AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez| .

Oh non pas toi... [Pv Goldinou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Belle L. Littleton
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Saku's
⇜ feat by : Emilie de Ravin

ժ Messages : 661
ժ Sous d'or : 513
ժ Âge : 22ans
ժ Profession : Bibliothécaire
ժ Conte : La Belle et la Bête
ժ Qui es-tu en réalité ? : Belle

MessageSujet: Oh non pas toi... [Pv Goldinou] Dim 24 Nov - 16:27




Oh non pas toi...

Une fois n'est pas coutume, Belle était installé sur son canapé avec un livre. Elle était installée sur le ventre, ses cheveux blonds tombant par moment sur son visage. Elle repoussait d'un geste distrait la mèche qui quelques secondes plus tard venait retomber à nouveau sur son visage. Elle était trop plongée dans sa lecture pour prêter une réelle attention à cette mèche rebelle.

Pour une fois la maison était plutôt calme. Elle était seule. Gaby était sorti faire elle ne savait plus trop quoi. Cela lui faisait bizarre d'ailleurs de penser au jeune homme. Leur rencontre et leur emménagement ensemble s'était passé tellement rapidement qu'elle avait encore du mal à réaliser qu'elle avait bien emménagé avec Gaby.

C'était il n'y avait pas si longtemps que ça. Elle était partie voir un film qui s'était avéré être nul. Elle était sortie s'acheter un peu de confiserie histoire de faire passer le film plus vite quand elle était tombée sur Gabriel. Ils avaient discuté pour finir par découvrir que lui cherchait un ou une colocataire et qu'elle, elle cherchait une solution pour se trouver un logement à un pris raisonnable. Et voilà maintenant ils habitaient ensemble et elle ne regrettait absolument pas son coup de tête. Elle n'avait plus à vivre à l'hôtel. Gaby était un colocataire plutôt agréable. Et surtout elle n'avait pas eu besoin de demander de l'aide à l'autre connard. Plutôt mourir que d'aller lui demander de l'aide ou d'accepter quoi que ce soit de lui.

Elle avait souffert quand elle était partie, elle ne le niait pas. Elle avait mis des jours à s'en remettre. Elle s'était bourrée la gueule avec Absynthe. Elle s'était même teint les cheveux en blond. Cette nouvelle couleur l'avait pas mal perturbée au début mais elle commençait à s'y faire. Elle avait fait son maximum pour oublier Rumple et elle commençait à y arriver.

Elle était entrain de replacer pour la énième fois une de ses mèches quand le sonnette retentit. Elle releva vivement la tête faisant dégringoler le reste de ses cheveux sur son visage. Qui est-ce qui pouvait bien leur rendre visite? Elle n'attendait personne et il en était de même pour Gabriel sinon il ne serait pas parti. Elle se leva en soupirant et en maudissant la personne qui devait se trouver derrière la porte d'entrée. La personne, qui que ce soit, tombait vraiment au pire moment. Elle n'était absolument pas en tenue pour recevoir quelqu'un. Ses cheveux attachés dans un semblant de chignon tombaient de tous les côtés de son visage. Elle portant un vieux tee shirt gris délavé par dessus un petit short en jean. Et surtout... la personne l'interrompait au pire moment de son livre.

Elle arriva finalement devant la porte pour tomber nez à nez avec la dernière personne qu'elle avait envie de voir.


- Qu'est-ce que tu viens faire ici??

Rumple se tenait devant sa porte.
© charney


_________________
Some loves are meant to be, Other, are cursed....
code episkey.
Revenir en haut Aller en bas
Mr. Gold
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Myself
⇜ feat by : Robert Carlyle

ժ Messages : 677
ժ Sous d'or : 321
ժ Âge : Un peu plus de 40 ans... Mais si on comptait vraiment, j'aurais plus de 200 ans.
ժ Profession : Prêteur sur gage, antiquaire, ... Et tant d'autres choses.
ժ Conte : La belle et la bête, Peter Pan, le Nain Tracassin
ժ Qui es-tu en réalité ? : Rumplestiltskin, the Dark One

MessageSujet: Re: Oh non pas toi... [Pv Goldinou] Dim 24 Nov - 19:05

I was in the darkness so darkness I became
Belle ∞ Mr. Gold


Livre de comptes ouvert sur mon comptoir, je vérifiai qui n'avait pas encore payé son loyer. Tous les mois, le même jour, je faisais une tournée générale chez mes locataires afin qu'ils me paient. J'étais propriétaire de la ville entière, dans sa totalité, mises à part quelques maisons par-ci par-là que des gens avaient acheté. Dans ce cas-là, ça ne me concernait plus. Je descendis jusqu'à la lettre M. Mills, ça ne m'appartenait pas, je passais... Mayor, c'était fait... Moon. Comme tous les mois, il oubliait de payer. Cet homme était très tête en l'air. Il ne me restait qu'une chose à faire : passer chez lui. A ce que je savais, il avait eu deux anciens colocataires qui s'étaient trouvés autre chose en ville. Les noms m'échappaient, des personnes peu importantes à mes yeux. Je me demandais s'il avait trouvé de nouveaux preneurs pour la place. Mais comme disait le dicton : qui vivra verra. Je refermai le livre, sortis de ma boutique et montai dans ma voiture après avoir fermé la porte à clé et affiché le panneau « close ». Panneau qui ne servait souvent pas à grand chose, car les gens s'évertuaient à entrer dans ma boutique comme dans un moulin. Passons... Je mis le cape en direction du quartier Grimm, là où habitait Gabriel Jonathan Moon. La radio s'alluma sur une chaîne de musique et l'air de la première me resta dans la tête. Bad Day de Daniel Powter. Ah... Les chansons dépressives... Je poussais un soupir. Comme si je n'avais pas assez de soucis comme ça. Entre ma rupture avec Belle – que j'avais provoqué volontairement, je devais bien l'admettre... – et la recherche de mon fils... Je me rendis compte, alors que je conduisais en direction de chez Gabriel, combien j'étais seul.

Where is the moment we needed the most ? You kick up the leaves and the magic is lost... They tell me your blue skies fade to gray, they tell me your passion's gone away... And I don't need no carryin' on !

Je garais ma voiture le long du trottoir et en sortis avant de me diriger jusqu'au porche. J'hésitais une demie seconde – sans savoir pourquoi – avant d'appuyer sur le bouton de la sonnette. En attendant que le propriétaire vienne m'ouvrir la porte, je regardais aux alentours. Joli quartier, un peu propret... Je préférais toute fois l'isolement de mon manoir, un peu en hauteur de la ville. J'entendis le loquet faire un petit clac. Je tournais la tête en direction de la porte qui s'ouvrit sur la dernière personne que je m'attendais de voir ici. Belle.
'Cause you had a bad day, you're takin' one down, you sing a sad song just tourn it around.
Je restais coi, les sourcils levé, le cœur battant figé sur place alors qu'elle m'accueillait froidement. Ni bonjour, ni merde... Sympathique. Mais au fond, je la comprenais. Je l'avais jeté comme une vieille chaussette en sous-entendant qu'elle était une pute. Pas très classe comme rupture, n'est-ce pas ? Mais c'était comme ça. Je ne voulais pas qu'elle se nourrisse de faux espoirs et je ne pouvais pas me permettre de penser à elle plus qu'à mon fils. Mais cela n'empêchait pas mon cœur de battre la chamade à sa seule vue. Elle avait énormément changé physiquement, à cause de la couleur de ses cheveux devenus... Blonds. Quelle horreur ! Qu'avait-elle fait à ses soyeuses mèches brunes ?! Mais cela ne me regardait plus. Je fis un pas instinctif en arrière, plus pas surprise que par crainte.

« Belle... » lâchais-je en un demi murmure. Mais je devais me reprendre, allons ! Je secouais doucement la tête et, d'une voix bien plus douce que je ne l'aurais souhaité, je lui expliquais brièvement la raison de ma venue : « Je viens pour le loyer. » J'observais rapidement la tenue que portait Belle. Un grand tee-shirt et un mini short... Plutôt aguichant. Prenant soin de ne pas la regarder dans les yeux, une connexion se fit soudain et une émotion étrange – que je n'avais, à ma connaissance, presque jamais ressenti – explosa en me fort intérieur. Je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus, mais cela m faisait très mal au cœur et m'énervait tout à la fois. Je serrais les doigts autour du pommeau de ma canne.

« Mais... Que fais-tu là ? Tu n'habites pas ici, que je sache. Que fais-tu chez Mr. Moon, dis-moi ? » Dans cette tenue, avec les cheveux décoiffés... Je serrais les dents et mes yeux se mirent à briller d'une colère que je ne comprenais pas. Jaloux, moi ? C'était la meilleure de l'année !

Code by Silver Lungs

_________________

Deal is struck
“I'm lame, friendless… The only thing I've got is my boy, and they're going to take him away from me. If they take him away, I will truly, truly become dust.”
Revenir en haut Aller en bas
Belle L. Littleton
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Saku's
⇜ feat by : Emilie de Ravin

ժ Messages : 661
ժ Sous d'or : 513
ժ Âge : 22ans
ժ Profession : Bibliothécaire
ժ Conte : La Belle et la Bête
ժ Qui es-tu en réalité ? : Belle

MessageSujet: Re: Oh non pas toi... [Pv Goldinou] Dim 24 Nov - 19:41




Oh non pas toi...

Rumple... merde qu'est-ce qu'il faisait là? Pourquoi alors qu'elle arrivait à peine à commencer à tourner la page, à l'oublier, pourquoi revenait-il la torturer? Il ne l'avait pas assez fait souffrir comme ça? Cela ne suffisait pas de la traiter de pute? De la rejeter? De lui briser le coeur? De la mettre à la porte? Cela ne lui suffisait pas? Il fallait qu'il vienne en plus prendre un malin plaisir à venir la torturer chez elle.

Il recula d'un pas en arrière lui faisant froncer les sourcils. Il n'assumait plus maintenant? Il venait la voir chez elle, la torturer et Monsieur reculait en la voyant.


« Belle... »

Oui c'était elle, pourquoi il semblait surpris de la voir là? C'est lui qui venait la voir chez elle et encore il la regardait avec un air effrayé semblant se demander ce qu'elle faisait là.

« Je viens pour le loyer. »

Comment elle avait pu oublier? Il possédait toute la ville. Quand Gaby lui avait dit qu'il était locataire elle aurait du se douter que son propriétaire était Rumple. Elle ne pensait pas qu'il viendrait réclamer son loyer en main propre. Gabriel portait bien son nom de famille. Il lui avait dit qu'il déposerait le chèque à la boutique de Gold en partant. Si il était c'était certainement que son colocataire avait du laisser l'enveloppe dans l'entrée. Elle tourna la tête quelques secondes à l'intérieur de la maison pour voir qu'effectivement l'enveloppe était toujours à sa place. Bon ça expliquait la présence de Rumple, à défaut de la rendre plus tolérable.

« Mais... Que fais-tu là ? Tu n'habites pas ici, que je sache. Que fais-tu chez Mr. Moon, dis-moi ? »

Elle pouvait le voir serrer sa canne à s'en faire blanchir les jointures. Il avait l'air furieux. De quoi? Qu'elle ait réussi à se débrouiller sans venir lui demander son aide en suppliant? Qu'elle ne soit pas revenue vers lui pour continuer à être la gentille Belle qui le laissait piétiner ses sentiments sans rien dire? Qu'elle ait réussi à tourner la page et à l'oublier?

Elle s'adossa au chambranle de la porte, les bras croisés sur sa poitrine, l'air toujours aussi en colère contre lui.


- Qu'est-ce que ça peut faire ce que je fais ici? Ca ne te regarde plus que je sache. Tu m'as rejeté. Tu m'as jeté dehors alors pourquoi je devrais te rendre des comptes sur ce que je fais?

Sans lui laisser le temps de répondre elle se détourna et rentra à l'intérieur de la maison pour aller chercher son chèque. Elle revint finalement devant la porte et lui jeta l'enveloppe au visage.

- C'est bon tu as ton argent. Tu peux t'en aller.

Il fallait qu'il parte et vite avant que ses nerfs ne lâchent et qu'elle ne se mette à pleurer. Le revoir là devant elle... Oui elle était en colère après lui. Elle avait envie de lui lancer au visage toutes les horreurs qu'il avait pu lui faire ou lui dire. Mais le revoir... cela faisait remonter à la surface tous les sentiments qu'elle avait pour lui. Elle se leurrait. Elle l'aimait et elle l'aimerait toujours. C'était impossible de l'oublier et encore plus si il revenait sans cesse la hanter comme il le faisait.

- Allez va-t-en et laisse nous tranquille à moi et Gaby.

© charney


_________________
Some loves are meant to be, Other, are cursed....
code episkey.
Revenir en haut Aller en bas
Mr. Gold
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Myself
⇜ feat by : Robert Carlyle

ժ Messages : 677
ժ Sous d'or : 321
ժ Âge : Un peu plus de 40 ans... Mais si on comptait vraiment, j'aurais plus de 200 ans.
ժ Profession : Prêteur sur gage, antiquaire, ... Et tant d'autres choses.
ժ Conte : La belle et la bête, Peter Pan, le Nain Tracassin
ժ Qui es-tu en réalité ? : Rumplestiltskin, the Dark One

MessageSujet: Re: Oh non pas toi... [Pv Goldinou] Dim 24 Nov - 20:39

I was in the darkness so darkness I became
Belle ∞ Mr. Gold


L'air de Belle ne me disait rien qui vaille. Elle semblait autant en colère que je l'étais alors que je commençais à imaginer ce Gabriel la toucher, l'embrasser, rire avec elle, manger avec elle... Mais elle avait raison. Ca ne me regardait pas. J'avais perdu ce droit de « propriété » (si l'on peut employer ces termes), dès que j'avais rompu avec elle et l'avais jeté hors de mon manoir. Cependant, j'aurais pu lui envoyer de l'argent, lui trouver un loyer si elle me l'avait demandé. Je n'étais pas un monstre. Rectification : j'étais un monstre, mais je savais me montrer... Disons compatissant avec certaines personnes. Bon d'accord, seulement avec elle. Et pourquoi ? Parce que je l'aimais, cela crevait les yeux ! Sauf que je ne pouvais pas. Ce qui ramenait à ma lâcheté. Un cercle vicieux. Je baissais la tête, pendant un instant. Elle n'avait aucun compte à me rendre et je ne pouvais m'en prendre qu'à moi-même. J'avais compris l'idée, merci bien. Mais... Alors pourquoi cette fureur soudaine à l'égard de ce Gabriel qui ne m'avait jamais rien fait de mal ? Je serrais un peu plus ma canne dans ma main. J'avais besoin de frapper quelque chose. De casser quelque chose. C'était la seule façon, pour moi, d'exprimer la rage qui, mélangée à une extrême douleur, ne cessait de couler dans mes veines à longueur de temps. Les trous que la vie avait creusé dans mon cœur ne semblaient pas vouloir se reboucher. Il fallait bien que je compense. J'espérais pour Gabriel qu'il n'était pas à l'intérieur de cette maison et qu'il ne comptait pas sortir sur le porche sinon je lui administrerais un bon coup de poing dans le visage. Je n'allais pas me gêner. Je relevais la tête, dans l'intention de répliquer quelque chose, mais elle avait disparu. Je fis un pas en avant, dans l'intention de pousser la porte laissée entrouverte et de rentrer, mais elle reparut sur le seuil, une enveloppe dans la main. Elle me la lança au visage et je la rattrapais in-extremis avant qu'elle ne tombe sur le sol. Le loyer... Gabriel était donc à l'intérieur ? Ou bien avait-il seulement oublié de venir déposer le chèque à ma boutique comme il l'oubliait tous les mois ?

En tout cas, ce n'était pas l'amabilité qui étouffait Belle... Ni bonjour, ni au revoir. Mais c'était normal. Nous étions maintenant deux ennemis, c'est ça ? Je serrais les dents, hésitant à faire demi-tour. Oh ! J'aurais pu m'en aller. Oui, j'aurais pu. Il me suffisait de tourner les talons sans mot dire, de remonter dans ma voiture, de mettre le contact et de retourner à ma boutique où j'étais bien, tout seul. Je m'apprêtais à le faire, d'ailleurs... Mais elle dit quelque chose qui me figea dans mon geste. « Laisse-nous tranquille ». Je plongeais mes yeux dans les siens, pour la première fois depuis notre rupture du mois dernier. La colère qui s'était un peu apaisée lorsque je m'étais imaginé donner un coup de poing à Gabriel remonta aussitôt à la surface et mon cœur se serra si fort que la douleur se répercuta jusqu'au creux de mon estomac. Ca me rendait malade ! Pourtant, j'avais souhaité à Belle, avant qu'elle ne parte, de trouver quelqu'un d'autre. Quelqu'un de mieux que moi, quelqu'un avec qui elle serait heureuse. Mais si tôt ? Il ne lui avait pas fallu longtemps pour m'oublier, en tout cas, pour tourner la page. Quand j'avais sous-entendu qu'elle était une pute, ce n'était finalement pas un euphémisme. Du calme, Rumple, du calme. Malgré ma peine, je n'avais aucune envie de m'en prendre à Belle. Je ne voulais nullement la récupérer, mais... Je pris une grande inspiration et, posément, pris la parole :

« Je vois... Tu es rapidement passé à autre chose. nouvelle inspiration. Pourrait-on, s'il te plaît, poser les armes ? Il y a assez eu de dégât comme ça. » Dégâts que j'avais causé. Mais quelle idée, aussi, de tomber amoureux de moi ! La poigne autour de ma canne se desserra légèrement. « Le blond te va bien au teint... » Un léger sourire empli de tristesse se peignit sur mon visage et mes yeux se perdirent dans la vague, nostalgique. Je les préférais bruns, mais autant la complimenter, plutôt que d'ouvrir les hostilités une nouvelle fois. Je baissais les yeux, fixant le sol durant quelques secondes. J'aurais aimé ... Qu'aurais-je aimé ? Qu'elle ne se remette jamais en couple et qu'elle revienne comme elle l'avait déjà fait ? Peut-être... Que de contradictions dans mon cœur. Pourquoi fallait-il qu'elle soit tombé amoureuse de moi ?! Si elle m'avait détesté, jamais elle ne serait revenu à mon château, dans le monde des contes, jamais elle n'aurait essayé de m'embrasser pour briser mes pouvoirs de Ténébreux, et jamais il n'y aurait toute cette bien triste histoire... Elle serait mariée, peut-être. Et je ne m soucierai plus d'elle. Mais ça ne c'était pas passé comme ça. Par dépit, je lâchais en un soupir : « Nous pourrions seulement être amis. Ou des connaissances, si tu préfères. » Oui, des connaissances. C'était moins direct. Je levais les yeux sur elle. Sa réaction était prévisible. Elle allait sûrement s'énerver contre moi. Mais, même si je ne cessais de la repousser, au fond, j'avais quand même besoin d'une lumière lointaine dans l'obscurité.

Code by Silver Lungs

_________________

Deal is struck
“I'm lame, friendless… The only thing I've got is my boy, and they're going to take him away from me. If they take him away, I will truly, truly become dust.”
Revenir en haut Aller en bas
Belle L. Littleton
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Saku's
⇜ feat by : Emilie de Ravin

ժ Messages : 661
ժ Sous d'or : 513
ժ Âge : 22ans
ժ Profession : Bibliothécaire
ժ Conte : La Belle et la Bête
ժ Qui es-tu en réalité ? : Belle

MessageSujet: Re: Oh non pas toi... [Pv Goldinou] Lun 25 Nov - 13:07




Oh non pas toi...

Elle voulait qu'il parte et vite. Le revoir là devant elle c'était trop dur. Elle aurait voulu lui hurler dessus et le frapper jusqu'à ce qu'il se sente aussi qu'elle se sentait. Ou alors elle aurait pu sauter dans ses bras et l'embrasser tendrement. Mais aucune des deux options n'était envisageable. La seconde... même si elle en mourrait d'envie n'était pas possible. Il lui avait bien fait comprendre qu'il ne voulait plus d'elle. Quant à l'autre... le frapper n'y changerait rien. Cela évacuerait peut être sa souffrance sur le moment mais elle finirait pas revenir. Non il fallait juste qu'il parte et qu'il la laisse tranquille. Elle commençait enfin à avoir une vie normale. Elle avait un toit agréable, un colocataire sympa, un travail qu'elle aimait. Elle n'avait pas besoin qu'il vienne remettre de la pagaille dans sa vie.

« Je vois... Tu es rapidement passé à autre chose. Pourrait-on, s'il te plaît, poser les armes ? Il y a assez eu de dégât comme ça. »

Elle fronça à nouveau les sourcils quand il lui dit qu'elle était rapidement passée à autre chose. Elle s'attendait à quoi? A ce qu'elle passe sa vie à l'hôtel? Il devait se douter que ça ne serait pas possible. Déjà parce que l'hôtel n'avait rien de très confortable sur le long terme et surtout parce que financièrement elle n'aurait pas tenu plus longtemps là bas. Alors oui elle avait fini par se prendre une colocation mais elle n'avait pas vraiment eu le choix. C'était ça ou elle terminait dans la rue.

« Le blond te va bien au teint... »

Elle attrapa machinalement une de ses mèches de cheveux pour jouer avec. Elle avait encore du mal à s'habituer à ses cheveux blonds. Elle ne regrettait pas loin de là. Elle trouvait également qu'ils lui allaient plutôt bien mais elle avait passé sa vie avec ses boucles brunes alors passer au blond était un sacré changement. Mais elle avait voulu changer. Nouvelle vie, nouvelle couleur de cheveux.

« Nous pourrions seulement être amis. Ou des connaissances, si tu préfères. »

Elle poussa un soupir en entendant sa proposition. Il ne pouvait pas la laisser. Quel besoin avait-il à la faire souffrir ainsi. C'était déjà suffisamment difficile de le voir là face à elle alors le fréquenter régulièrement. Non c'était impossible. Il lui en demandait trop. Il ne se rendait pas compte du mal qu'il lui faisait.

- Merci... pour les cheveux. J'avoue j'ai un peu de mal à m'y faire encore.

Elle lui fit un petit sourire triste avant de finalement lâché ses cheveux. Elle allait finir par se les arracher à force de se les tortiller nerveusement.

- Mais... tu ne peux pas me demander ça. Être ami ou des connaissances ou quoi que ce soit d'autre. C'est trop dur. C'est toi qui a voulu que je sorte de ta vie alors ne me fait pas ça maintenant. S'il te plait Rumple, laisse moi. Laisse moi t'oublier.

Elle luttait contre les larmes qui menaçaient de sortir. Elle ne voulait pas pleurer devant lui. Elle ne voulait pas lui montrer cette faiblesse. Elle avait déjà suffisamment pleuré devant lui. Il voulait partir? Très bien mais qu'il l'assume désormais.

© charney


_________________
Some loves are meant to be, Other, are cursed....
code episkey.
Revenir en haut Aller en bas
Mr. Gold
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Myself
⇜ feat by : Robert Carlyle

ժ Messages : 677
ժ Sous d'or : 321
ժ Âge : Un peu plus de 40 ans... Mais si on comptait vraiment, j'aurais plus de 200 ans.
ժ Profession : Prêteur sur gage, antiquaire, ... Et tant d'autres choses.
ժ Conte : La belle et la bête, Peter Pan, le Nain Tracassin
ժ Qui es-tu en réalité ? : Rumplestiltskin, the Dark One

MessageSujet: Re: Oh non pas toi... [Pv Goldinou] Ven 29 Nov - 7:33

I was in the darkness so darkness I became
Belle ∞ Mr. Gold


Je ne savais pas quoi faire de l'enveloppe que je tenais dans ma main gauche. J'aurais pu la déposer dans ma voiture, garée à quelques pas, le long du trottoir, mais si je partais maintenant, Belle refermerait la porte et je n'aurais plus aucune excuse pour sonner une deuxième fois. Je me demandais bien pourquoi je m'accrochais à elle maintenant alors que je l'avais jeté, que je nous avais fait souffrir tous les deux. Si je ne l'avais pas revu, j'étais sûr que tout ça ne serait jamais arrivé. Les sentiments enfouis au fond de moi n'auraient jamais refait surface. Cruel destin. Un long soupir inaudible s'échappa de mes lèvres alors que j'attendais la réponse de Belle. Je m'imaginais un ton coléreux, indigné ... Mais jamais je n'aurais imaginé qu'elle garde son calme. C'est pourtant ce qu'elle fit. Je baissais la tête suite à sa réponse. Je m'en doutais, bien sûr. Qu'espérais-je ? Imbécile. Je n'avais pas le droit de revenir. Je devais la laisser tranquille, maintenant. Oui... Je devais le faire. Je jetais involontairement un regard par-dessus son épaule, une sorte de réflexe, je crois... Pour m'assurer qu'elle était seule, qu'elle ne me demandait pas de partir parce que j'avais interrompu... Quelque chose de plus intime avec son nouveau colocataire... Je m'attendais presque de voir Gabriel apparaître sur le seuil de la porte et prendre Belle par la taille, l'embrassant sur le jour. Cela suffit à me serrer le cœur, une deuxième fois. Moins fort que la première, mais, tout de même suffisamment pour m'attrister. Je reculais d'un pas, ne sachant comment clore cette gênante discussion. Un « Bon eh bien tant pis, au revoir ! » suffirait-il ? Ou bien devais-je me faire plus dramatique ? « Oh, Belle ! Je suis un idiot, pardonne-moi, je t'en supplie, pour l'amour de Dieu ! » Non. Pas mon genre. Elle m'aurait pris pour un parfait crétin et je serais passé pour le roi des imbéciles. Le Ténébreux ne se ridiculisait pas de la sorte !

Finalement, tout en revenait à ça. Le Ténébreux. Mes pouvoirs. Ces satanés pouvoirs bien-aimés qui m'avaient empêché de faire beaucoup de choses et m'en avaient fait perdre beaucoup d'autres. Mon fils, pour ne citer qu'un exemple. C'était pour cela, en grande partie, que je ne pouvais être avec Belle. Je devais retrouver Bae en priorité. Je fis un autre pas en arrière. Je l'aimais. Et j'espérais qu'elle m'aimait aussi – bien que cela soit terriblement égoïste – mais c'était comme ça, n'est-ce pas ? Je vis ses yeux briller. Oh non... Elle n'allait pas encore pleurer par ma faute, si ? J'aurais aimé la prendre dans mes bras et caresser ses cheveux blonds, désormais... Sécher ses larmes par de simples paroles. Mais elle l'aurait sans doute très mal pris. Je lui fis un sourire empreint de tristesse et hochais docilement la tête. « Bien... Dans ce cas, je vais... » Je fis un signe de ma tête pour appuyer mon intention de partir... Lorsque j'entendis un bruit lointain provenant de l'intérieur de la maison. Je levais les yeux en direction de Belle et haussais légèrement les sourcils. Mon cœur s'emballa et j'imaginais aussitôt le pire, évidemment : Gabriel, vêtu seulement d'un caleçon, attendant Belle dans la cuisine en lui préparant un café... Je grinçais des dents et ma poigne se serra une nouvelle fois autour de ma canne. Oh, bien sûr, Belle était libre. Certes, c'était de ma faute... Mais alors pourquoi cela me rendait-il malade, de l'imaginer dans les bras d'un autre ? Je ne me comprenais pas moi-même, mais il était hors de question que je laisse faire les choses. J'agissais un peu impulsivement, mais... Tant pis. C'était l'image mentale de trop et je n'avais pas envie de passer mes journées à imaginer Belle dans les bras d'un autre alors que j'avais tout gâché. Un acte égoïste de plus... J'avançais de quelques pas, regagnant le terrain que j'avais tout à l'heure perdu en reculant. Je me trouvais plus près de Belle que je ne l'avais été depuis un mois.

« C'est lui qui est à l'intérieur ? ... « Gaby », comme tu dis... C'est vers lui que se porte ton cœur à présent ? » Je n'étais pas agressif. Pas le moins du monde. J'aurais pu l'être, cela m'aurait plus ressemblé. De la jalousie méchante et cruelle vis à vis des autres personnes. Mais, à la vérité, je parlais d'une voix égale, sur un ton où perçait un brin de tristesse, vestige de l'amour brisé que je portais pour elle. Je tendis la main vers son visage qui ressemblait presque à de la porcelaine grâce à la clarté de ses cheveux blonds. Je frôlais sa joue du bout de mes doigts, n'osant pas vraiment la toucher de peur de la blesser et de me blesser si jamais elle me repoussait – ce qui serait sans doute la chose la plus évidente. Nous étions maintenant très proches. Trop proches. Mon cœur – que je disais être vide de toute émotion – explosa et céda. Je me penchais vers elle et déposais un baiser sur ses lèvres. Très rapide, pour ne pas qu'elle ait le temps de me repousser. Je reculais d'un pas, d'un seul. C'était un baiser d'Adieu véritable. « Penses à dire à... « Gaby » je ne pus m'empêcher d'être sarcastique de déposer son chèque à temps, la prochaine fois. » Je ne dis pas que, si prochaine fois il y avait, j'aurais accepté un délai alors que je n'en tolérais jamais aucun. Mais avoir Belle chez soi était un petit privilège, sans doute. Cette fois, il fallait vraiment que je parte, au risque d'entendre de cruelles paroles de la part de Belle. Aussi cruelles que celles que je lui avais dites...

Code by Silver Lungs

_________________

Deal is struck
“I'm lame, friendless… The only thing I've got is my boy, and they're going to take him away from me. If they take him away, I will truly, truly become dust.”
Revenir en haut Aller en bas
Belle L. Littleton
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Saku's
⇜ feat by : Emilie de Ravin

ժ Messages : 661
ժ Sous d'or : 513
ժ Âge : 22ans
ժ Profession : Bibliothécaire
ժ Conte : La Belle et la Bête
ժ Qui es-tu en réalité ? : Belle

MessageSujet: Re: Oh non pas toi... [Pv Goldinou] Sam 30 Nov - 16:23




Oh non pas toi...
« Bien... Dans ce cas, je vais... »

... partir. Oui il allait partir. Enfin... Elle allait pouvoir se replonger dans son livre et oublier qu'il était venu. Il avait commencé à lui faire un signe de tête, montrant qu'il allait partir quand ils entendirent un bruit venant de la maison. Elle se retourna pour voir que son livre qu'elle avait posé en équilibre précaire avait fini par tomber. Elle haussa les épaules, laissant le livre à terre avant de se retourner vers Rumple. Entre temps il s'était rapproché, une lueur qu'elle ne lui avait jamais vu brûlant dans son regard.

« C'est lui qui est à l'intérieur ? ... « Gaby », comme tu dis... C'est vers lui que se porte ton cœur à présent ? »

Elle resta à le regarder sans vraiment comprendre quoi il parlait. Pourquoi supposait-il que Gaby était à l'intérieur? Il n'aurait pas parlé de lui comme ça si il avait été absent. Elle ne lui aurait pas donné le chèque elle même, Gabriel l'aurait fait. Et puis pourquoi il critiquait le surnom qu'elle donnait à son ami. Et surtout pourquoi il parlait du fait qu'elle le portait dans son coeur?? Il valait mieux qu'elle l'apprécie non pour vivre avec lui?

Elle se posait tellement de questions qu'elle ne réalisa que trop tard qu'il effleurait doucement sa joue de ses doigts. Ce contact qui lui avait tant manqué... Elle était sur le point de le repousser quand il combla les quelques centimètres qui les séparait encore pour déposer un rapide baiser sur ses lèvres. Trop rapide... elle n'avait pas eu le temps de le repousser qu'il était parti. Elle n'avait même pas eu le temps de savourer une dernière fois la douceur de ses lèvres. Il les lui avait enlevé trop vite...


« Penses à dire à... « Gaby » de déposer son chèque à temps, la prochaine fois. »

Puis sur ces mots il commença à partir. Une fois le choc du baiser passé elle se ressaisit. Elle se précipita vers lui en criant :

- Rumple attends...

Elle l'attrapa par le bras et le força à se retourner vers elle.

- Tu ne peux pas partir comme ça. Pas après m'avoir embrassé comme ça.

Elle tremblait littéralement de rage. Toute la colère qu'elle avait essayé de contenir était sur le point d'exploser. Comment pouvait-il l'embrasser comme ça et partir l'air de rien? Elle n'était que ça à ses yeux? Une pute qu'il pouvait embrasser puis jeter comme il le désirait. Ca l'amusait tant que ça de jouer avec ses sentiments? Alors elle ne garda plus sa colère son contrôle et elle le gifla de toute ses forces.

- De quel droit tu m'embrasses? Tu crois quoi? Que tu peux venir chez moi, m'embrasser l'air de rien et me relaisser comme un paquet de linge sale?

Des larmes de rages coulaient désormais de ses yeux. Elle tremblait littéralement de colère. Tant pis si elle regrettait plus tard ses paroles. Il lui avait fait trop de mal, elle ne pouvait plus continuer à encaisser sans rien dire.

- De quel droit tu fais irruption dans ma vie pour y mettre la pagaille à nouveau? Tu m'as jeté non pas une mais deux fois. Je t'ai dit que cette fois ci c'était la dernière. Ne reviens plus. Ne me parle plus. Ne me touche plus. Ne m'embrasse plus. Et ne te mêle plus de ma vie!!! Si je veux prendre une colocation avec Gabriel ça me regarde. Si un jour je me remets en couple avec quelqu'un d'autre ça me regarde également. Et même si tout StoryBrooke me passe dessus ça ne te regardera absolument pas.

Elle ne lui dit pas que tout ça était fort peu probable de toute façon. Il l'avait trop détruit pour qu'elle réussisse complètement à l'oublier pour se mettre avec quelqu'un d'autre. Ce ne serait pas juste pour l'autre personne, d'être avec lui sans jamais cessé de penser à Rumple.

Elle reprit son souffle et se calma enfin.


- Ne t'inquiètes pas pour ton chèque...

Elle cracha délibérément le dernier mot, afin de lui faire sentir tout le mépris qu'elle avait pour lui et son argent.

- Le prochain je ne te le porterais pas. Tu n'auras même pas besoin de venir le prendre. La poste fonctionne très bien ici...
© charney


_________________
Some loves are meant to be, Other, are cursed....
code episkey.
Revenir en haut Aller en bas
Mr. Gold
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Myself
⇜ feat by : Robert Carlyle

ժ Messages : 677
ժ Sous d'or : 321
ժ Âge : Un peu plus de 40 ans... Mais si on comptait vraiment, j'aurais plus de 200 ans.
ժ Profession : Prêteur sur gage, antiquaire, ... Et tant d'autres choses.
ժ Conte : La belle et la bête, Peter Pan, le Nain Tracassin
ժ Qui es-tu en réalité ? : Rumplestiltskin, the Dark One

MessageSujet: Re: Oh non pas toi... [Pv Goldinou] Dim 1 Déc - 11:20

I was in the darkness so darkness I became
Belle ∞ Mr. Gold



Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide. It's wher my demons hide.
Your eyes, they shine so bright, I want to save their light. I can't escape this now, unless you show me how...

Alors que j'allais partir pour de bon et la laisser seule, pour toujours, cette fois, sa douce voix arrêta mes pas. Je me figeais alors qu'elle m'attrapait par le bras pour me retourner vers elle. Je plongeais mes yeux ans les siens, tachant de rester impassible. Je pouvais lire sur son visage une colère innommable... Cela faisait presque peur. Je me doutais bien qu'en l'embrassant, elle serait furieuse, mais je ne m'attendais pas à ce qu'elle me rattrape, quand même pas. Je savais qu'elle m'en voulait. Je m'en voulais aussi. Et tout ce qui m'arrivait était une punition bien assez douloureuse pour qu'elle en rajoute une couche. Soudain, elle me gifla. Ma tête partit sur le côté tant elle était puissante, recelant toute sa rage et sa rancœur contre moi. Mon cœur se brisa un peu plus – si c'était possible – et je baissais les yeux sur le sol, comme un petit garçon grondé par sa mère. De quel droit me giflait-elle ? Cependant, je savais qu'elle en avait tous les droits. J'étais même étonné qu'elle ne m'ait pas frappé plutôt. J'en méritais bien d'autres. Je ne voulais pas la blesser en l'embrassant, telle n'était pas mon intention... Je voulais juste lui dire au revoir. Mais, visiblement, tous mes gestes étaient toujours mal interprétés... Quoique je fasse, je passerais pour le méchant. Régina avait raison, finalement : nous ne serions jamais acceptés, quoique nous fassions, aussi fort que nous le désirions. Nous étions les vilains pas beaux. Je redressais lentement la tête. Belle m'avait fait me sentir bien, à une époque. Elle m'avait rappelé que le monstre cachait un cœur, au fond de lui. Mais maintenant, elle pensait s'être lourdement trompée, et je ne pouvais que lui donner raison : il n'y avait pas de cœur sous la carapace. Seulement un vide béant. Je remarquais alors qu'elle pleurait. Encore de ma faute... Songeais-je. Mais elle ne semblait pas vraiment triste, c'était de la colère. Je restais figé sur place. Devais-je la prendre dans mes bras ou m'en aller sans regarder en arrière, qu'on en finisse ?

C'est alors que la vraie colère de Belle s'expulsa de ses lèvres. Elle parla vite, mais clairement... Et assez fort pour que le voisinage nous regarde. Nous nous donnions en spectacle. Magnifique. Une réputation de parfait connard. Un peu plus ou un peu moins, me direz-vous, ça ne change pas grand chose. Je la regardais sans ciller, sans broncher, et j'écoutais ses reproches. Je fronçais légèrement les sourcils quant à sa dernière phrase. Elle plaisantait, là ? Oui, bien sûr, elle se laissait emporter dans son discours. Car, qu'elle en soit sûre, j'irais parler personnellement à n'importe quel pervers qui oserait la toucher. Si elle se remettait en couple aussi, j'irais parler personnellement à cette personne. Pas pour lui faire du mal, non, mais pour savoir s'il ferait l'affaire. Je jetais un vague coup d'œil à l'enveloppe que je tenais dans ma main. Oui. Je ne pensais qu'à l'argent, à mes pouvoirs, à ma magie, à mes petits soucis personnels... J'étais égoïste et égocentrique d'après les personnes qui m'étaient le plus proches. Et ces personnes s'en allaient petit à petit. Mon père m'avait abandonné, Milah m'avait abandonné, Bae m'avait abandonné ... Non. JE l'avais abandonné, mais ça revenait au même. Et maintenant, Belle... Je me rendis compte à quel point je ne voulais pas la perdre. J'avais besoin de quelqu'un à mes côtés. J'avais besoin d'elle. Un peu tard, tu ne crois pas ? susurra une voix à mes oreilles. Je fis un pas en avant. Nous étions à nouveau proche, elle et moi. Mais je ne comptais pas l'embrasser. Elle ne voulait pas que je la touche ? Très bien. Je lui tendis l'enveloppe. J'allais revendre cette maison à l'administration de la ville. Je ne voulais aucun argent de la part de Belle et de son cher et tendre Gabriel, de toute façon.

« Reprends-le. Je n'en ai pas besoin. » Je filais de l'or, que diable ! Alors un peu plus, un peu moins... J'avais toujours des sous plein les poches. Mais maintenant, l'heure de la franchise était venue. Pas mon fort, ça... Mais il le fallait. Je faisais peut-être tout trop tard, mais, au moins je le faisais. Je pris une grande inspiration. « Il y a très, très longtemps, je n'avais aucun pouvoir. Je n'étais pas le Ténébreux. J'étais un homme couard, lâche et pauvre comme... Mon père. J'avais une femme, Milah... Je me suis engagé à la guerre, pour prouver que je n'étais pas lâche, pour être un héros. L'heure venue, le soir avant la bataille, une voyante m'a dit que je mourrais à la bataille, le lendemain. Je me suis moi-même cassé la jambe pour ne pas y aller. » Je plongeais mes yeux dans ceux de Belle. Tels étaient les mots que j'aurais du lui dire, l'autre fois, lorsqu'elle m'avait posé la question. Mais je n'en avais pas eu le courage. J'avais eu peur qu'elle me prenne encore plus pour un lâche. Je ne lui parlais pas de mon fils, évidemment, sujet trop sensible. Je ne pouvais pas parler de lui, personne ne savait et personne ne saurait. D'une voix douce et calme, celle d'un homme las et brisé, je repris la parole : « Tu vois, Belle, je suis un lâche. Milah ne l'a pas supporté, elle est partie avec un autre. Et puis elle est morte. » je fis un effort pour ne pas que ma voix se brise. Je tendis la main vers son visage, mais ne le touchais pas, comme elle me l'avait ordonné. « Je suis désolé, Belle. J'ai tellement l'habitude que les gens me tournent le dos que je les repousse avant qu'ils ne me blessent... Mais c'est toi que je blesse, maintenant... C'est pire. Je n'ai pas eu le courage de te révéler beaucoup de choses. Mais sache que ... Je t'aime. Ca, c'est sincière, ça c'est vrai... Tu es la lumière qui éclaire mes pas dans les ténèbres. » Je lui souris tristement. « Je regrette beaucoup de choses. J'ai fait beaucoup d'erreurs... J'ai besoin de toi... » Ma dernière phrase ne fut plus qu'un murmure. A quel jeu jouais-je ? Pourquoi lui disais-je cela ? Pourquoi alors que nous savions pertinemment que, fatalement, au bout d'un moment, je la repousserais à nouveau.

Code by Silver Lungs

_________________

Deal is struck
“I'm lame, friendless… The only thing I've got is my boy, and they're going to take him away from me. If they take him away, I will truly, truly become dust.”
Revenir en haut Aller en bas
Belle L. Littleton
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Saku's
⇜ feat by : Emilie de Ravin

ժ Messages : 661
ժ Sous d'or : 513
ժ Âge : 22ans
ժ Profession : Bibliothécaire
ժ Conte : La Belle et la Bête
ժ Qui es-tu en réalité ? : Belle

MessageSujet: Re: Oh non pas toi... [Pv Goldinou] Dim 1 Déc - 19:28




Oh non pas toi...

Elle voulait qu'il parte et vite. Elle n'arrivait plus à retenir les larmes qui coulaient sur ses joues. Aux larmes de rage s'étaient substituées celles de tristesse. Quel gâchis que leur histoire. Le revoir était tout simplement trop dur. Sentir à nouveau ses lèvres sur les siennes... non c'était trop. Son pauvre coeur ne pouvait pas en supporter autant.

Elle regarda d'un air suspicieux l'enveloppe qu'il lui tendait à nouveau. Il faisait quoi là? Il lui faisait la charité? Elle n'avait pas besoin qu'il lui paye son loyer, elle était capable de le faire seule. Il pensait lui faire un fleur? Lui prouver peut être qu'il ne tenait pas tant que ça à l'argent. C'était peine perdu. Elle savait qu'il avait préféré son pouvoir à elle. Rien de ce qu'il ferait, ne changerait ça. Elle avait cru qu'un coeur se trouvait enfoui derrière le masque du monstre. Il avait tout fait pour lui prouver qu'elle avait tord. Il avait réussi.


« Reprends-le. Je n'en ai pas besoin. »

Elle le fixa, les bras croisés, refusant de prendre le chèque qu'il lui tendait. Elle attendait juste qu'il parte et qu'il sorte définitivement de sa vie.

« Il y a très, très longtemps, je n'avais aucun pouvoir. Je n'étais pas le Ténébreux. J'étais un homme couard, lâche et pauvre comme... Mon père. J'avais une femme, Milah... Je me suis engagé à la guerre, pour prouver que je n'étais pas lâche, pour être un héros. L'heure venue, le soir avant la bataille, une voyante m'a dit que je mourrais à la bataille, le lendemain. Je me suis moi-même cassé la jambe pour ne pas y aller. »

Elle resta à l'écouter sans rien dire. Ses bras se détendaient légèrement tandis qu'il parlait. Ses mots... elle avait espéré les attendre il y a longtemps. Il n'arrivait pas à croire qu'elle les entendait enfin. Elle pensait qu'il ne se confierait jamais, qu'il garderait toujours cette part d'ombre, de secret en lui. Alors pourquoi se confiait-il finalement à elle? Pourquoi maintenant? Pourquoi trop tard?

« Tu vois, Belle, je suis un lâche. Milah ne l'a pas supporté, elle est partie avec un autre. Et puis elle est morte. »

Elle pouvait voir sur ses traits l'homme qu'il était réellement. Cet homme cachait derrière le monstre. L'homme avec un coeur qui souffrait du départ de sa femme, qui avait une si piètre opinion de lui même. Et son coeur se serra en le voyant ainsi. En voyant devant elle l'homme qu'elle aimait et non plus le monstre qu'il essayait de lui faire croire.

« Je suis désolé, Belle. J'ai tellement l'habitude que les gens me tournent le dos que je les repousse avant qu'ils ne me blessent... Mais c'est toi que je blesse, maintenant... C'est pire. Je n'ai pas eu le courage de te révéler beaucoup de choses. Mais sache que ... Je t'aime. Ca, c'est sincère, ça c'est vrai... Tu es la lumière qui éclaire mes pas dans les ténèbres. Je regrette beaucoup de choses. J'ai fait beaucoup d'erreurs... J'ai besoin de toi... »

Quel gâchis réellement. Elle ne pouvait s'empêcher de se demander pourquoi. Pourquoi il lui disait tout ça maintenant alors qu'il était trop tard. Alors qu'il avait tout gâché entre eux. Elle aurait aimé qu'il lui dise tout ça il y a un mois, lors de cette terrible nuit où elle était partie. Maintenant... c'était trop tard pour recoller les morceaux. Elle avait trop mal.

Elle se rapprocha de lui et posa ses mains tendrement sur ses joues. Avec un sourire triste elle caressa doucement la peau glabre de ses joues. Elle se pencha finalement et déposa un léger baiser sur les lèvres. Elle ferma les yeux pour mieux apprécier la douceur de ses lèvres, à quel point elles lui avaient manqué. Elle recula finalement, laissant ses mains sur son visage et plongeant ses yeux dans ceux de Rumple.


- Tu n'es pas un lâche. Tu as préféré vivre plutôt que d'aller au devant d'une mort certaine. Il n'y a rien de lâche à préférer vivre plutôt que mourir. J'aurais été ta femme...

Sa voix se brisa tandis qu'elle prononçait ses mots. Elle se reprit et continua à parler.

- Je ne serais pas partie. J'aurais préféré avoir un homme qui rentre de la guerre plutôt qu'être veuve.

Elle laissa finalement retomber ses mains et recula de quelques pas.

- Mais c'est trop tard... Ce n'est pas maintenant que j'ai besoin d'entendre ça. C'était il y a un mois quand je te l'ai demandé. Alors pourquoi maintenant? Pourquoi me le dis tu quand il est trop tard?

Il lui avait fait du mal. Il l'avait laissé souffrir. Et maintenant qu'elle commençait à aller mieux il revenait tout détruire. Lui dire ces mots qu'elle avait tellement espéré entendre. Ces mots qui aujourd'hui lui faisaient tellement de mal. Parce que c'était trop tard. Parce que rien ne pouvait effacer ce qu'il avait dit ce soir là.

- Tu ne peux pas revenir et me demander de faire comme si il ne s'était rien passé. Tu me dis que tu m'aimes mais tu ne me disais pas ça ce soir là. Qui me dis que tu ne vas pas me faire souffrir à nouveau? Qui me dit que tu ne me repousseras pas une troisième fois?
© charney


_________________
Some loves are meant to be, Other, are cursed....
code episkey.
Revenir en haut Aller en bas
Mr. Gold
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Myself
⇜ feat by : Robert Carlyle

ժ Messages : 677
ժ Sous d'or : 321
ժ Âge : Un peu plus de 40 ans... Mais si on comptait vraiment, j'aurais plus de 200 ans.
ժ Profession : Prêteur sur gage, antiquaire, ... Et tant d'autres choses.
ժ Conte : La belle et la bête, Peter Pan, le Nain Tracassin
ժ Qui es-tu en réalité ? : Rumplestiltskin, the Dark One

MessageSujet: Re: Oh non pas toi... [Pv Goldinou] Dim 1 Déc - 21:28

I was in the darkness so darkness I became
Belle ∞ Mr. Gold


Je m'attendais à de l'indifférence, voire du mépris... Mais, au contraire, lorsque j'eus fini de parler, ses douces mains se posèrent sur mon visage. Je plongeais mes yeux dans les siens, triste. En voyant son regard, je savais qu'elle ne pardonnerait pas... Même lorsqu'elle posa rapidement ses lèvres sur les miennes. J'aurais tant aimé le prolonger, passionnément... La serrer dans mes bras, tout contre moi et la garder. Pourquoi revenais-je sur ma décision de la laisser vivre sa vie avec quelqu'un d'autre ? Pourquoi revenais-je sur ma décision de me consacrer uniquement à Bae et de ne pas lui laisser de place à elle ? Je me rendais compte que je ne voulais pas la perdre. Cette extrême jalousie que j'avais ressentie en pensant qu'elle était en couple avec Gabriel m'avait sauté aux yeux. Je ne voulais pas que cela se passe comme avec Milah... Qu'elle tombe amoureuse de quelqu'un d'autre, qu'elle parte et puis ... Qu'elle m'avoue ne m'avoir, au final, jamais aimé. Je refaisais toutes les erreurs que j'avais déjà faites ou que j'avais subies. Pour commencer, abandonner mon fils, ensuite rompre avec Belle en me trouvant de belles excuses... Je voulais que l'on me voie comme un monstre, c'était préférable, ça rassurait les gens et ça me rassurait aussi. Un monstre n'a ni sentiments, ni états d'âme, c'est donc plus simple... Sauf que j'étais empli de douleur, d'amertume, et de tant d'autres choses... Que seule Belle semblait comprendre. Et j'en avais besoin. Je m'en rendais compte beaucoup trop tard. La tasse, symbole de notre amour, était brisée et jamais elle ne pourrait être réparée maintenant que nos deux cœurs l'étaient aussi et qu'aucun retour en arrière n'était possible.

Elle me dit d'ailleurs les mots que j'avais besoin d'entendre, comme toujours, et qui me mirent un peu de baume au cœur. Mes yeux brillèrent, empli par des larmes qui ne coulèrent pas. Je refusais de pleurer devant Belle alors que j'étais en tort... Sans compter que, au fond, je ne l'avais pas fait que pour moi, mais pour que mon fils ait une chance de grandir avec un père. C'était à cela que j'avais pensé en priorité et non à moi-même... Mais j préférais taire ce détail pour le moment, personne n'avait besoin de connaître son existence. Elle laissa finalement retomber ses mains le long de son corps et je regrettais aussitôt leur douceur et leur chaleur. Si seulement j'avais été moins stupide... Si seulement j'avais eu le courage de lui dire tout cela plus tôt... J'aurais tant aimé lui dire plus encore. Lui raconter des choses sur ma vie passée, lui confier le terrible secret sur mon père que je n'avais jamais révélé à personne, même pas à mon propre fils. Je secouais la tête, suite à ses questions, navré. Je n'avais aucune réponse à lui apporter, malheureusement... Rien de concret. J'étais un lâche, comme je le lui avais dit à l'instant.. Et comme tout le monde me l'avait dit un jour : les gens du village, Milah, Killian Jones – cet immonde capitaine – et même Bae... Les dernières paroles que je gardais de lui en mémoire. Une larme roula sur ma joue à ce douloureux souvenir. J'étais un homme plein de regrets.

Je ne savais pas quoi lui répondre... Je me contentais de la regarder avec une tendresse dont je ne me croyais plus capable et secouais doucement la tête. Je ne savais pas. Que devais-je lui dire ? La vérité. Souffla une voix à mon oreille. Mais je lui avais déjà dit la vérité... Enfin en partie. Parler de mon fils ? Je n'en avais aucune envie. Pour le protéger. Protéger quoi, tu ne sais même pas où il est ! Bon, d'accord... Pour ME protéger. Je n'avais pas envie de souffrir, de rouvrir des plaies. Je savais que je pouvais faire confiance à Belle pour qu'elle ne le répète à personne, mais j'avais peur. Oh oui... Tellement peur que, sans faire attention, elle laisse échapper des informations. Je posais délicatement ma main sur sa joue pour essuyer les résidus de larmes. « Je ne sais pas... Rien ne me le dit non plus. Je pourrais très bien le faire, pour ne rien te cacher... Mais je vais te dire... Ce n'est pas mon pouvoir et ma magie que je préfère à toi, Belle. Tu es bien plus précieuse que toutes ces babioles derrière lesquelles je me cache. »

Elle n'avait aucune raison de me croire. Mais il le fallait. Car c'était vrai. J'aimais ma magie, certes, cela me rassurait beaucoup de me savoir puissant, immortel et intouchable. Je n'aurais pas été prêt à abandonner cette magie pour elle... Puisque, malgré tout l'amour que j'avais pour elle, c'était mon fils que je portais dans mon cœur. C'est seulement à lui, je crois, que j'obéirais sans rien dire et qui serait ma future fin heureuse. Pas elle... Alors pourquoi m'accrocher ? Nous n'étions peut-être même pas faits l'un pour l'autre. « Je ne pense pas que nous soyons des âmes sœurs, sinon ce serait moins compliqué... Je suis idiot. » Je baissais la tête. Oui, j'étais idiot. J'avais tout gâché alors qu'elle commençait à faire de réels efforts. J'avais tout fait pour qu'elle s'en aille et maintenant, je lui faisais de beaux discours. « Je t'aime tellement, Belle... Je sais que tu ne peux pas me pardonner. J'ai déjà du mal à me pardonner moi-même... Mais j'ai fait trop d'erreurs pour que tu ne saches pas à quel point je regrette. Alors, je t'en prie, que tu sois en couple avec Gabriel ne me dérange pas, mais... Ne me juge pas trop sévèrement.. »

Voilà, j'avais émis mon hypothèse. Ça me dérangeait beaucoup qu'elle soit en couple avec lui, mais tant pis. Je décidais d'être quelqu'un de bien. J'avais besoin d'elle, mais j'avais tout gâché. A moi d'assumer, comme un grand garçon. Je replaçais une mèche de ses cheveux blonds et me penchais pour l'embrasser... Mais déviais vers sa joue. Si j'avais déposé ses lèvres sur les siennes, je n'aurais pas eu le cœur de partir... Mais cette bise ne m'empêcha pas de l'attirer contre moi pour la serrer tendrement contre mon torse. « Je t'aime. Je n'avais pas assez de courage, avant... » Chuchotais-je à son oreille. Elle devait en avoir marre de m'entendre lui dire cela trop tard.

Code by Silver Lungs

_________________

Deal is struck
“I'm lame, friendless… The only thing I've got is my boy, and they're going to take him away from me. If they take him away, I will truly, truly become dust.”
Revenir en haut Aller en bas
Belle L. Littleton
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Saku's
⇜ feat by : Emilie de Ravin

ժ Messages : 661
ժ Sous d'or : 513
ժ Âge : 22ans
ժ Profession : Bibliothécaire
ժ Conte : La Belle et la Bête
ժ Qui es-tu en réalité ? : Belle

MessageSujet: Re: Oh non pas toi... [Pv Goldinou] Jeu 5 Déc - 14:53




Oh non pas toi...




Elle frissonna en sentant sa main se poser sur sa joue pour essuyer les larmes qui s'étaient mises à couler. Elle voulait qu'il s'en aille. Elle ne cessait de se répéter ça en boucle depuis qu'elle l'avait vu. A force peut être finirait-il par comprendre. Peut être qu'il se rendrait compte qu'il la faisait surtout souffrir en restant ainsi. Elle se sentait faible, si faible là maintenant. Elle avait envie de lui crier de rester, de se blottir pour toujours contre cette main qui diffusait tant de chaleur et de douceur. Oh comme ce contact lui avait manqué. Comme il lui faisait du bien autant qu'il la faisait souffrir.

« Je ne sais pas... Rien ne me le dit non plus. Je pourrais très bien le faire, pour ne rien te cacher... Mais je vais te dire... Ce n'est pas mon pouvoir et ma magie que je préfère à toi, Belle. Tu es bien plus précieuse que toutes ces babioles derrière lesquelles je me cache. »

Encore trop tard... Toujours trop tard... Et il ne disait pas tout... Non il gardait toujours une part de mystère en lui. Il ne se confiait jamais à elle. Enfin jamais complètement. Comment pouvait-elle lui faire confiance s'il ne lui disait pas tout. Car il y avait bien quelque chose qu'il faisait passer avant elle. Il le lui avait avoué. Alors si ce n'était pas son pouvoir qu'est-ce que c'était? Quelle était cette chose si importante à ses yeux pour qu'il la fasse passer avant elle et qu'il la tienne à l'écart.

« Je ne pense pas que nous soyons des âmes sœurs, sinon ce serait moins compliqué... Je suis idiot. »

Elle ne pouvait pas que lui donner raison. L'amour ça ne devrait pas être si compliqué. Quand on aimait une personne on voudrait juste passer sa vie entière avec elle. On ne devrait pas faire passer quoi que ce soit avant elle. On ne devrait pas la faire souffrir. C'était ce qu'elle ressentait. Mais ce n'était pas son cas. Ca ne l'avait jamais été. Elle s'était fait une raison. Ils n'étaient pas fait pour être ensemble. Pas de "ils vécurent heureux" pour eux. Il fallait qu'il comprenne, qu'il arrête et qu'il se fasse une raison. Eux deux c'était terminé.

« Je t'aime tellement, Belle... Je sais que tu ne peux pas me pardonner. J'ai déjà du mal à me pardonner moi-même... Mais j'ai fait trop d'erreurs pour que tu ne saches pas à quel point je regrette. Alors, je t'en prie, que tu sois en couple avec Gabriel ne me dérange pas, mais... Ne me juge pas trop sévèrement.. »

Il avait raison encore. Comment voulait-il qu'elle lui pardonne. Il avait rejeté ses sentiments non pas une mais deux fois. Il avait brisé son coeur à deux reprises. Elle ne pouvait que lui en vouloir. Elle était obligée de le détester. Et pourtant elle l'aimait toujours. Il n'avait pas besoin de lui demander de ne pas le juger sévèrement. Elle l'aimait et quoi qu'il fasse rien ne changerait cela. Mais elle ne pouvait plus être avec, plus le voir sans souffrir.

Elle fronça légèrement les sourcils en l'entendant parler de Gabriel. Elle et Gaby ensemble? C'était donc ça qu'il s'était imaginé? Il pensait vraiment qu'elle était capable de tourner la page aussi rapidement. Il ne comprenait donc pas qu'elle l'aimait plus que tout et que l'idée d'être avec quelqu'un d'autre était trop dur à imaginer. Il le prenait donc pour une pute à ce point pour se jeter dans les bras du premier venu moins d'un mois après leur séparation?

Elle resta figer, un peu énervée, tandis qu'il se penchait pour déposer un léger baiser sur sa joue et la serrer dans ses bras.


« Je t'aime. Je n'avais pas assez de courage, avant... »

Ses larmes roulèrent de plus belle sur ses joues. Elle en avait assez d'entendre ses mots qui lui faisaient tant de mal. Il l'aimait comme il le disait si bien mais il ne pouvait s'empêcher de lui faire du mal sans cesse. Ce n'était pas ça aimer.

Elle le repoussa doucement, se préparant une fois de plus à lui demander de partir quand il tomba sur ses voisins entrain de les espionner. L'entendre hurler avait du ramener toutes les commères du quartier. Elle voulait qu'il parte mais elle n'avait pas envie de continuer à s'afficher ainsi. Avec un soupir elle finit par lui dire.


- Suis moi... on sera mieux pour parler à l'intérieur.

Elle repartit à l'intérieur de la maison non sans avoir jeté un regard noir au passage à ses chers voisins. Elle pénétra dans la maison, son livre toujours par terre à côté du canapé, le cd continuant de tourner dans la chaine hi fi. Elle se figea en reconnaissant la chanson qui passait. Cette chanson... Celle qu'elle avait écouté en boucle ce soir comme une plaie lancinante dans sa poitrine.

I was just guessing
At numbers and figures
Pulling the puzzles apart
Questions of science
Science and progress
Do not speak as loud as my heart

Tell me you love me
Come back and haunt me
Oh when I rush to the start
Running in circles
Chasing our tails
Coming back as we are

Elle se précipita sur le poste et l'éteignit rapidement. Ce passage semblait la narguer, illustrant parfaitement la situation actuelle. "Come back and haunt me"... c'est ce qu'il faisait. Il revenait la hanter... encore une fois... Sauf que ce n'était plus ce qu'elle voulait. Elle voulait avancer. Vivre sa vie. L'oublier. Oublier la douleur qu'elle ressentait désormais en entendant ses "je t'aime".

Elle se retourna finalement vers lui et lui montra d'un geste le canapé.


- Installe toi... je vais nous chercher quelque chose à boire.

Elle s'éclipsa rapidement en direction de la cuisine, espérant qu'il ne la suivrait pas. Avec ses mains tremblantes elle tenta tant bien que mal de m'être de l'eau à chauffer. Elle sortit ensuite du placard deux tasses, les sous tasses assortis, des petites cuillères, un paquet de gâteau, du sucre et elle disposa le tout sur un plateau. Elle commençait à se calmer avec ces gestes simples. Ils lui rappelaient une autre époque. Celle où elle était prisonnière d'une bête dans un château et qu'elle le servait... Non c'était une mauvaise idée de penser à tout ça. Cela ne l'aiderait pas à se calmer. Elle sortit le thé du placard et plaça le sachet dans la théière. Elle se maudit en voyant le parfum. Le préféré de Rumple... A croire que même quand elle essayait de l'oublier il était toujours là dans ses pensées. Elle remplit finalement la théière d'eau chaude et repartit en direction du salon. Elle s'installa finalement sur un des fauteuils le plus loin possible de Rumple. Elle resta silencieuse un moment, attendant que le thé ait suffisamment infusé pour les servir à tous les deux.

Elle prit finalement sa tasse entre ses mains et plongea le regard dedans comme pour y chercher du courage.


- Je ne suis pas en couple avec Gabriel... ni même avec personne d'autre si c'est ce que tu crois. Contrairement à ce que tu sembles croire je n'ai pas réussi à t'oublier suffisamment pour passer à autre chose si rapidement.

Elle se retint d'ajouter qu'elle n'était pas la pute qu'il croyait. Que sitôt séparée de lui elle ne s'était pas jetée sur le premier venu pour qu'il la saute. Pire encore elle ne vendait pas son coeur pour espérer avoir un toit. Elle lui avait assez dit comme ça. Elle n'avait besoin ni de lui ni de personne pour s'en sortir seule.

Elle soupira avant de lever les yeux finalement de sa tasse.


- Ne me dis plus que tu m'aimes s'il te plait. Ces mots... tu aurais du avoir le courage de me les dire plus tôt. Maintenant ils me font simplement du mal. Tu as raison. Nous ne sommes peut être pas des âmes soeurs. Cela ne serait pas si compliqué sinon. Tu ne passerais pas ton temps à me faire souffrir si tu m'aimais tant que ça.

Tant pis si elle le faisait souffrir en lui disant tout ça. Il fallait qu'il comprenne, qu'il arrête de s'accrocher ainsi à elle si c'était pour finir de nouveau par la faire souffrir et par la repousser encore... Elle ne supporterait pas une troisième fois. Ca serait trop dur. Elle ne s'en relèverait pas cette fois. Déjà que cette fois ci elle arrivait à peine à chanceler... Elle n'était pas forte. Elle n'aurait pas la force de supporter une troisième rupture.

- C'est égoïste ce que tu fais. Tu ne peux pas prétendre avoir le courage d'assumer tes sentiments aujourd'hui. Tu me le dis toi même... Tu n'es pas sûr que je ne souffrirais pas à nouveau par ta faute. Qui me dit que tu ne me rejetteras pas à nouveau pour cette mystérieuse chose que tu fais passer avant moi?

Elle avala une gorgée de son thé avant de lâcher :

- Je n'ai pas besoin que tu me dises que tu m'aimes. Ce ne sont que des mots. J'ai besoin que tu me le prouves...
© charney


_________________
Some loves are meant to be, Other, are cursed....
code episkey.
Revenir en haut Aller en bas
Mr. Gold
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Myself
⇜ feat by : Robert Carlyle

ժ Messages : 677
ժ Sous d'or : 321
ժ Âge : Un peu plus de 40 ans... Mais si on comptait vraiment, j'aurais plus de 200 ans.
ժ Profession : Prêteur sur gage, antiquaire, ... Et tant d'autres choses.
ժ Conte : La belle et la bête, Peter Pan, le Nain Tracassin
ժ Qui es-tu en réalité ? : Rumplestiltskin, the Dark One

MessageSujet: Re: Oh non pas toi... [Pv Goldinou] Sam 7 Déc - 11:03

I was in the darkness so darkness I became
Belle ∞ Mr. Gold


Au bout de quelques secondes, Belle me repoussa. Pas méchamment, non... Mais cela voulait dire qu'elle souhaitait que je m'en aille. Je lui souris amèrement avant de tourner la tête en direction des quelques voisins qui regardaient avidement la scène, prêts à semer des potins aux quatre coins de la ville. S'ils osaient... Je les déposséderais de leurs biens sans aucune pitié. Après tout, je possédais ce quartier-ci – comme beaucoup d'autres dans la ville – ils devaient le savoir et ne se risqueraient pas à laisser traîner quelques rumeurs sur mon compte. Ni sur Belle. Je m'en occuperais personnellement, à l'insu de tous. Je n'avais pas envie que l'on me serve encore ces fichus discours sur le Bien et le Mal, que Belle me dise qu'elle pouvait se défendre seule, sans mon aide ou avoir Mlle. Swan sur le dos ! C'est alors que les paroles de Belle me surprirent. Elle m'invitait à entrer chez elle... ? Je restais, durant quelques secondes, coi. Si j'avais été une personne moins égoïste, j'aurais sûrement refusé de la suivre, lui aurais souhaité une bonne journée, plein de bonheur, avant de m'en aller sans casser plus de pots. Sauf que, malheureusement pour elle et moi, j'étais égoïste. Je la suivis donc à l'intérieur de la petite maison où le poste de radio tournait sur une chanson d'un groupe que je ne connaissais pas (moi et la musique de ce monde, de toute façon...) mais dont les paroles étaient plutôt tristes et je dirais même significatives quant à notre relation, à Belle et à moi. Cependant, ce n'était pas un miracle : notre histoire d'amour était tellement triste, tellement gâchée que beaucoup de chansons s'y prêtaient volontiers. Je n'allais pas m'amuser à en faire le répertoire.

Elle désigna le canapé tout en me disant qu'elle allait chercher quelque chose à boire. L'ironie de la situation me sauta aux yeux et me rappelait douloureusement des temps anciens où elle me servait dans mon château de la forêt enchantée. Je m'assis lentement sur ledit canapé et déposais ma canne contre l'accoudoir, à ma droite, avant de jeter un coup d'œil circulaire dans la maison. Rien de notable. Je me demandais pourquoi Belle avait choisi cette maison en particulier... Mais peut-être n'y avait-il aucune raison. Elle avait seulement eu besoin d'une maison à louer avec une autre personne afin de ne pas manquer d'argent... J'attrapais un petit objet posé sur la table basse entre mes doigts et le tournais dans mes mains sans vraiment le regarder. Je souhaitais tellement réparer mes erreurs, maintenant. Je ne m'attendais pas à ce qu'elle me pardonne, mais... J'avais besoin d'elle. Je ne m'en rendais compte que maintenant, beaucoup trop tard. Tout était déjà fichu en l'air et il y avait trop de dégâts pour que j'espère les réparer entièrement. Peut-être arriverais-je à colmater les trous de mon cœur en retrouvant mon fils ? Je l'aimais plus que je n'aimais Belle. Triste à dire, mais c'était vrai. Je n'avais vécu que pour le retrouver, pendant de nombreuses années... Alors, oui, je ne pouvais pas accepter entièrement Belle dans ma vie tant que je n'aurais pas fait ce que j'avais à faire. Et après, il serait bien trop tard pour souhaiter former un couple avec celle que j'avais cru être mon âme sœur, fut un temps.

Lorsque Belle revint dans la pièce, je reposais délicatement l'objet sur la table basse et la remerciais lorsqu'elle me servit ma tasse de thé. Le thé... J'aimais énormément ce breuvage – plus que le goût amer du café. Je humais le parfum et constatais avec surprise que c'était mon parfum préféré. Menthe et réglisse. Belle s'installa loin de moi et un petit silence s'installa. Nous ne savions quoi dire, ni l'un ni l'autre. Je pris la tasse et la portais à mes lèvres. Si elle m'avait vraiment détesté, elle m'aurait servi un de ces affreux thé aux fruits rouge imbuvables. Mais ce n'était même pas le cas... Passons. La voix de Belle fusa soudain dans l'air et j'eus une impression de légèreté. Elle n'était pas en couple avec Gabriel ! Pourquoi cette nouvelle me ravissait-elle autant ? Je levais la tête vers elle et m'efforçais de cacher mon soulagement et ma joie. J'aurais aimé la prendre dans mes bras et la faire valser au milieu du salon. Je l'aurais sans doute fait, jadis, dans la forêt enchantée. Je n'étais pas vraiment le même homme et, comme je l'avais dit maintes et maintes fois, j'avais perdu mon excentricité et mes blagues de mauvais goûts.

Je déchantais bien vite lorsqu'elle me demanda de ne plus lui dire que je l'aimais. J'avais attendu trop longtemps avant de lui souffler ces petits mots qui auraient changé beaucoup de choses dans notre relation. A mon tour de baisser les yeux sur ma tasse et sur son contenu. Je comprenais. Vraiment, je comprenais. J'avais été bien idiot. Bien bête, comme qui dirait. Notre histoire n'avait rien d'un conte de fées. J'avais lu le roman la Belle et la Bête, dans ce monde, et, croyez-moi, ça n'avait strictement rien à voir avec ce que nous vivions, Belle et moi. Je me surpris à envier la facilité de l'amour qui unissait Charmant et Blanche-Neige. Bien que cette histoire soit niaise et insipide, j'osais croire qu'ils ne souffraient pas en se faisant du mal l'un l'autre. J'aurais bien aimé que notre amour, à Belle et moi, soit niais et insipide. Je levais finalement les yeux sur elle, abattu. Il n'y avait aucun espoir de récidiver. Je tiquais sur le mot « chose » Il était vrai que je n'avais jamais rien précisé, mais mon fils n'était pas une ... Chose. J'aurais aimé le lui lancer à la figure : « N'insulte pas mon fils, je te prie. » Mais je ne le fis pas, car j'avais fait le serment de tout faire pour le retrouver. Et je n'avais pas assez confiance pour en dévoiler le secret. Et, là encore, pour qui risquerait-elle de me prendre ? Un triple lâche, indigne, un père horrible et ignoble... Je ravalais les larmes de colère – colère envers moi-même – et de tristesse qui s'étaient mises à briller au fond de ms yeux. Sans doute Belle croirait-elle m'avoir blessé avec ses paroles. Oh... Oui, c'était le cas, mais pas au point que j'en arrive à pleurer.

Des actes, c'était ce qu'elle voulait ? Mais que devais-je faire pour lui prouver mon amour ? J'avais beau être très vieux (Enfin très... Pas tant que ça, tout de même !) j'avais une faible expérience dans ces choses-là et, à part Milah et Belle, je n'avais jamais connu de femme. Pas en amour. Voulait-elle que je lui offre des bijoux ? Des fleurs ? Un dîner dans un restaurant chic, peut-être ? Je reposais doucement la tasse sur la table basse. Je n'avais aucune envie de courtiser Belle, pour le moment. Pas en sachant que je risquais de la perdre au moindre faux pas. Je me mordis la lèvre inférieure. Je faillis alors tout lui révéler. Absolument tout. Que j'avais un fils, quelque part sur cette terre, que je devais retrouver, par tous les moyens, et que je ne pouvais la faire passer avant lui, parce qu'il était mon fils, parce que je l'avais abandonné et que je ne devais pas l'abandonner à nouveau pour quelqu'un d'autre. Peut-être cela aurait-il arrangé certaines choses dans notre relation... Mais je me tus. Je n'eus, encore une fois, pas le courage, sans doute. Je me contentais de secouer la tête, pris au dépourvu, sans savoir que dire. Il me fallut un peu de temps avant de rassembler des bribes d'idées.

« Te le prouver... Je veux bien, mais comment ? »

Que voulait-elle, au juste ? Une déclaration à l'italienne, rose dans la bouche, danse endiablée, vin, et tout le tralala cliché ? Ou bien...

« J'ai compris... Je baissais la tête et serrais mes mains l'une contre l'autre. Tu vas me dire que si je t'aimais vraiment, le seul acte pour te le prouver, c'est de m'en aller et de te laisser tranquille ? ... Si c'est ce que tu veux me dire, alors je n'ai pas envie de t'aimer vraiment. Parce que je n'ai pas envie de m'en aller. »

J'étais égoïste, elle devait pour le savoir depuis le temps qu'elle me connaissait... Un horrible lézard. Mais je n'avais pas envie de la laisser, c'était vrai.

« Je n'ai pas envie de te blesser à nouveau non plus. J'aimerais revenir en arrière... Mais je comprends, ce n'est pas possible... je plongeais mes yeux dans les siens. « Je réitère donc mon offre : nous pourrions être de bonnes connaissances. Pas d'amour. Simplement des saluts courtois, un café – ou un thé – de temps en temps... Un déjeuné, à l'occasion... » C'était une chimère, mais ma voix se fit presque suppliante : « J'ai besoin de toi, Belle... »

Code by Silver Lungs

_________________

Deal is struck
“I'm lame, friendless… The only thing I've got is my boy, and they're going to take him away from me. If they take him away, I will truly, truly become dust.”


Dernière édition par Mr. Gold le Dim 8 Déc - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Belle L. Littleton
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Saku's
⇜ feat by : Emilie de Ravin

ժ Messages : 661
ժ Sous d'or : 513
ժ Âge : 22ans
ժ Profession : Bibliothécaire
ժ Conte : La Belle et la Bête
ժ Qui es-tu en réalité ? : Belle

MessageSujet: Re: Oh non pas toi... [Pv Goldinou] Sam 7 Déc - 18:18




Oh non pas toi...

Elle en avait assez d'entendre ses paroles vides de sens à ses yeux. Aujourd'hui il prétendait l'aimer mais combien de temps ça durerait? Combien de temps avant qu'il ne retirer ses paroles et qu'il la repousse à nouveau? Elle avait besoin de plus que ces simples mots pour lui faire à nouveau confiance. Elle avait besoin qu'il lui prouve qu'il tenait vraiment à elle. Elle avait besoin qu'il cesse de la tenir à l'écart de sa vie. Elle voulait qu'il s'ouvre plus à elle, spontanément pas seulement quand elle le suppliait de le faire ou alors quand il était trop tard.

Elle se demandait même pourquoi elle restait à discuter avec lui. C'était sans espoir entre eux. Il ne changerait pas, pas pour elle. Il le lui avait déjà prouvé. Elle ferait mieux de le laisser partir qu'elle puisse enfin l'oublier.


« Te le prouver... Je veux bien, mais comment ? »

Pourquoi continuer à s'acharner alors qu'il ne semblait rien comprendre? Si il s'imaginait qu'elle était une idiote romantique qui avait besoin qu'il lui chante la sérénade sous son balcon avec une rose dans la bouche et un quatuor à corde derrière lui ou autre chose du genre. Elle voulait juste avoir une relation sincère avec lui. Qu'elle sente qu'il lui faisait confiance. Mais ça, ça ne semblait pas possible.

« J'ai compris... Tu vas me dire que si je t'aimais vraiment, le seul acte pour te le prouver, c'est de m'en aller et de te laisser tranquille ? ... Si c'est ce que tu veux me dire, alors je n'ai pas envie de t'aimer vraiment. Parce que je n'ai pas envie de m'en aller. »

Elle ne comptait pas lui dire ça. Parce qu'elle ne voulait pas qu'il s'en aille non plus dans le fond. Elle ne l'aurait pas invité à entrer chez elle sinon. Elle lui aurait claqué la porte au nez depuis longtemps. Une partie d'elle même voulait qu'il reste et voulait que leur histoire finisse par marcher. Cette petite partie qui croyait encore à une fin heureuse comme dans la version de ce monde de leur histoire. Mais une autre partie en elle, la voix de la raison, savait que ce n'était pas possible entre eux. Il ne se dévoilerait jamais complètement. Il ne lui ferait jamais entièrement confiance. Alors ça ne pourrait jamais fonctionner.

« Je n'ai pas envie de te blesser à nouveau non plus. J'aimerais revenir en arrière... Mais je comprends, ce n'est pas possible... Je réitère donc mon offre : nous pourrions être de bonnes connaissances. Pas d'amour. Simplement des saluts courtois, un café – ou un thé – de temps en temps... Un déjeuné, à l'occasion... J'ai besoin de toi, Belle... »

Elle soupira en entendant ses paroles. Cela lui faisait tellement de mal d'entendre tout ça. Elle plongea à nouveau dans sa tasse de thé pour cacher les larmes qui avaient à nouveau perlé à ses yeux. Pourquoi est-ce qu'il la faisait toujours autant pleurer? Elle avala la moitié de la boisson avant de réussir à reprendre un peu de contenance.

- Je te l'ai déjà dit je ne peux pas. Je ne peux pas être simplement une connaissance. Tu... Tu ne te rends pas compte à quel point c'est dur pour moi en ce moment. Tu m'as repoussé. Tu m'as brisé le coeur. Tu as tout détruit entre nous. Et pourtant quand je te vois... je n'ai qu'une envie c'est me blottir dans tes bras et ne plus jamais en partir. T'embrasser jusqu'à en perdre mon souffle car la douceur de tes lèvres m'a trop manqué. C'est une torture pour moi de te voir si près et si loin de moi en même temps.

Ces traitresses de larmes avaient fini par couler sur ses joues tandis qu'elle parlait. Elle n'avait pas voulu lui dire tout ça. Elle ne voulait pas qu'il sache à quel point elle se sentait faible en sa présence. Elle aimerait tellement être forte et pouvoir le repousser. Ouvrir grand la porte de sa maison et le jeter dehors. Lui faire autant de mal qu'il lui en avait fait. Mais ce n'était pas possible... et encore moins quand il lui disait avoir besoin d'elle.

- Comment tu veux me prouver que tu tiens réellement à moi? J'aimerais que tu me fasses un peu confiance. Que tu partages spontanément tes soucis avec moi. Que tu me parles de toi et pas seulement quand il est trop tard, quand tu as déjà tout détruit entre nous.

Elle reposa sa tasse et essuya d'un geste de la main ses larmes.

- Mais je me doute que tu ne le feras pas. Tu trouveras certainement un excellente raison pour ne pas le faire, que tu me la dises ou non. Alors je préfère qu'on ne se voit plus. Je ne suis pas assez forte pour rester tranquillement à boire un thé avec toi quand tout mon corps brûle de te rejoindre.

© charney


_________________
Some loves are meant to be, Other, are cursed....
code episkey.
Revenir en haut Aller en bas
Mr. Gold
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Myself
⇜ feat by : Robert Carlyle

ժ Messages : 677
ժ Sous d'or : 321
ժ Âge : Un peu plus de 40 ans... Mais si on comptait vraiment, j'aurais plus de 200 ans.
ժ Profession : Prêteur sur gage, antiquaire, ... Et tant d'autres choses.
ժ Conte : La belle et la bête, Peter Pan, le Nain Tracassin
ժ Qui es-tu en réalité ? : Rumplestiltskin, the Dark One

MessageSujet: Re: Oh non pas toi... [Pv Goldinou] Dim 8 Déc - 18:52

I was in the darkness so darkness I became
Belle ∞ Mr. Gold



Tale as old as time, song as old as rhyme, Beauty and the Beast.

Elle était si belle, si fragile, si délicate. Et, plus que tout, elle était la femme que j'aimais. Alors pourquoi tout cela devait-il être si compliqué, si dur, si douloureux ? Je n'arrivais pas à comprendre ma propre bêtise. Et la sienne, aussi : quelle idée de s'être éprise de moi ! Les paroles qu'elle prononça me brisèrent le cœur – si toutefois j'en avais encore un. J'aurais aimé que tout soit possible. Que nous nous reparlions comme avant. Mais le temps ne se remonte pas, malheureusement, je l'avais appris à mes dépens et c'était ce qu'il y avait de plus déchirant au monde : vivre avec des erreurs que l'on ne pourrait pas réparer, plein de regrets. Les larmes roulèrent à nouveau sur son visage et l'envie de la serrer contre moi pour la réconforter se fit très forte. Je posais mes mains sur mes genoux et baissais les yeux. Qu'avais-je donc fait à cette femme ? Je l'avais brisé. Ma douce, ma gentille Belle qui était mon parfait opposé, en un sens. C'est alors qu'elle me parla de confiance... Un sourire amer naquit sur mon visage. J'aurais tant voulu lui faire confiance. Une nouvelle porte venait de s'ouvrir. C'était le moment, en effet, de commencer à faire confiance à quelqu'un d'autre qu'à moi-même. Après tout, la perte de mon fils n'était-elle pas due au manque de confiance que j'avais placé en lui ? Il m'avait détesté pour ça... Il me l'avait dit de vive voix. Ce souvenir finit d'achever ma douleur et je plongeais ma tête dans mes mains pour ne pas laisser paraître mon visage qui décomposait. Je frottais vivement mes yeux du bout des doigts avant de reprendre contenance et de lever mon regard sur Belle qui, elle aussi, avait essuyé ses larmes. C'était maintenant ou jamais.

« Te souviens-tu des vêtements que tu avais trouvé, dans mon château ? Je t'ai dit qu'ils appartenaient à un fils que j'avais perdu. Perdu ne voulait pas dire qu'il était mort... » J'avalais difficilement ma salive. C'était la première fois que je parlais de Bae à quelqu'un d'autre depuis toutes ces années. Tout le monde ignorait son existence à part moi. Ou alors les autres le croyaient morts... Pourtant, je n'en avais jamais dit un mot. Je m'étais contenté de tout mettre au point afin de le retrouver le plus rapidement possible. Mon magnifique petit garçon qui comptait tant à mes yeux... Et que j'avais laissé tomber. Que j'avais abandonné dans un monde sans magie parce que je n'étais qu'un lâche. « Il s'appelle Baelfire... » je parlais d'un ton égal, neutre et très calme. Seul mon regard traduisait l'extrême affection que je lui portais. « Il m'a honteusement été arraché. Il est tombé dans un monde sans magie, ce monde. Et j'ai juré, depuis lors, de passer ma vie à le chercher, quand bien même je n'aimerais que ça au monde. »

Je baissais les yeux sur ma tasse vide. Voilà, j'avais tout dit. J'avais fait confiance. Et j'avais la désagréable impression d'avoir eu tort. Je me levais lentement et me dirigeais vers Belle pour prendre ses mains dans les miennes et la faire se lever. Doucement, je la serrais contre moi et caressais ses cheveux devenus blonds d'une main affectueuse et vibrante d'amour. J'avais vraiment besoin d'elle, cela m'apparaissait très clairement. Je déposais un baiser sur son front. « Ce n'est ni par envie de pouvoir ou de magie, Belle. Je suis désolé de t'avoir éjecté de la sorte, la dernière fois. J'ai eu peur. » Peur d'aimer, peur d'être aimé... Peur d'être abandonné. Et, surtout, peur de me détourner de mon but et de ne plus penser qu'à Belle, d'oublier Bae. Pas maintenant, alors que j'étais si prêt du but. Sans m'en rendre compte, je me balançais lentement et machinalement de droite à gauche, comme si je la berçais dans mes bras. Je priais pour qu'elle ne me repousse pas alors que je venais de lui tendre une partie de mon cœur sur un plateau. Que je venais de lui révéler l'un des secrets les plus importants de ma vie. Mon fils... L'être le plus cher de tout l'univers. « Sois en sûre, Belle, je ne veux pas te perdre mais je dois finir ce que j'ai commencé seul. Mais j'ai besoin de toi, à côté de ça. » J'aurais voulu ajouter d'autres choses comme, par exemple, que je ne pouvais pas vivre sans elle pour me guider, que je redevenais un monstre sans lumière pour m'éclairer... Mais j'avais peur de devenir aussi niais que Snow et David.

Je déposais un tendre baiser sur ses lèvres et fermais les yeux.

Code by Silver Lungs

_________________

Deal is struck
“I'm lame, friendless… The only thing I've got is my boy, and they're going to take him away from me. If they take him away, I will truly, truly become dust.”
Revenir en haut Aller en bas
Belle L. Littleton
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Saku's
⇜ feat by : Emilie de Ravin

ժ Messages : 661
ժ Sous d'or : 513
ժ Âge : 22ans
ժ Profession : Bibliothécaire
ժ Conte : La Belle et la Bête
ժ Qui es-tu en réalité ? : Belle

MessageSujet: Re: Oh non pas toi... [Pv Goldinou] Mer 11 Déc - 12:03




Oh non pas toi...




Elle serra ses mains l'une contre l'autre, les fixant, comme ci de les regarder les empêcheraient de trembler. Elle savait qu'il allait partir. Il était obligé de le faire. Il ne se confierait pas à elle. Il ferait exactement ce qu'elle avait dit. Et elle espérait que cette fois ci il allait partir pour de bon, la laisser enfin l'oublier. Elle ferma les yeux quand elle l'entendit prendre la parole. Non elle ne voulait pas l'entendre. Elle voulait juste l'oublier lui et l'amour qu'elle avait pour lui.

« Te souviens-tu des vêtements que tu avais trouvé, dans mon château ? Je t'ai dit qu'ils appartenaient à un fils que j'avais perdu. Perdu ne voulait pas dire qu'il était mort... »

Elle rouvrit les yeux et les releva sur Rumple. Elle se rappelait parfaitement des vêtements en question. Elle se rappelait aussi comment il s'était renfermé sur lui même quand elle avait essayé d'en parler. Elle ne s'était pas attardée sur le sujet. Il l'effrayait tellement au début. Tous ces pouvoirs de Ténébreux... il aurait pu la tuer d'un claquement de doigt et elle en avait conscience. Il lui avait fallu du temps pour voir l'homme qui se cachait derrière le Ténébreux. Elle avait fini par l'aimer même.

« Il s'appelle Baelfire... Il m'a honteusement été arraché. Il est tombé dans un monde sans magie, ce monde. Et j'ai juré, depuis lors, de passer ma vie à le chercher, quand bien même je n'aimerais que ça au monde. »

Sa main se portant a sa bouche pour étouffer le hoquet de surprise qui l'avait pris. Elle ne pensait pas qu'un jour il lui avouerait tout ça. Ses suppliques... elle pensait qu'elle ne les entendrait jamais. Ca expliquait tout. Son fils... il avait perdu son fils... Comment est-ce qu'on pouvait se remettre de la perte de son enfant? Elle n'était pas une mère. Elle ne pouvait pas imaginer ce que c'était mais elle savait que c'était certainement l'une des pires choses qui puisse vous arriver. Elle comprenait pourquoi c'était si important pour lui. Elle restait blessée cependant qu'il ne lui en ait pas parlé plutôt. Elle aurait pu l'aider, le soutenir. C'était ça qu'on faisait quand on était un couple, non?

Elle se laisse faire tandis qu'il lui prenait les mains pour la faire se relever. Elle retint un soupir de bien être quand il la prit doucement dans ses bras. Elle se sentait si bien là. Il lui avait tellement manqué. Ce mois lui avait semblé durer une éternité.


« Ce n'est ni par envie de pouvoir ou de magie, Belle. Je suis désolé de t'avoir éjecté de la sorte, la dernière fois. J'ai eu peur. »

Elle l'avait jugé trop hâtivement la dernière fois. Elle avait cru qu'il n'avait que son pouvoir à l'esprit, ses projets pour dominer les autres, ses petits contrats. Mais au final... tout ça il semblait le faire uniquement dans le but de retrouver son fils. Elle s'en voulait de l'avoir mal jugé autant qu'elle lui en voulait de ne jamais lui avoir parlé de tout ça, de l'avoir tenu écartée de la chose la plus importante de sa vie.

« Sois en sûre, Belle, je ne veux pas te perdre mais je dois finir ce que j'ai commencé seul. Mais j'ai besoin de toi, à côté de ça. »

Et c'est là qu'elle sut que ça ne pourrait pas marcher entre eux. Pas tant qu'il n'aurait pas retrouvé son fils. Et même après... Il ferait toujours passer son enfant avant elle. Et elle le comprenait. Même si cela lui brisait le coeur elle comprenait qu'il avait besoin de concentrer tous ses efforts sur la recherche de son fils. Elle ne voulait pas qu'il oublie ses recherches pour elle. Elle ne pouvait pas lui demander ça. Alors elle lui dirait. Il fallait qu'ils arrêtent. Il avait raison. Ca ne pourrait pas marcher. Il fallait qu'il se concentre sur son fils. Ca aurait pu être une belle histoire entre eux mais elle n'aurait pas lieu. Certaines histoires, comme celle de Charming et Snow, étaient faites pour marcher, d'autres non. Ils faisaient certainement partie de la seconde catégorie.

Elle ferma les yeux tandis qu'il déposait un tendre baiser sur ses lèvres. Sa décision était prise. Ce serait leurs derniers moments ensembles. Alors elle espérait en profiter. Si elle ne devait plus jamais être avec lui, elle voulait profiter au maximum de sa présence. Elle appuya un peu plus le baiser avant de se reculer légèrement. Elle passa ses mains sur les joues de Rumple en lui souriant tendrement.


- Je comprends tout à fait. Et je te pardonne Rumplestliskin.

Elle lui sourit à nouveau avant de l'embrasser plus passionnément. Elle colla son corps tout contre le sien. Elle passa ses mains sous la chemise de Rumple, les faisant courir sur la peau nue de l'homme qu'elle aimait.

Oui, elle se le promettait, c'était la dernière fois qu'elle le voyait. Pour son bien, pour celui de Rumple... Alors elle voulait profiter une dernière fois de sa présence avant de le perdre à jamais.


© charney


_________________
Some loves are meant to be, Other, are cursed....
code episkey.
Revenir en haut Aller en bas
Mr. Gold
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Myself
⇜ feat by : Robert Carlyle

ժ Messages : 677
ժ Sous d'or : 321
ժ Âge : Un peu plus de 40 ans... Mais si on comptait vraiment, j'aurais plus de 200 ans.
ժ Profession : Prêteur sur gage, antiquaire, ... Et tant d'autres choses.
ժ Conte : La belle et la bête, Peter Pan, le Nain Tracassin
ժ Qui es-tu en réalité ? : Rumplestiltskin, the Dark One

MessageSujet: Re: Oh non pas toi... [Pv Goldinou] Sam 14 Déc - 22:05

I was in the darkness so darkness I became
Belle ∞ Mr. Gold



Le regard de Belle me brisa le cœur. Je lus dans ses yeux. C'était un Adieu. Je retins mes larmes pour ne pas qu'elles roulent sur mes joues. Je ne pouvais pas tout avoir, visiblement. J'avais dû faire un choix entre mon fils et Belle... Et je l'avais déjà fait, depuis le tout début. Bae avant tout. Bae par-dessus tout. Je lui rendis tristement le sourire qu'elle me fit. Quel gâchis monumental, toute cette histoire. Nous n'aurions jamais dû tomber amoureux. Au moins me pardonnait-elle... C'était tout ce que je voulais entendre. Je pris ses mains dans les miennes avant de lui rendre son baiser avec la même affection. Je refermai doucement mon bras autour d'elle lorsqu'elle se colla contre moi. Je compris instantanément ce qu'elle voulait : un adieu passionné. Je ne savais pas si j'en avais envie, de mon côté. Pourtant, je frémis lorsque je sentis ses doigts venir caresser ma peau sous ma chemise... Je la pris doucement par les hanches et l'embrassai à nouveau. Il ne fallait pas que la passion qui nous animait diminue, sinon, tout serait perdu. Fini de réfléchir. D'une douce main, je lui enlevai son haut et le laissais tomber sur le sol de l'appartement. Je ne pensais même plus à Gabriel. Il aurait pu rentrer à tout moment et nous surprendre, ce qui aurait été extrêmement gênant. Mais il ne rentra ni à ce moment, ni après, Dieu soit loué !

Ma bouche quitta les lèvres de Belle pour descendre le long de son cou et glisser entre ses deux seins alors que je venais de dégrafer son soutien-gorge. Je ne continuai pas plus bas, pour le moment. J'ôtai ma veste noire et ma cravate rouge d'un geste vif, lui laissant le loisir de s'occuper du reste, avant de l'allonger sur le canapé et de me retrouver au-dessus d'elle. Là, j'enlevai son short, le faisant lentement glisser le long de ses cuisses tout en parsèment son corps des plus tendres baisers, du bout de mes lèvres. Je voulais graver ce dernier instant dans mon esprit pour toujours, car, si je devais la perde à jamais, après ça, je préférais que cet instant soit inoubliable. Mes mains effleurèrent ses douces cuisses, remontèrent les courbes de ses hanches et s'arrêtèrent à ses seins. Je l'embrassai passionnément, une fois encore...

« Je mis un genou à terre et lui baisai la main, en le costume où elle était, mon nez lui vint, pour ce faire, tout proche du haut de la cuisse, dont je sentis, pour la dernière fois, le piquant parfum. » – G. Alaux. « Ouvre tes bras pour m'enlacer : Ouvre tes seins que je m'y pose ; Ouvre aux fureurs de mon baiser Ta lèvre rose ! Ouvre tes jambes ; prends mes flancs Dans ces rondeurs blanches et lisses ; Ouvre tes genoux tremblants... Ouvre tes cuisses Ouvre tout ce qu'on peut ouvrir : Dans les chauds trésors de ton ventre J'inonderai sans me tarir L'abîme où j'entre ». – De Chambley. « Reviens sur moi ! Je sens ton amour qui se dresse ; Viens, j'ouvre mon désir au tien. Là... Tiens... Doucement... Va plus doucement... Je sens, tout au fond, ta chair qui me presse. Rythme bien ton ardente caresse Au gré de mes balancements, Ô mon âme... Lentement, Prolongeons l'instant d'ivresse. Là... Vite! Plus longtemps ! Je fonds ! Attends, Oui, je t'adore... Va ! va ! va ! Encore ! Ha ! » – E. Haraucourt.

Je me laissai doucement retomber contre Belle, après nos ébats, le souffle encore court, la peau toute en sueur. Mes yeux se plongèrent dans ceux de ma belle. Je ne voulais pas la quitter tout de suite. Encore un tout petit moment... Rien que tous les deux. Juste un instant. Après, je m'en irais. Pour toujours, puisque notre histoire était vouée à l'échec, d'après ce que j'avais cru comprendre, d'après ce que j'avais lu dans ses yeux et dans son sourire, tout à l'heure. Je caressai sa joue de ma main droite tout en baisant tendrement sa joue légèrement rose, frappé par sa beauté alors que nous étions nus, l'un contre l'autre. La quitter était presque inconcevable, maintenant... Voire impossible. Nous aurions pu tout recommencer, pourquoi pas ? Mais il était certain que je l'aurais mis de côté. J'avais besoin d'elle, mais c'était trop tard pour réclamer quoique se soit, maintenant. Je partirai donc et la laisserai définitivement tranquille. Elle pourrait reconstruire sa vie avec un homme meilleur, je le lui souhaitais... En quelque sorte. Car je n'aimais pas l'idée qu'elle partage son cœur avec un autre homme que moi. Je la voulais. Mais j'avais une priorité plus importante qu'elle : mon fils. Je ne pouvais me permettre de l'abandonner une seconde fois simplement pour... Une femme. Femme que j'aimais, certes, mais ce n'était pas comparable.

« Je suis désolé, Belle. » C'était tout ce que je trouvais à dire alors que je caressais ses cheveux d'or et enfouissais ma tête dans le creux de son épaule, m'empreignant de son parfum pour la dernière fois.

Code by Silver Lungs

_________________

Deal is struck
“I'm lame, friendless… The only thing I've got is my boy, and they're going to take him away from me. If they take him away, I will truly, truly become dust.”
Revenir en haut Aller en bas
Belle L. Littleton
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Saku's
⇜ feat by : Emilie de Ravin

ժ Messages : 661
ժ Sous d'or : 513
ժ Âge : 22ans
ժ Profession : Bibliothécaire
ժ Conte : La Belle et la Bête
ժ Qui es-tu en réalité ? : Belle

MessageSujet: Re: Oh non pas toi... [Pv Goldinou] Dim 15 Déc - 9:10




Oh non pas toi...



Elle se sentit frissonner tandis qu'il la prenait par les hanches pour la rapprocher de lui. Il semblait avoir compris ce qu'elle désirait et qu'il répondait à son désir. Elle se serait sentie bien idiote si il n'avait pas répondu à sa demande implicite. C'était un adieu entre eux mais elle voulait pouvoir s'en souvenir à jamais. Peut être qu'il l'aiderait à surmonter sa peine de devoir quitter l'homme qu'elle aimait plus que tout. Son tee shirt tomba rapidement sur le sol. L'excitation montait de plus en plus en elle. Elle l'embrassait comme si sa vie en dépendait. Elle avait envie de lui, de son corps, elle en avait terriblement besoin.

Elle frissonna davantage en le sentant descendre pour embrasser sa poitrine libérée de son soutien gorge. Elle même, elle en profita pour lui retirer sa chemise après qu'il eut enlevé sa cravate et sa veste. Elle fit courir plus aisément ses mains sur la peau nue de son torse. Elle réalisa à peine qu'il l'avait soulevé pour l'allonger sur le canapé. Elle ne fit pas attention non plus quand il lui retira son short. Seul comptait la caresse de ses mains sur sa peau qui lui faisait vivre milles délices. Elle ne se rappelait pas à quel moment elle avait fini de lui retirer ses vêtements à lui. Il n'y avait que lui à ses yeux. Lui et ses caresses qui envoyaient des vagues de plaisir en elle. Lui et sa peau qu'elle ne pouvait s'empêcher de caresser, de goûter, comme pour s’imprégner une dernière fois de chaque parcelle.

C'était si bon. Elle aurait voulu que cela ne s'arrête jamais. Elle se sentait si bien, enfin complète, comme si tout était à sa place. Puis le désir les acheva bien trop vite à son goût. Tandis qu'elle restait cramponner à lui, le plaisir faisait encore trembler son corps, une larme solitaire se mit à couler sur sa joue. Parce que c'était la dernière fois. Elle se le promettait plus jamais elle ne céderait. Plus jamais elle ne le laisserait revenir dans sa vie. Plus jamais elle ne goûterait à lui, à ses mains, ses baisers, ses caresses...

Il se laissa doucement retomber sur elle, une fois leur étreinte terminée. Elle continua à laisser courir ses mains sur la peau humide de sueur de Rumple. Il fallait qu'elle le repousse... maintenant... Après elle n'aurait plus la force. Mais elle était si bien maintenant. Elle aurait voulu ne jamais bouger, figer le temps sur cet instant.


« Je suis désolé, Belle. »

Elle ferma les yeux, ne voulant pas le voir tandis qu'il caressait doucement ses cheveux. Si elle le regardait dans les yeux elle n'aurait pas le courage de faire ce qu'elle devait. Il fallait qu'elle se lève et tout de suite.

D'un bond elle se leva, renversant Rumple. Elle commença à attraper ses affaires et les enfila d'un geste fébrile. Elle ne le regardait pas, elle ne pouvait pas le faire. Elle ramassa ensuite ses affaires à lui et toujours sans un regard elle les lui jeta au visage.


- Pars maintenant.

Sa voix était dure et froide. Elle avait réussi à contenir le tremblement qui l'agitait. Elle fixait toujours le mur, dos à lui. Elle n'aurait pas le courage de le faire partir si elle le regardait.

- C'est bon tu as eu ce que tu es venu cherché. Tu as baisé ta pute. Alors maintenant fout le camp.

Elle crispa les yeux, empêchant les larmes de couler. Il ne fallait pas qu'elle pleure. Il ne la laisserait pas sinon. Et elle, elle craquerait.

- Cesse de te cacher derrière des prétextes stupides pour venir me sauter. Ton fils... ah...

Elle émit un petit ricanement moqueur.

- Peut être qu'il a existé, je n'en sais rien. Mais je doute que c'est pour ça que tu m'aies laissé. J'aurais pu t'aider à le trouver, te soutenir. Mais tu as préféré me laisser comme une merde.

Il y avait un fond de vérité dans ce qu'elle disait. Elle ne doutait pas que Bae existe, elle était certaine même. Mais elle aurait pu l'aider. Sauf qu'il ne l'aurait pas laisser faire. Tôt ou tard il aurait fini par délaisser la recherche de son fils pour elle. Et il lui en aurait voulu. Elle ne l'aurait pas supporter. Et leur couple aurait quand même fini par voler en éclat. Mieux valait tout arrêter maintenant avant qu'ils ne souffrent davantage.

- La vérité c'est que tu n'aimes personne à part toi. Ni moi, ni ton soit disant fils. Alors casses toi maintenant que tu as eu ce que tu étais venu chercher, que tu t'es bien vidé les couilles. Casses toi et ne reviens plus...

Cette fois là elle ne réussit pas à contenir ses larmes. Elle baissa la tête pour les cacher, espérant qu'il allait partir sans rien dire ou encore crier... là elle arriverait peut être à continuer...

© charney


_________________
Some loves are meant to be, Other, are cursed....
code episkey.
Revenir en haut Aller en bas
Mr. Gold
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Myself
⇜ feat by : Robert Carlyle

ժ Messages : 677
ժ Sous d'or : 321
ժ Âge : Un peu plus de 40 ans... Mais si on comptait vraiment, j'aurais plus de 200 ans.
ժ Profession : Prêteur sur gage, antiquaire, ... Et tant d'autres choses.
ժ Conte : La belle et la bête, Peter Pan, le Nain Tracassin
ժ Qui es-tu en réalité ? : Rumplestiltskin, the Dark One

MessageSujet: Re: Oh non pas toi... [Pv Goldinou] Dim 15 Déc - 12:13

I was in the darkness so darkness I became
Belle ∞ Mr. Gold



Nous étions bien là, l'un contre l'autre, sans personne. J'aurais aimé que ce moment dur à jamais. Mais ce ne fut pas le cas. D'un bond, Belle se redressa. Je n'avais pas prévu tant de forces de sa part, si bien que je tombai sur le sol. Une légère grimace se dessina sur mon visage lorsque ma jambe abîmée toucha le parquet et je levai la tête en direction de Belle, étonné, les sourcils levés. Qu'y avait-il ? Je n'eus pas le temps de formuler ma question, elle me jeta mes affaires en plein visage. Je les attrapai d'une main peu assurée et le déposai sur mes genoux, de plus en plus étonné, voire choqué par ce brusque comportement. Avais-je encore dit ou fait quelque chose de travers ? Lui avais-je fait mal durant notre ébat amoureux ? Pars. Sa voix était dure, froide, sans appelle. Je restai sur le sol, estomaqué, habits sur les genoux, nu comme un vers, et je me sentis stupide. Le ridicule de la situation aurait pu me faire éclater de rire, mais ce rire resta coincé au fond de ma gorge. Je préférais passer pour le monstre plutôt que Belle endosse ce rôle. Pourtant, elle l'endossait, à cet instant précis. Et je ne comprenais pas très bien. Ma douce Belle n'était pas méchante. Et je savais qu'elle mentait, que ses paroles n'étaient pas sincères. Elles ne pouvaient pas m'être ! Elle me tourna le dos, aussi lâche que je l'avais été la dernière fois. Incapable de me regarder dans les yeux. J'enfilais mes vêtements le plus rapidement possible sans prendre le soin de nouer ma cravate autour de mon cou. Je la rangeai à la va vite au fond de la poche de mon veston. J'eus envie de m'enfuir avant qu'elle ne continue dans son discours, mais je restai par terre, comme figé.

Le rire moqueur qu'elle émit en évoquant mon fils me blessa plus que toute autre parole. Je lui avais ouvert mon cœur et fait confiance. On était bien récompensé, hein ? Merveilleux ! Je serrais les dents et me mordis la langue pour ne pas hurler de désagréables paroles. Je ne comprenais pas. Belle n'était pas comme ça, je la connaissais, et je l'aimais. Elle voulait endosser la peau de la bête pour me faire partir. Il n'y avait pas d'autres moyens de rompre nettement le cordon qui nous reliait, je comprenais. Très lentement, je me relevai, appuyé sur ma canne. J'aurais bien cassé quelque chose, pour extérioriser la colère grandissante qui montait en moi, mais je n'étais pas chez moi ici. Enfin... Techniquement si puisque je louais ce loyer. Mes traits se durcir et je ravalai les larmes qui menaçaient de couler le long de mes joues. Elle voulait jouer à ce jeu blessant, visiblement. Très bien. Elle me facilitait la tâche et le passage. Allons labourer un peu plus nos cœurs déjà déchiquetés. Je pris une grande inspiration pour trouver un semblant de calme, mais, malgré le timbre égal de ma voix, elle tremblait de rage et de douleur mêlées :

« Tu as raison. Je n'ai jamais aimé personne d'autre que moi-même. J'ai eu un fils... Mais la vérité... Je l'ai tué de mes propres mains. Je l'ai attaché dans une cave et l'ai torturé pour mon bon plaisir. »

En disant ces mots, je m'avançais très lentement vers Belle qui me tournait le dos.

« Il me suppliait... Tu n'imagines pas quel bonheur j'ai ressenti en enfonçant un couteau au fond de sa poitrine pour arracher son dernier souffle de vie. Et quel soulagement, ensuite. Plus de gamin dans les pattes pour me mettre des bâtons dans les roues, en quête de la magie la plus puissante. »

Je me penchai à l'oreille de Belle, ma dernière phrase n'avait été qu'un murmure. Oh... Si seulement elle savait quel mal me faisait de prononcer ces mots qui n'étaient que purs mensonges.

« Tu n'es qu'une pute, Belle. Et une pute faible. Le jeu en valait la chandelle, je peux toujours te prendre comme je veux, où je veux. »

Un faux sourire moqueur se dessina sur mes lèvres. Jouer la comédie... L'un de mes principaux atouts. Je la saisis par les épaules pour la retourner vers moi et la secouer brutalement.

« Regarde-moi quand je te parle, femme ! Tu n'aurais jamais dû jouer avec moi parce que tu as perdu. Et j'ai tout gagné. Je suis le plus puissant, et je peux te prendre comme je l'entends. Mais c'est la dernière fois. Le jeu n'en vaut pas la chandelle. »

Je la relâchai après un regard plein de mépris sur sa personne. Nous jouions tous les deux la comédie de la rupture. Je préférais dire ces mots blessants moi-même. J'étais le monstre, elle ne l'était pas. Je me détournais et fis tomber une lampe de chevet sur le sol d'un coup de canne. Elle se fracassa brutalement. J'attrapai, au passage, l'enveloppe qui contenait mon argent. Je me tournai vers Belle et lui fis un sourire poli.

« Le thé manquait de sucre. Inutile de me montrer la sortie. »

Je me dirigeais vers la porte d'entrée et la claquais derrière moi. Je surpris quelques discrets regards du voisinage, mais n'y fis guère attention. Je tins bon jusque dans ma voiture et démarrai sur les chapeaux de roue pour m'enfuir loin de ce maudit quartier. Une fois sur la route, ma main vint brutalement heurter le centre du volant, à plusieurs reprises, et des larmes brouillèrent ma vision.

Maudit amour !

TERMINÉ

Code by Silver Lungs

_________________

Deal is struck
“I'm lame, friendless… The only thing I've got is my boy, and they're going to take him away from me. If they take him away, I will truly, truly become dust.”
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Oh non pas toi... [Pv Goldinou]

Revenir en haut Aller en bas

Oh non pas toi... [Pv Goldinou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy Ever After :: CORBEILLE :: Quartier « Grimm » :: Les maisons :: Maison de Gabriel J. Moon-