AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez| .

Ebony Jones - Fille du Kraken.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Ebony Jones
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Maya
⇜ feat by : Kate Beckinsale

ժ Messages : 84
ժ Sous d'or : 168
ժ Âge : Personne ne le sait
ժ Profession : Garde Côte
ժ Conte : Légende de la Sirène
ժ Qui es-tu en réalité ? : Ebony fille du Kraken, première sirène.

MessageSujet: Ebony Jones - Fille du Kraken. Sam 12 Oct - 18:24

Ebony Jones
"L'amour ne tue pas l'amour, mais les hommes tuent l'amour."
△ L'interview du Mirror

Croyez-vous :
- au conte : [ X ] Oui [ ] Non. Pourquoi ?
Origine d'une légende, maudite, comment ne pas y croire. J'aimerai tant y retourner...
- à la magie : [ X ] Oui [ ] Non. Pourquoi ? Bien sûr et les miens me sont précieux. Changer de forme, dévorer des mes dents de requin des âmes infâmes qui ne résistent à mes charmes, une beauté envoutante, pourquoi les renier ?
- au destin : [ X ] Oui [ ] Non. Pourquoi ? Bien sûr que j'y crois, la Mer n'aurait pas fait tout cela pour moi si ce n'était pas mon destin. Le miens est de punir tout les hommes qui se laissent aller à la beauté, font des promesses pour garder égoïstement leur petit bijoux sans savoir les traiter avec mérite. Je suis là pour venger toutes les femmes abusées par la cruauté des hommes.
Appréciez-vous le maire : [ X ] Oui [ ] Non. Pourquoi ? Pas réellement... Elle m'a fait perdre mon temps... Mais, si je n'avais jamais été maudite, j'aurais pas eu ces instants de répit pour mon esprit.
Êtes-vous :
- [ X ] Curieux [ ] Ouvert d'esprit [ ] doté d'un esprit cartésien [ ] Rationnel
- Hiver [ X ] ou Été [ ]
- Voyageur [ ] ou Casanier [ X ]
- Salé [ X ] ou Sucré [ ]
- Serviable [ ] ou Égoïste [ X ]
- Livre [ X ] ou Jeux vidéos [ ]
- Sportif [ X ] ou Télévision [ ]
- Fêtard [ ] ou Pantouflard [ ]

Que pensez-vous de Storybrooke ? Oh, une ville tellement agréable, qui m'a vallut de perdre ma mémoire et du temps pour punir tout les fils de manant qui existent... Elle est calme et heureusement que mon phare est difficile d'accès car ici ou ailleurs, personnes n'en vaut la peine. Les filles sont crédules et bêtes, puis les hommes des ingrats qui profitent de nous. Mais il faut que je parte un jour, on me doit des victimes et j'en ai besoin, je veux retrouver mes filles...
Que représente pour vous l'âme-soeur ? L'âme soeur ? Comment peut-on inventer une chose aussi insensé sachant que les contes existent...
Quel endroit aimeriez-vous voir ? Le bâtiment de mon père.



△ Carte d'identité




Date et Lieu de Naissance : Elle est née dans une mer au nord de l'Ecosse, à une date inconnue.
Age : Tellement vieille, mais en parait la trentaine.
Profession effectuée : Garde Côte et Gardienne d'un phare
Orientation sexuelle : hétérosexuelle
Situation matrimoniale : célibataire
Mon personnage est-il tiré d'un conte ? : Non, d'une légende inventée.
■  Si oui, lequel et qui il est dedans ? : Elle est la sirène à l'origine des premières sirènes celtes qui dévorent les marins.
■  Caractère : Assidue, consacre sa vie à son travail pour s'occuper l'esprit, rancunière, jalouse, mauvaise, froide, revêche, un fort caractère, maussade, ironique, franche, solitaire, aime séduire et jouer de ses atouts pour arriver à ses fins, un coeur empli d'encre qui n'attend qu'à se dégorger, cruelle, impulsive : elle est crainte par les hommes de son équipe de garde côte.
■  Groupe souhaité : The Cursed
■  Célébrité : Kate Beckinsale
■  Crédits : The Weird Boy/Bazzart/tumblr
△ Derrière le miroir

Prénom/Surnom : Kimi ou Patate
Age : 23
Comment avez-vous connu le forum ? : Par Finnegan
Votre premier avis ? : Euuuh, c'est trop bien, mais une belle présentation, bien rédigé, des explications, simples et intuitif, tout ce qu'il faut pour se sentir bien sur un forum.
Mon perso est : Un personnage inventé d'une histoire que j'écris sur la légende de la première sirène qui les auraient rendues aussi malveillantes et terrifiantes.
Code : Validé par MJ Arc 
Autre chose à rajouter :




Dernière édition par Ebony Jones le Sam 12 Oct - 21:30, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ebony Jones
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Maya
⇜ feat by : Kate Beckinsale

ժ Messages : 84
ժ Sous d'or : 168
ժ Âge : Personne ne le sait
ժ Profession : Garde Côte
ժ Conte : Légende de la Sirène
ժ Qui es-tu en réalité ? : Ebony fille du Kraken, première sirène.

MessageSujet: Re: Ebony Jones - Fille du Kraken. Sam 12 Oct - 18:26

Ebony Jones
"Un amour excessif est un amour coupable" Milan Kundera



△ Il était une fois...
On dit que toutes les histoires comment par « Il était une fois »… Est-ce vrai ? Racontez votre histoire dans votre conte, en une dizaine de lignes.
Il est un homme qui, depuis tant d’années expie sa désinvolture à la Mer. Il veille sur les marins perdus qui reposent au fond de l’Océan. Toujours là, toujours à l’heure, méticuleux, il subit sa peine sans rien dire. Sur son immense navire qui flottait sur les flots, seul survivant des pires tempêtes, il ne cesse de surveiller les abords de son bâtiment, sans oublier de guetter le rivage qui lui souriait. Parfois, il lui ouvrait même les bras une fois toutes les décennies.

Il avait rencontré, lors de ces précieux moments, un petit bout de femme d’une beauté sans pareille. Alors qu’il eut les pieds bien aux sol, juste pour se noyer dans la foule afin de nourrir sa solitude en mer, il la vit. Etait-ce une fourberie de la Mer, une illusion de la lune qui se reflétait sur l’eau salée du port ? Aucune condition, point de caste. Une petite femme, chétive, mais au visage dur et toujours renfrogné. Sous sa coiffe qui empestait le poisson, il y avait cette petite boucle brune aux reflets marine comme le fond de la mer qui dépassait devant son nez.

A bout de bras, elle tiraient les caissons de poissons et les balançaient, les uns sur les autres. Elle ne put bientôt rien faire, la pile étant presque aussi haute qu’elle. Il s’avança prêt d’elle pour l’aider et montant la dernière cagette, ils purent discuter toutes la nuit. Assise sur le bord du port, elle resta longtemps silencieuse et fermée. La sincérité gagna leur échange de parole, belles pour lui, froide pour elle. Elle finit par être charmer par cet homme qui fut maudit à ne toucher terre que tout les dix ans. Elle lui demanda de revenir dans dix ans. Il la quitta le coeur si léger et si lourd. Il était emplis d’un sentiment dont il fut nostalgique et qu’il avait oublié dans son expiation. C’est avec un sourire las, qu’il gagna la route à son bâtiment, au loin, dans une crypte. Il lui réclama timidement un baiser qu’elle refusa, mais promis dans une décennie.

Cette décennie passa. Il tint parole et fut au rendez-vous. Elle était là aussi. L’âge l’avait embelli. Ses petites marques au-dessus de son nez à force d’être revêche, la rendait encore plus adorable. Il n’attendit pas une seconde pour que sa botte collante de sel n’effleure le pied nu de la femme et l’étreignit avec une passion retenu pendant trop longtemps. Il eut le temps de l’aimer, de nourrir ses transports et de lui montrer comme il était épris d’elle.

Une adorable fille naquit. Ebony. Une délicieuse enfant, à la peau blanche comme son père et des yeux aussi bleu que les plages des caraïbes. Forte et battante, elle grandit sans trop de difficulté et en bonne santé. Vigoureuse, dès qu’elle put marcher elle courrait et son coeur la portait toujours vers l’océan. Elle passait ses journée à la plage pour patauger, sentir l’eau fraîche sur ses pieds et admirer l’horizon bleu qui l’attirait avec tant de force.

Il ne la vit pas grandir, et ne passa qu’une journée à ses côtés. Pas très haute, d’une dizaine d’années déjà, et sans le connaitre, elle fut si attaché à celui que sa mère appelait «père» dans ses histoires du soir. Elle savait tout de lui et ce jour là, elle put mettre un visage sur cet homme dont sa mère ne cessait de parler. Il repartit bien trop vite à son goût, voulant jouer au capitaine, ou au corsaire en pleine attaque pirate. Ils furent tous attristés par cette séparation, mais il leurs promis, à sa femme et sa fille qu’il reviendrait. Il serait toujours au rendez-vous.

Quelle ne fut sa peine, ce soir là, alors qu’il pensait à ce jour si précieux qui arriverait dans moins d’un an, quand sur l’eau si calme, là où la lune se reflétait, une voix l’interpella. Il tourna la tête. Lointaine et faible, si familière. Il quitta la barre et se pencha à bâbord, puis tribord. C’est alors qu’il vit dans les âmes happées par l’impétueuse mer, sa fille adorée. Dans cette lune tremblante sous les vibrations de la mer, elle lui tendait la main. Il balança la chaloupe et sauta directement à l’eau. Il rama, la sueur sur le front, le souffle coupé. Elle était si calme, juste sa petite tête brune, son visage de jeune femme, ses yeux grands bleus qui l’attendaient avec patience. Il s’entreprit de lui prendre le bras et la monter à bord, mais il ne brassa qu’une eau gelée. Elle avait des morceaux de glaces dans ses longues boucles noires.

- Père, je voulais te voir...
- Ma fille ! Que ce passe t-il ? Qu’elle est encore cette magie noire, pesta t-il en frappant l’eau désespérément pour récupérer Ebony.
- Maman est partie... J’avais peur, j’étais seule... Je voulais juste te voir une dernière fois...

Il finit par comprendre. Le corps trempé et gelé, il s’assit dans la chaloupe. C’est un sourire meurtri qu’il offrit à sa fille qui elle lui rendait un regard bienveillant et aimant. Elle s’était jetée du bord d’une falaise dans l’espoir de revoir son père. Il ne se perdit pas dans des hurlement de douleur, des cris de désespoir, juste des larmes silencieuses qui coulaient sur ses joues creusée et sa barbe poivre et sel. Il laissa ses doigts dessiner les contours de son visage en imaginant la chaleur, la douceur et l’éclat qu’il avait pu avoir.

La mer fut touchée par ce malheur, par cette douloureuse tristesse qui gagna le capitaine des marins perdus. C’était un homme qui avait roulé sa bosse, vu tant de morts, toujours à l’heure, toujours là. Patient et assidu, il ne s’était jamais plaint. Elle lui fit grâce, allégeant un peu sa peine, si durement subite jusqu’à maintenant. Elle redonna vit à Ebony, sous la forme d’une créature qu’elle garderait en son sein. Elle avait sacrifier ses jambes pour la queue d’un poisson. Elle lui offrait la possibilité de trouver des jambes sur la terre quand elle le souhaitait en hommage à son père.

C’est dans un nuage d’écume et d’amour qu’elle revint, retrouvant sa beauté surnaturelle. Elle n’était plus la même, ne se rappelant pas toute sa jeunesse. Une deuxième vie lui était offerte, une créature pure et innocente, fille de la mer et du capitaine des morts. Juvénile, ingénue, elle vivait sa vie remplie de découverte, appréciant tout les petits plaisirs de la vie.

Alors qu’elle se détendait sur la roche qui rongeait la plage, démêlant ses cheveux et appréciant l’air du large, une voix masculine l’interpella. Elle sursauta, resta béate devant ce visage mature. Un homme. Il était grand, séduisant, charismatique, le sourire carnassier, les yeux pétillants et d’une force envoutante. Elle se leva entièrement nue devant lui, affolée. Qui était-il ? Elle connaissait bien les humains, ayant eu le temps de les observer, mais jamais ils ne l’avaient vu ou n’avait parlé avec. L’homme à la chevelure cendré resta un moment à apprécier cette beauté qui venait de se manifester à lui. Il était totalement sous le charme, mais alors qu’il réalise son émoi pour elle, elle sauta dans l’eau. Il escalada la jetée et alors qu’il se couvrit les yeux pour ne pas recevoir la lame violente qui s’écrasait contre elle, il entrevit une queue... Une queue de poisson. Il regarda mieux et la jolie petite frimousse brune sortie de l’eau, sa nageoire qui frappait l’eau devant elle et disparut.

Le même jour, trop curieuse elle revint. Il était présent, assis là où elle se détendait la veille. Timidement elle s’approcha de cet homme qui l’attendait. Il lui sourirait, content de la voir et si excité de la connaitre.

- Mais qui es-tu ? Une créature de Dieu ?
- Je suis enfant de la mer, qui es ton Dieu ?
- Comment t’appelles-tu ? Je veux connaitre le nom de ce que la Mer à fait de si merveilleux au monde.
- Ebony... Et vous Monsieur ?
- Je suis le fils du Roi de ce royaume. Vois-tu le château au loin ?

Elle hocha la tête vivement, encore plus émoustillée par cette étrange situation.

- Ce sera bientôt le mien... Approche... J’aimerai plus que tout, te connaitre.

Il lui tendit la main. Elle s’extirpa de l’eau, gracile et légère et se posa à ses côtés. Il ne comptait pas la laisser lui échapper. Il la couvrit de sa chemise, alors qu’à l’air libre, son corps semblait pareil à une jeune femme. Ils discutèrent. Il aimait autant son petit caractère, sa candeur, son amusement de tout, son innoence.

Il la flatta, la charma et se laissa emporter par son coeur qui éclatait d’un amour si nouveau et encore jamais connu à ce jour. Elle était spéciale et unique et il la voulait. Elle aimait l’entendre la complimenter, lui dire qu’il l’appréciait, qu’il était un autre homme à ses côtés, qu’il serait toujours là pour elle. Elle l’épousa alors qu’il lui fit sa demande. Cet homme lui paraissait extraordinaire, attentionné, amoureux. Elle affectionnait par dessus tout, le regard qu’il posait sur elle, l’amour qu’il lui contait et surtout la sécurité quand il la serrait dans ses bras.

Ils vécurent de très bons moments l’un avec l’autre, complices, heureux, ils ne pouvaient se passer l’un de l’autre. Toujours aux petits soins, il savait comment lui parler, mais elle découvrit au fil des années qu’il n’était pas celui qu’il était réellement. Prêt de son argent et égoïste, il ne la laissait gagner parfois la mer. Il était jaloux et possessif, il ne la voulait que pour lui et avait la crainte qu’elle ne revienne. Elle s’en satisfit, si amoureuse. Elle ne dit rien et continua de vivre son bonheur simplement créer par les transports aveuglant qu’elle lui portait. Elle ne cessait de lui dire qu’elle l’aimait, qu’elle n’était rien sans lui et qu’elle ne pourrait vivre désormais en son absence, paroles aux quelles il répondait en diapason. Elle lui offrit même la vie éternelle quand elle lui offrit enfin son innocence.

Il passa moins de temps avec elle, toujours trop occupé, mais ne l’oubliait jamais une ou deux nuits dans la semaine pour qu’elle lui tienne compagnie sous la douceur des draps. Il la nourrissait de promesse qui ne voyait jamais le jour et elle finit par périr. Elle était enfant de la Mer et avait besoin de se ressourcer. Sa santé en pâti et son moral aussi. Elle était arrachée à son monde et attendait ces nouveaux moments de bonheur qu’il s’était engagé à faire.

Il n’était plus là, lassé, les premières années de l’amour estompées, il ne la traitait plus avec autant d’attention. Il l’aimait quand il y pensait, quand il voulait, quand le temps et l’envie lui rappelait pourquoi il en avait fait sa femme. Mais alors que sa joie de vivre s'effaçait, allant et venant comme les lames sur le sable blanc de la plage, il l’évitait. Il lui montrait son amour soit disant excessif en construisant dans les jardins du château, entouré d’immenses murailles, un bassin où elle pourrait se baigner comme bon lui semblait. Il voulut l’aider en la gardant prêt de lui. Cela n’arrangea pas les choses. Il ne comprenait pas. Il n’y arrivait plus. Quelque chose n’allait pas et il pensait que c’était parce qu’elle n’allait pas bien. Il n’était simplement pas à sa hauteur. Il lui promis de faire des efforts, de s’occuper d’elle, mais n’ayant jamais vu que sa propre personne, c’était toujours à son avantage. Elle pleurait à longueur de journée sans trouver le mal, parfois riait, mais il en fut dégouté et elle abandonnée. Il ne saisit point son mal être et ne fit que la blâmer de tout les efforts qu’il avait fait pour son bonheur.

Elle passait son temps dans l’immense bassin. Elle lui échappait. Il ne la supportait plus. Il n’était plus heureux, ça ne marchait plus entre eux. Il n’avait pas les épaules pour la soutenir et au lieu de se donner les moyens, il fuit. Lâche, il préféra l’ignorer et passa encore moins la voir. Les moments rares qu’il passait avec elle, il lui disait qu’il ne devait pas s’inquiéter, il l’aimerait quoi qu’il arrive et pour toujours, qu’il serait là pour elle et qu’il serrerait les dents jusqu’à ce que son mal s’évanouisse. Mais quand elle nageait, se rassurant qu’elle ne gâchait pas tout avec cette morosité atroce qui lui bouffaient les entrailles, il faisait la cour à une autre dame dans son dos.

La femme finit par lui dire qu’elle serait prête à lui donner quelques faveurs, si compatissante. Elle lui confiait qu’elle le trouvait à bout et fatigué de cette relation avec son épouse. Elle serait là pour venir le consoler et le sortir de cette maussade situation. Il eut sa chaloupe de survie et quitta le navire.

Il arriva au bassin et elle arriva, si heureuse de sa visite. Il était venu la veille et encore aujourd’hui. Elle était ravie et son coeur se réchauffait. Mais alors qu’elle s’attendait à des étreintes et des mots d’amour, il lui dit tout. Cette femme, qu’il avait courtisé alors qu’il lui promis un amour éternel, fidélité et qu’encore hier il la consolait avec les paroles d’un amant encore si épris. Il lui avait menti. Elle ne comprit pas de suite ce qui lui arrivait et quitta simplement le château.

Dans un état second, elle essayait de trainer son corps mort jusqu’à sa mère. Elle marcha lentement dans les vagues de la plage. Ses jambes eurent le temps de s’enfoncer jusqu’aux genoux avant que sa queue ne lui revienne. Elle hurla. C’était la pire douleur qu’elle avait connu et qu’elle puisse connaitre à son goût. Il avait trahi une créature si pure et innocente. Elle était détruite, anéantie. Son coeur, à vif et en éclat, la trainait vers le fond de l’océan, alors qu’elle avait laisser son corps partir au large en pleurant et criant son désespoir. Elle l’aimait tant. Sa tête finit par heurter le sable dans un banc de corail. Elle respirait à peine, époumonée par les événements. Elle n’avait plus la force de rien. La mort, oui elle l’attendrait. Son père viendrait la chercher. Epuisée par ses émotions, elle finit par s’endormir, faisant des cauchemars de cet homme qui n’avait su que parler et ne rien faire pour elle. Aspirée par le fond, elle ne rêvait que de vengeance et souhaitait qu’il paie. Elle demanda à la Mer si elle méritait vraiment cela, si oui qu’elle la fasse partir de ce monde sans coeur...

Elle se réveilla en sursaut, le coeur qui se stoppa net. Lourd comme une ancre de bateau, il lui était impossible de se relever, mais là comme une force divine, elle fut soulever. Sa queue s’agita et elle hurla de nouveau. Elle eut comme un coup de poing en pleine poitrine, l’obligeant à se recroqueviller sur elle même. Elle se déploya d’un seul coup, ses vertèbre qui se désarticulèrent, ses cotes qui craquèrent et son coeur qui s’arracha dans un nuage d’encre. Sa queue de poisson se déchira et prit la forme de tentacules.  Injecté d’encre, obstrué, c’est un coeur froid qui récupéra sa place dans ses entrailles.

La Mer, avait entendu tous ses souhaits, toute sa rancoeur et sa souffrance. Elle lui fit don des bras du Kraken, d’agiter la mer et des sirènes, des monstres à son image.

L’océan se retrouva empli de créatures comme elles, mi femmes, mi poissons. Elles sont d’une délicieuses beautés, mais leur seuls buts étant d’attirer les hommes au fond de l’océan pour les dévorer. Elles seraient ses vengeresses, celles qui feront payer aux hommes ce qu’ils sont, des êtres égoïstes et menteurs. Elles ne sont à l’origine que les pires vermines qui meurent dans l’océan, se transformant en sirène pour faire payer la peine infligé par leurs compères. Mais, il était possible qu’un homme qui savaient se montrer différents des autres pouvait gagner un baiser de sirène et le sauver de la noyade.

Elle revint au château, et sous sa robe, dans la salle du trône, ses tentacules imposantes se déployèrent, attrapant son mari à la gorge, d’autre démantelant sa nouvelle femme de part en part. Le visage fermé et les yeux glacés elle dit d’une voix claire et ferme :

- Toute pourriture que tu créeras, s’ils s’approchent de mon monde, verra la mort, dévoré par mes petites filles, au fond de l’océan. Je n’en oublierai aucun...

***


La douce et pure Ebony était devenue Ebony, Fille du Kraken, ou encore Ebony la Vengeresse des femmes abusées, Ebony la Naufrageuse, Ebony Mère des mangeuses d’homme, tant de nom lui furent trouver pour traduire la crainte qu’elle aspirait aux marins, même aux plus redoutables pirates. Elle n’était jamais loin quand le Kraken passait pour récupérer les survivants, donnés en amuse bouche à ses petites filles.

Elle voyagea beaucoup, mais resta dans les eaux froides et finit par y vivre éternellement, guettant parfois des bateaux de marins qui ne se laissaient attirer que par la beauté extérieur que son visage et son corps pouvaient offrir. Elle adoucissaient sa rancoeur en ne laissant que leurs os reposer au fond de l’océan, leur retirant l’honneur d’être sous la protection de son père. Il lui arrivait même de torturer et de tuer ces petites sirènes plus douces, qui furent comme elles plus jeune, bête et naïve, née d’une sirène et d’un humain qui auraient réellement su l’aimer. Jalouse et pleine d’amertume, ces petites sottes lui donnaient des hauts le coeur. Elles étaient aveugles ! C’était impossible, ça n’existait pas. Pourquoi sinon, n’avait jamais t-elle connu cela après tant d’années. Sans réponse, elle préfère anéantir tout espoir. Elles en représentaient un.

Il y a bien un homme qui lui donna du fil à retordre, même lorsqu’elle vint en personne, dévoiler son visage, qu’on avait souvent imaginé avec la bouche d’une baudroie, squelettique, effrayante, un corps à la peau pourrissante, couverte de corail et de coquillage ou aussi séduisante qu’une tentation du diable. Séduisante, elle l’était. Elle était sirène, la sirène, et quand elle vous dévoraient et se montrait pleine d’animosité sa bouche pulpeuse se transformait en une gueule aux dents acérées, la mâchoire déboitée pour être sur de rien n’oublier dans sa férocité.

Blackbeard... Elle le connaissait comme presque tout le monde maritime. Qui n’avait pas entendu parler de cet homme cruel, dévoreur d’humain, qui faisait trembler les esprits des marins. Comment un homme pouvait avoir une telle audace : égaler la frayeur que pouvait créer Ebony, la Mère des dévoreuses d’homme. Elle lui envoya ses douces petites sirènes mais peu d’hommes succombaient et lui encore moins. Il lui en dévorait, en tuait. Elle n’en pouvait plus, surtout quand il osait mouiller dans ses mers. Ebony finit par prendre les choses en mains. C’est un jour de tempête qu’elle arriva. Elle apparut en plein devant lui, alors qu’une énorme vague venait de s’écraser sur le pont de son colossal navire. Ses immenses tentacules avait fouetter le planché humide et menaçaient les hommes qui oseraient s’approcher d’elle. La mer se calma, lentement et un silence s’installa. Elle fut un instant coite devant lui. Elle ne l’imaginait pas si charismatique et une cruauté comparable à la sienne se lisait dans ses yeux sauvages. Elle lui sourit et s’approcha de lui, sûre d’elle sur ses jambes sinueuses. Elle tenta de le séduire, mais il resta de marbre. Elle en devint folle, hurlant et claquant de ses tentacules sur un ou deux hommes du bateau, faisant voler en éclat une partie du bastingage. Elle le menaça de lui attirer le Kraken, mais rien n’y fit. Il lui proposa alors un pacte. Elle resta un muette un instant. Comment avait-il osé après toutes ces réprimandes, lui présenter un contrat. Il lui proposa, pour voguer tranquille sur ses mers, de lui donner des offrandes. Elle ne baissa pas une seule fois son regard, ni ne délia ses lèvres. Un jeune mousse arriva en se débattant, le cou serré par une tentacule qui le souleva juste entre les deux protagonistes. Une autre s’insinua dans sa bouche et continua son chemin jusqu’à ce que chaque parcelle de sa peau, ses entrailles et ses os se déchiquettent. Elle lui lâcha le cadavre et quitta le navire, ses pattes qui s’agitaient avec démence. Elle revint deux jours plus tard et accepta. Elle était intriguée par cet homme aussi désinvolte et fier, et espérait qu’elle arriverait un jour à se délecter de lui...  

△ Storybrooke


Garde Côte en chef, elle fut comme son père, assidu et toujours présente, toujours à l’heure, tout était parfaitement organisé. Elle faisait son travail en étant la meilleure. Intransigeante et intolérante, elle ne laisse rien passé, que ce soit avec ses employés ou les habitants de Storybrooke. Elle veille à la sécurité des gens et le bien être de la mer. Ne faite pas d'écart, car elle n'a pas la langue dans sa poche et elle n'hésitera pas à vous verbaliser s'il le faut. Elle ne fait pas souvent de cadeau. Elle est vue comme la mégère de la côte, solitaire et aigrie qui ne sort de son phare que pour râler sur les gens.

Célibataire endurcie, il pouvait lui arriver de combler certaine envie, mais pas question coeur. Elle se pensait exigeante avec les hommes, se demandant même si un jour elle comprendrait ce que voulait dire l’amour. Jamais elle ne s’était posé la question : était-elle sensible à ce manque chaleur et d’affection envers autrui. Ferme, froide et concentrée sur son travail, elle vivait seule dans son phare en pleine mer et c’est toujours le cas. Elle passe ses journées à lire des livres sur l’amour, toujours sans comprendre, mais elle les dévore, un à un. Elle descendait ensuite, prenait son bateau pour gagner le rivage et faisait un tour sur la plage alors que ses employés partaient vadrouiller en mer, et remontait avant la nuit pour allumer son phare, jour après jour...

Le jour où la malédiction arriva fut douloureuse pour Ebony. Elle était dans la lanterne, nettoyant le système optique. Elle en lâcha sa brosse et son corps redevint aussi lourd qu’il avait été autrefois. Tout lui revint, la frappant avec violence, tant son amertume et sa trahison lui fut lourde. Elle vomit d’avoir retenu toute cette rancoeur jusqu’à maintenant ignorée. Son regard s’était encore plus assombri. Alors qu’elle reprenait ses esprits, ses tempes comme dans un étau, le crâne écrasé par tout ces mauvais souvenirs, une brume rose balaya Storybrooke. Subitement son corps se trouva projetée sur une des vitres de la cabine, ses tentacules qui vinrent faire de même de parts et d’autres de la capsule. Elle s’extirpa avec difficulté sur la passerelle et sauta dans la mer. Ses pauvres jambes n’attendaient que de se détendre et se dégourdir.  

Elle était coincée là, à Storybrooke, mais elle trouverais le moyen de rentrer dans son monde, voler ces âmes infâmes et surtout celles qu’on lui devait. Elle garde son mal en patience, en lisant toujours ces romans d’amours avant de les jeter pages par pages dans la mer, du haut de son phare.



Dernière édition par Ebony Jones le Dim 13 Oct - 1:54, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aisling L. Johnson
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Avatar: Miikan - Signature:.TITANIUMWAY
⇜ feat by : Ariana Grande

ժ Messages : 683
ժ Sous d'or : 352
ժ Âge : Ving et un ans
ժ Profession : Employée dans un institut de beauté
ժ Conte : La petite Sirène
ժ Qui es-tu en réalité ? : Ariel

MessageSujet: Re: Ebony Jones - Fille du Kraken. Sam 12 Oct - 18:35

Encore une fois bienvenue et bonne chance pour ta fiche =)
(Nous faudra un lien je sent ^^)

_________________

If you would be loved, love and be lovable.
« Sometimes the heart sees what is invisible to the eye. »

Mais qui pourra, me dire comment. Les aimer, sans les trahir un peu. Tous les deux, sans faire souffrir, celui qui ne sera jamais heureux.. ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Ebony Jones - Fille du Kraken. Sam 12 Oct - 18:52

Bienvenue et puis entre créatures marines... il nous faudra un lien ! boui 
Revenir en haut Aller en bas
Mr. Gold
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Myself
⇜ feat by : Robert Carlyle

ժ Messages : 677
ժ Sous d'or : 321
ժ Âge : Un peu plus de 40 ans... Mais si on comptait vraiment, j'aurais plus de 200 ans.
ժ Profession : Prêteur sur gage, antiquaire, ... Et tant d'autres choses.
ժ Conte : La belle et la bête, Peter Pan, le Nain Tracassin
ժ Qui es-tu en réalité ? : Rumplestiltskin, the Dark One

MessageSujet: Re: Ebony Jones - Fille du Kraken. Sam 12 Oct - 18:54

Bienvenue, dearie, bonne chance pour ta fiche !

_________________

Deal is struck
“I'm lame, friendless… The only thing I've got is my boy, and they're going to take him away from me. If they take him away, I will truly, truly become dust.”
Revenir en haut Aller en bas
Alban C. Sullivan
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : northern lights
⇜ feat by : Ben Barnes

ժ Messages : 96
ժ Sous d'or : 160
ժ Âge : 26 ans
ժ Profession : Jeune avocat
ժ Conte : Robin des bois
ժ Qui es-tu en réalité ? : Guy de Gisborne

MessageSujet: Re: Ebony Jones - Fille du Kraken. Sam 12 Oct - 19:23

Bienvenue ici très chère Smile
Revenir en haut Aller en bas
Mary-Jane O. Monroe
avatar

Mousquetaire biscuité
I want more !
⇜ crédit : Pho pour l'ava et pour la sign' Gypsy Water.
⇜ feat by : Dianna Agron

ժ Messages : 1869
ժ Sous d'or : 997
ժ Âge : 22 ans
ժ Profession : Etudiante en droit, désire devenir avocate
ժ Conte : Robin des bois
ժ Qui es-tu en réalité ? : Lady Marianne

MessageSujet: Re: Ebony Jones - Fille du Kraken. Sam 12 Oct - 19:29

Soeurette de Finnichou ! Razz

Bienvenue parmi nous ! Wink

Si t'as des questions... Harcèle ton frère, ça le changera d'être celui qui répond aux questions au lieu d'en poser !

Bon courage pour ta présentation !
Merci de ton inscription parmi nous !

J'espère qu'on te fera pas trop peur, on est gentils, juste un peu... Dérangés par moment ! Rolling Eyes

_________________
Trop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer... C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent...
Revenir en haut Aller en bas
http://happyeverafter.forumactif.org/
Ebony Jones
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Maya
⇜ feat by : Kate Beckinsale

ժ Messages : 84
ժ Sous d'or : 168
ժ Âge : Personne ne le sait
ժ Profession : Garde Côte
ժ Conte : Légende de la Sirène
ժ Qui es-tu en réalité ? : Ebony fille du Kraken, première sirène.

MessageSujet: Re: Ebony Jones - Fille du Kraken. Dim 13 Oct - 1:55

Merci pour cet accueil chaleureux.

Bah sinon ......hihi  Ma fiche elle est FINIIIIE o/

_________________

Ô mes mignonnes, n'en oubliez aucun.
Je reviendrai vous retrouver et vous récompenser.
Jusqu'au dernier, n'en laissez aucune miette...
Revenir en haut Aller en bas
Mary-Jane O. Monroe
avatar

Mousquetaire biscuité
I want more !
⇜ crédit : Pho pour l'ava et pour la sign' Gypsy Water.
⇜ feat by : Dianna Agron

ժ Messages : 1869
ժ Sous d'or : 997
ժ Âge : 22 ans
ժ Profession : Etudiante en droit, désire devenir avocate
ժ Conte : Robin des bois
ժ Qui es-tu en réalité ? : Lady Marianne

MessageSujet: Re: Ebony Jones - Fille du Kraken. Dim 13 Oct - 7:25

congratulation


Très jolie présentation ! ♥️
Bienvenue officiellement parmi nous ! cheers (Bon, tout le monde ne va pas se réjouir d'accueillir une telle sirène, mais bon, tant pis ! )
Bon jeu sur HEA ! Câlin2 

Voici un petit guide sur HEA qui regroupe les adresses importantes, si tu cherches quelque chose, normalement, c'est dessus ! Wink
N'oublie pas d'aller faire ta demande de sous d'or de bienvenue ici, et de passer référencer ton avatar dans le coin. Tu peux aussi aller voir la zone de parrainage si tu veux un(e) parrain/marraine !

_________________
Trop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer... C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent...
Revenir en haut Aller en bas
http://happyeverafter.forumactif.org/
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ebony Jones - Fille du Kraken.

Revenir en haut Aller en bas

Ebony Jones - Fille du Kraken.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy Ever After :: CORBEILLE :: Will you join our city ? :: Welcome in our fantastic world-