aller voir son parrain, cet homme était une mine précieuse d’informations concernant l’occulte. Concernant la littérature en général. C’était lui qui avait donné à MJ le goût de la littérature par ailleurs. Lui également qui lui avait offert la majorité des livres se trouvant dans sa bibliothèque. Lui aussi qui lui avait acheté, pour son 9ème anniversaire, un recueil d’histoires sur la légende de Robin des bois. Légende qui avait toujours intrigué MJ, sans raison. Enfin, maintenant, elle en comprenait la raison.... Mais préférait ne pas s’étendre sur ce sujet pour l’instant... Elle préférait se focaliser sur le fait que ça lui donnerait une bonne raison d’aller voir le libraire. Non pas qu’elle ait besoin de raisons pour débarquer chez lui, mais c’était quand même mieux d’éviter d’y aller à chaque fois sur un coup de tête : il risquait de finir par en avoir assez d’elle. Et puis, si jamais Lennon n’avait aucun livre pouvant être utile à Mr Gold, la jolie blonde comptait bien profiter de l’occasion pour l’interroger sur l’identité de Mr Gold. Et, tant qu’à faire, sur celle de son parrain. Elle sentait qu’elle l’avait connu dans l’autre monde, mais ne pouvait se souvenir clairement de lui... A croire que sa mémoire ne voulait pas revenir limpidement dans son esprit. Sans doute sous le choc de la découverte d’un Robin absent, et d’un Guy qui avait été son petit ami pendant de longues années (même si c’était dans une histoire chaotique) ?

La jeune femme adressa un sourire amical à Mr Gold lorsque celui-ci prétendit être ravi d’être aidé pour une fois. Le fourbe, il était doué à jouer ainsi sur le côté serviable de MJ, car ça marchait plutôt bien ! C’est toujours avec un sourire qu’elle attrapa le papier tendu par l’homme, sur lequel il avait noté son numéro. « Je n’hésiterais pas ! », rétorqua-t-elle. Après tout, il pouvait toujours être utile de pouvoir compter sur lui en cas de besoin, et MJ comptait bien faire appel à ses services, si l’occasion se présentait. Même si elle ne savait pas pourquoi elle pourrait avoir besoin de lui. « Moi aussi ça m’a fait plaisir ! Je vous tiens au courant de l’avancée de mes recherches ! Au revoir ! », dit-elle, se demandant si elle avait vraiment bien fait d’accepter de l’aider, mais il était trop tard pour faire machine arrière. Pauvre MJ, elle déchantera rapidement lorsqu’elle découvrira l’identité réelle de la personne à qui elle venait d’offrir son aide. L’étudiante se replongea alors dans ses recherches scolaires, restant jusqu’à la fermeture de la bibliothèque, pour finalement retourner chez elle. Bien loin de se douter que d’ici peu, sa vie allait prendre un tournant inattendu, mais il n’est pas encore l’heure d’en parler....

Spoiler:
 

_________________
Trop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer... C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent...
Revenir en haut Aller en bas
http://happyeverafter.forumactif.org/
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Il n'y a que la vérité qui blesse [Pv ; Mary-Jane ♥]

Revenir en haut Aller en bas

Il n'y a que la vérité qui blesse [Pv ; Mary-Jane ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Cinéma-Bibliothèque ( Tallandier )
» Duel Jane Austen n°8 - Jennifer Ehle vs Keira Knightley
» Mariage thème Jane AUSTEN
» Warehouse 13
» Thomas Mann

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy Ever After :: CORBEILLE :: Quartier « Grimm » :: La Bibliothèque-