AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez| .

| Tiptoe through the window, by the window that is where I'll be. ❥Feat Zadig.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: | Tiptoe through the window, by the window that is where I'll be. ❥Feat Zadig. Jeu 24 Oct - 8:19


FOR THE LOVE OF GOD, WILL YOU BITE YOUR TONGUE BEFORE WE MAKE YOU SWALLOW IT ? IT’S MOMENTS LIKE THIS WHEN SILENCE IS GOLDEN, AND THEN YOU SPEAK. NO ONE WANTS TO HEAR YOU. NO ONE WANTS TO SEE YOU. I’M BEGGING YOU TO SPARE ME THE PLEASURE OF YOUR COMPANY. I’M BURNING DOWN EVERY BRIDGE WE MAKE, I’LL WATCH YOU CHOKE ON THE HEARTS YOU BREAK, I’M BLEEDING OUT EVERY WORD YOU SAID. GO TO HELL FOR HEAVEN’S SAKE.



    J’espérais que ce jour ne ressemble en rien aux précédents.Qu'une bonne nouvelle viendrait illuminée ma mâtiné que l'on vient m'apporter du soutien et qui sait de l'amitié. J'espérais revoir mes horizons obscurs et mes lugubres tombes à mes côtés mais encore une fois je ne vis que ce ciel d'une blancheur immaculée et cette toute petite brise qui s'était levée dans l'air. Je soupirais. Story Brooke l'ennuyeuse était devenue fade et sans goût à mes yeux, bien pire qu'une prison. Maussade et muette, je m'attelais jour après jour à mes taches quotidiennes sans véritable goût ni passion. Mon reflet dans le miroir sembla similaire à mes pensées, on pouvait y voir une jeune demoiselle blanche comme neige, le visage creusé par une profonde tristesse et mélancolie au sourire pulpeux enrobé d'un stick à lèvre rougeâtre. Je lui balançais ma brosse à cheveux, incassable. Il était vilain et ne servait à rien d'autre que de provoquer les critiques et la mauvaise humeur, je le détestais cet odieux miroir. Je soupirais en sortant de mes quartiers, descendant pour rejoindre la boutique encore vide de présences. Une musique clinquante de fête foraine résonna en mon fort intérieur, celle d'un carrousel si vieux que cette boutique peut paraître malsaine à la première écoute de sa bande sonore.C'était de leur faute à eux tout cela.Nôtre boutique sera la bonbonnière la plus gaie de la ville, elle ravivera les cœurs et les sourires. avaient-ils dit, mes précieux parents adoptifs. Je n'y crus pas un mot bien que je fûs pour eux qu'une simple adolescente puérile et pré pubère qui adora les sucreries à un point de s'en rendre malade. Des sucreries, il y en avaient à la pelle. De toute sorte de couleur, de différentes saveurs, de toute taille et forme. L'endroit était remplis de ses divines tentations envoûtantes et je ne compte pas le nombre d'enfants qui sont venus sur ses lieux pour pouvoir en saisir plusieurs paquets de toute sortes. C'est simple, elles sont délicieuses, goutteuses et tous en rêvent jour et nuit. Nôtre bonbonnière était l'une des plus célèbres de la ville si ce n'est pas pour dire "La" plus célèbre, maîtresse de toute gourmandise car oui la gourmandise était un vilain défaut ici à Story Brooke.

    Certains rêvent de puissance et de pouvoir, à force d'en vouloir d'avantage, ils finissent par devenir un peu trop gourmand.  D'autre résiste, aux plus terribles des tentations ou du moins essaye car mine de rien ils sont les plus gros acheteurs du marché. Leur faible cervelle doté d'un mono neurone et si fragile qu'un seul extrait de parfum enivre leurs sens et les font devenir complètement dingues. Ils sont cupides et naïfs et qui ignore que la naïveté ne mène à rien? Acheteurs compulsifs, ils paraissent zombifiés répondant à l'appel du sucre, ils achètent sans se rendre parfois compte de la somme astronomique qu'ils peuvent dépenser dans la bonbonnière et personne n'est la pour eux afin de les rappeler à l'ordre. Personne pas même moi. Je leur souris innocente jeune femme que je suis en leur tendant d'une main l'objet de leur convoitise ayant pour échange un simple billet d'argent. Ils m'aiment et me trouve charmante, mais ce qu'ils ignorent c'est que je les méprise de toute ma personne entière. Tu ne sers à rien à part à t'empiffrer jour après jour pour finir par ne devenir qu'un bloc de foi gras, tu est renier de tes proches et ils ne s'inquiètent même pas de ton triste sort. Tu pleureras énormément sous des musiques nostalgiques et féeriques puis tu finiras par mourir, pendu par les draps ou tu as connu ton premier et unique amour et ou vos apparences charnelles ont pût se mêler l'une à l'autre. Ce que tu es bête, si tu ne les auraient pas écoutés, tu n'en serait pas arrivé la mais cela n'est pas mon problème, je t'observes avant tes derniers jours t'offrant comme unique réconfort mon sourire angélique. La vie est une chienne. Je tente, j'encaisse, je souris, je disparais.

    Je suis la servante de l'éternelle faucheuse. Pauvre petites âmes déchues, aussi pitoyables que les vôtres cherchant à dominer la race humaine. Je conserve ce sourire de petite peste associable attendant de pied ferme la venue de mes futurs victimes, j'apporte une de ses douceurs discrètement jusqu'à mes lèvres et la savoure lentement pour en comprendre tout le sens, pour profiter de sa saveur mais une fois celle ci disparu, je laisse échapper de mes lèvres furtivement quelques paroles de musique chantées avec douceur et lenteur. Un appel à la détresse, nostalgique et mélancolique puis me tut soudainement à l'arrivée d'un nouveau visiteur. Les yeux écarquillais, je souris de mes dents aussi blanches que les nuages rodant dans le ciel. «Bienvenue!» Dis-je d'une voix enfantine. Je scrutais la venue de cette personne me semblant familière, bien trop familière même. Je laissais échapper un rictus de mes lèvres, puis un souffle, me voulant exploser soudainement d'un rire cristallin, je me retins.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: | Tiptoe through the window, by the window that is where I'll be. ❥Feat Zadig. Jeu 7 Nov - 14:47

Tiptoe through the window that is where i'll be.
Lily-Rose & Zadig






Immobile. Le temps semblait figé comme le silence qui pesait sur ses lieux. Une valse pesante et effrayante avait pris possession des lieux, la danse du démon tandis que l'unique personne présente sur place demeurait immobile et silencieuse à son tour comme une poupée de porcelaine. Cet atmosphère malsaine et enfantine ne semblait en rien corrompre l'esprit des différents acheteurs qui étaient venus noyer leur solitude dans les sucreries de ce qui semble être la plus célèbre bonbonnière de la ville. Des bonbons aux saveurs délicieuses et irrésistibles. La pire des tentations, être pris dans cet engrenage et ne pas savoir s'en défaire malgré la volonté de fer que l'on peut avoir. On se dit qu'elle sera la seule et unique récompense de la journée mais avant que l'on ne se rend compte de quoi que ce soit, le paquet est déjà vide. Alors après on regrette. On essaye de se dire que demain est un autre jour et que l'on parviendra à résister à nouveau à l'envie de tout gober sur nôtre passage mais une fois de plus c'est un véritable échec. La balance se rit de nous comme la graisse qui se dépose avec lenteur sur nos cuisses, hanches et ventre et peu à peu nous devenons difforme, un tas de graisse immonde alors à nouveau on regrette. On regrette encore et toujours nos actes passés mais pour elle, odieuse petite peste de la ville, rien n'est regrettable. Les nombreuses sucreries vendus durant la journée entière fait son chiffre d'affaire et la fierté de ses parents, peu importe si ils en meurent tant qu'ils achètent des friandises c'est tout ce qui importe.

Les notes envoûtantes de la mélodie se brisent soudainement comme une corde d'un violon. Les citrouilles décorant la vitrine de la bonbonnière sourit d'avance à l'arrivée du mystérieux visiteur hurlant à tût tête dans la boutique son envie démesurée de sucre et de calories. Je grimaçais. Celui ci était tout sauf dépressif, il semblait respirer la joie de vivre et la motivation à plein nez, heureux comme un coq en pâte. Encore un bon à rien qui veut célébrer le futur Noel qui ne tarderait pas à pointer le bout de son nez d'ailleurs à ce propos, il serait grand temps pour moi d'enlever les décorations d'Halloween de la vitrine avant que mère ne pousse des hurlements aussi stridents que des stalagmites. Ils détestaient Halloween, mes parents adoptifs. Leur humeur un peu plus gaie et festive était d'avantage réservé à Noel et aux nombreuses préparations que cette fête stupide et futile attendait d'eux. Des chocolats préparés avec amour qui se dépose encore plus rapidement sur les parties de nôtre corps qu'un simple bonbon. Je soupirais. Ce que je pouvais détester Noel. La neige, la bonne humeur, les cadeaux et tout ce qui s'ensuit. Je secouais vivement la tête pour reprendre mes esprits. "Chuut! " Dis-je d'un simple chuchotement à mon interlocuteur dégénéré.

Sérieusement, les distributeurs à bonbons étaient sur place dans l'unique but que ça soit les clients qui se servent par eux mêmes, il ne croyait tout de même pas que je ferais le boulot à sa place. Après tout, je n'étais la que pour encaisser moi. Intérieurement j'en riais. Oui, j'étais présente que pour récolter les pièces et observer mes clients en souriant bêtement pour tenter de leur rendre leur bonne humeur et leur joie. "De toute sortes, de toutes les couleurs et toutes saveurs, je vous proposes, Monsieur, de découvrir par vous même notre énorme choix de sucreries ! Proclamais-je d'une voix enfantine semblant imiter sa motivation légendaire. Ce fut pour moi plutôt un moyen pour lui dire : "Démerde toi tout seul moi je suis bien derrière ma caisse." Le client est roi d'après mes parents, enfin il ne fallait tout de même pas en abuser sinon autant ne pas faire de distributeurs automatiques et porter un t-shirt ou il serait écrit "Bonne à tout faire" ça revient à la même chose. Lentement, je pointais du doigt l'objet de sa convoitise un peu plus loin. Dix, non plus d'une vingtaine de distributeurs à bonbons de toute sortes, serait-il illuminé par cette joyeuse découverte? Toujours avec ma lenteur légendaire je tournais la tête tout en conservant mon sourire éclatant vers les dits distributeurs."Je vous propose de vous servir, que l'on compte ensemble, d'en enlever si cela dépasse, de vous servir, que l'on compte ensemble, d'en enlever si cela dépasse, de vous servir, que l'on compte ensemble, d'en enlever si cela dépasse, de vous servir.." Je poursuivis ainsi éternellement jusqu'à ce qu'il m'interrompt pour me donner raison. Je gagnerais, j'ai toujours gagner et ce depuis que je suis née sinon je ne m’appelle plus Stram.
Revenir en haut Aller en bas

| Tiptoe through the window, by the window that is where I'll be. ❥Feat Zadig.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Window live hotmail
» [aide] le net + window live
» qui veux voir un window loupé? mdr!
» [Forum]Forum version SmartPhone/Mobile iPhone/Android/Window
» [JEU] STEAMY WINDOW : Ecrire sur la buée des vitres [Gratuit]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy Ever After :: CORBEILLE :: Quartier « Grimm » :: Autres lieux-