AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez| .

Rentre ! C'est le moment où la lune réveille le vampire blafard sur sa couche vermeille. ♦ Serena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Serena L. Ashford
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : bazzart
⇜ feat by : miranda kerr

ժ Messages : 23
ժ Sous d'or : 14
ժ Âge : 23 ans
ժ Profession : infirmière
ժ Conte : Dracula
ժ Qui es-tu en réalité ? : Whilemina Murray

MessageSujet: Rentre ! C'est le moment où la lune réveille le vampire blafard sur sa couche vermeille. ♦ Serena Jeu 3 Oct - 17:38

Serena Lisbeth Ashford
Nul homme ne sait, tant qu'il n'a pas souffert de la nuit, à quel point l'aube peut être chère et douce au cœur. "
△ L'interview du Mirror
Holà ! Vous là, un instant s’il vous plait ! Avant de commencer, il va falloir remplir ce formulaire. Sans cela, je ne peux vous laisser avancer. Vous voulez un stylo ? En voilà un, d’ailleurs c’est mon stylo fétiche ! Faites-y attention.
Croyez-vous :
- au conte : [x ] Oui [ ] Non. Pourquoi ?
Eh bien même si elle n’est pas à probablement parlé issue d’un conte, Serena sait, depuis la levée de la malédiction que son histoire est considérée comme tel dans ce monde,alors oui bien sur qu’elle y croit !
- à la magie : [x ] Oui [ ] Non. Pourquoi ? Pourquoi pas ? Après tout elle à vu des choses qui semblaient bien mystique et si les vampires existent…pourquoi pas les sorciers ?
- au destin : [x ] Oui [ ] Non. Pourquoi ? Serena est extrêmement croyante. Et si l’on croit en l’existence de Dieu on sait alors que rien n’arrive pas hasard.
Appréciez-vous le maire : [ ] Oui [ ] Non. Pourquoi ?  Que répondre à cela ? Bien sur elle est triste et énervée d’avoir du quitter son ancien pays , sa vie et sa famille, mais Serena ne déteste personne et trouve que finalement cette Reine à du être bien malheureuse pour en arriver à de telles extrémités…alors quelque part elle la plaint finalement…
Êtes-vous (plusieurs réponses possibles) :
- [ x] Curieux [ x] Ouvert d'esprit [ ] doté d'un esprit cartésien [ ] Rationnel
- Hiver [x ] ou Été [ ]
- Voyageur [ ] ou Casanier [x ] Serena est casanière par inclination mais est devenue voyageuse par obligation
- Salé [ ] ou Sucré [x ]
- Serviable [x ] ou Égoïste [ ]
- Livre [x ] ou Jeux vidéos [ ]
- Sportif [ ] ou Télévision [x ]
- Fêtard [ ] ou Pantouflard [x ]

Que pensez-vous de Storybrooke ? Eh bien pour Serena Storybrook n’est pas un mauvais endroit. Sa vie n’est pas horrible. En fait elle peut trouver ici presque tout ce qu’elle avait avant. Mais quelque fois son époque lui manque. Ce n’est qu’une légère vague de mélancolie mais ces derniers temps elle semble persister.
Que représente pour vous l'âme-soeur ? L’âme sœur ? Eh bien comme toute les jeunes filles Serena à lu des romans à l’eau de rose étant jeune mais pour elle l’âme sœur c’est assez abstrait. Elle aime Jonathan oui mais d’un amour pur…doux. Pas aussi passionné qu’elle le voudrait et d’ailleurs le temps passé dans le monde moderne de Storybrooke lui fait cruellement sentir
Quel endroit aimeriez-vous voir ? Serena à un jour eu soif d’aventure. Elle tout voulu voir. Tout voulu connaitre …mais maintenant après tout ce qu’elle à vécu, Serena veut juste rentrer chez elle et être tranquille.
Vous voyez, vous avez terminé. Voyons voir ce que ça donne… Mmmh… Excellent ! Ha ! J’allais oublier… Avant de vous laisser partir, j’aimerai voir votre carte d’identité.

△ Carte d'identité




Date et Lieu de Naissance : Serena est née un 22 mai dans la campagne anglaise
Age :23 ans
Profession effectuée : Infirmière à l’hôpital de storybrooke
Orientation sexuelle : Serena est héterosexuelle
Situation matrimoniale : Fiancée à Jonathan mais quelque part c'est compliqué
Mon personnage est-il tiré d'un conte ? :oui même si ce n'est pas un conte à proprement parlé
■  Si oui, lequel et qui il est dedans ? : Serena est Wilhelmina « Mina » Murray de Dracula
■  Caractère : Douce, intelligente ,aimante , constante, tendre , réfléchie , forte, hésitante , perdue ,souriante , naïve , aisément manipulable , à tendance à ne voir que le bon côté des gens , franche , maladroite , timide ,solitaire
■  Groupe souhaité : The cursed
■  Célébrité : Miranda Kerr
■  Crédits :Bazzart,tumblr
△ Derrière le miroir




Prénom/Surnom :Anya/Absynthe
Age : J’ai 18 ans demain les patates !!!
Comment avez-vous connu le forum ? : j’y suis j’y reste
Votre premier avis ? :je vous aimes
Mon perso est : inventééééééé
Code : huuum Alice/Flynn
Autre chose à rajouter : bisouuuuus
Et pensez, une fois validé, à aller référencer votre avatar ici. Avec le code que vous y trouverez tout en bas !
Mais aussi à demander vos sous d'or ici, même en cas de DC !


_________________

Infect me with your sweet poisonous love
Et je te donnerai, ma brune,Des baisers froids comme la lune Quand viendra le matin livide,Tu trouveras ma place vide,Où jusqu'au soir il fera froid.Comme d'autres par la tendresse,Sur ta vie et sur ta jeunesse,Moi, je veux régner par l'effroi.


Dernière édition par Serena L. Ashford le Ven 4 Oct - 9:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Serena L. Ashford
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : bazzart
⇜ feat by : miranda kerr

ժ Messages : 23
ժ Sous d'or : 14
ժ Âge : 23 ans
ժ Profession : infirmière
ժ Conte : Dracula
ժ Qui es-tu en réalité ? : Whilemina Murray

MessageSujet: Re: Rentre ! C'est le moment où la lune réveille le vampire blafard sur sa couche vermeille. ♦ Serena Jeu 3 Oct - 17:40

Serena Lisbeth Ashford
Looks like the innocent flower but be the snake under



△ Il était une fois...


Toi qui, comme un coup de couteau,
Dans mon coeur plaintif es entrée ;
Toi qui, forte comme un troupeau
De démons, vins, folle et parée,

De mon esprit humilié
Faire ton lit et ton domaine ;
- Infâme à qui je suis lié
Comme le forçat à la chaîne,

Ses doigts serrent lentement les fins draps blancs, les froissants dans la poigne serrée de sa main sans même s’en apercevoir. Un léger soupir lui échappe alors qu’elle tourne la tête sur le côté pour entrouvrir ses paupières encore gonflées par le sommeil qui semble finalement la fuir définitivement pour cette nuit. A la pâle lueur de la lune ses cheveux semblent s’être fait d’encre et sa peau blanche prend des reflets bleutés. Sa poitrine se soulève à un rythme un peu trop rapide. Parce qu’il lui reste encore quelques réminiscences. Quelques lambeaux d’images noires qui emplissent son esprit et le salisse sans pourtant que Serena ne soit réellement capable de se souvenir de ce qu’il s’agit.

Mais il reste ce sentiment diffus de peur qui s’écoule dans ses veines jusqu'à aller saisir son cœur. Assez pour lui faire comprendre que c’était bien loin d’être un rêve gentillet. Un rictus amer vient déformer les traits pleins de son visage. Il faut dire que ses souvenirs détiennent une plus grande part de cauchemars que de rêve …alors comment la blâmer pour ces rêves qu’elle ne maitrise pas ? Elle se lève rapidement sans faire de bruit, sans prêter attention au fait qu’il fasse encore nuit noire, qu’elle n’est qu’en chemise de nuit et que dehors le vent souffle suffisamment fort pour la glacer. Parce que ce moment qu’elle passe seule n’appartient qu’à elle. Et que c’est ce dont la jeune femme à le plus besoin en ce moment. Le calme. La paix. Et cette fugitive et éphémère sensation de liberté qu’elle passe tant de temps à rechercher.

Sans aucun bruit. Pieds nus. Discrète, elle se faufile dans les longs couloirs jusqu'à trouver la sortie et l’air frais de la nuit qui vient lui caresser le visage. Elle se fond dans les ténèbres. Sortir en douce que ce soit de chez elle ou d’ailleurs est une activité qu’elle pratique depuis longtemps. C’est désormais une fierté pour elle d’être pratiquement indétectable. Dire qu’il y a quelques temps une telle rébellion ne lui serait même pas venue à l’esprit…ironique n’est-ce pas de voir à quel point cette nouvelle vie l’a transformée ? Du bout des pieds elle retourne la terre meuble pour aspirer les parfums doux-amers qui semblent s’en échapper, doucement elle se penche en avant pour caresser le doux tapis sombre du bout des doigts. Pendant un instant elle contemple avec attention le contraste que forment ses doigts si blancs avec le sol si sombre. Puis d’un mouvement souple elle se relève avec l’entêtant sentiment de détonner, de ne pas avoir sa place dans le seul lieu qui l’a pourtant toujours acceptée sans jamais s’en plaindre. Sans doutes est-ce parce qu’il fait nuit. Et depuis les mésaventures qui lui sont arrivées Serena ne parvient plus à goûter au plaisir de sentir la fraicheur du soir sur son visage. Même la nuance du ciel, d’un bleu sombre incroyablement riche ne parvient qu’à la faire frissonner de dégoût…et que dire alors de la couleur rouge ?

Ses doigts se retrouvent soudainement à serrer convulsivement la délicate petite croix qu’elle porte autour du cou et un souffle tremblant lui échappe. C’est plus fort qu’elle. Serena ne veut pas se souvenir. Ne veut pas se rappeler et pourtant déjà son esprit s’engouffre dans la brèche de son âme pour lui faire revivre ce qu’elle souhaite oublier. Car Serena n’a pas toujours été Serena….loin de là… il y a ce qui lui semble désormais être une éternité elle était Wilhelmina Murray. Ou plus simplement, pour les intimes. Mina.

Mina est née à une autre époque …si loin de tout cela. Elle est née en 1865 sur les côtes anglaises, dans une petite ville bien loin de l’agitation constante de Londres. Beaucoup l’ont plainte … quelle jeune femme peut donc être heureuse de grandir loin de toute civilisation près d’une mer bien trop souvent agitée , dans un village aux falaises déchirées par les vagues et constamment emplis d’une brume suffocante et grossière ? Mais contrairement à leurs dires Mina à adoré cet endroit … calme … reposant et pourtant plein de mystère. Tout lui à toujours plu dans cet endroit et plus particulièrement ce que les autres considéraient comme des défauts. Mais contrairement à tant de jeune filles inconséquentes et frivoles, Mina n’a jamais voulu ni richesse ni célébrité. Même enfant elle restait l’exemple de calme et de douceur. Un caractère peut-être un peu trop effacé …peut-être un peu trop fade, Serena le réalise d’ailleurs aujourd’hui, mais dans cette autre époque c’était ainsi que l’on imaginait les femmes vertueuses.

Un léger sourire se dessine sur ses lèvres délicatement rosées. Comme elle à changée … elle s’en aperçoit maintenant. Mais il faut dire que son enfance n’a pas été la plus simple. Elle n’était qu’une enfant quand ses parents ont attrapés la tuberculose. Une maladie que l’on avait jugée étrange chez des gens vivants au grand air, quand le remède conseillé pour cette maladie était justement l’air vivifiant de la mer et de nombreuses cures de soleils. Les médecins n’avaient rien su dire …et ses parents de toute façon bien que possédant une condition assez confortable n’avaient pas eu les moyens de payer leurs remèdes aux prix exorbitants. Les yeux de Serena se ferment un instant sous la douleur. Une quinzaine d’année plus tard seulement un dénommé Koch avait trouvé la solution. Mais bien trop tard pour eux hélas ! L’enfant qu’était alors Mina avait été dévastée.

Et comment annoncé à une enfant innocente que plus jamais elle ne pourrait sentir les bras chaleureux de sa mère s’enrouler autour de son corps frêle ? Comment lui expliquer qu’il n’y aurait plus ni rire ni tendresse. Mina n’avait pas compris. Et personne n’avait essayé de lui montrer. Du jour au lendemain elle était simplement partie vivre chez son oncle à peine quelques kilomètres plus loin. Un homme simple. Veuf. Qui l’avait aimé autant qu’il l’avait pu mais qui ne savait simplement pas comment éduquer et s’occuper d’une une fillette de cinq ans. Qui aurait donc pu lui reprocher ? Pas elle en tout cas … mais sans doute était-ce en cette occasion que Mina s’était renfermée sur elle-même. Il manquait quelque chose à sa vie d’enfant. Une chaleur qu’elle pouvait toucher du bout des doigts mais qu’elle ne faisait jamais sienne. Sans doute était-ce d’ailleurs la raison pour laquelle elle s’était alors rapprochée de la religion. De la prière. Elle avait grandie avec une piété et une foi tranquille que beaucoup avait admirée. Mais grandir avec pour seul parent un homme avait tout de même eu des avantages.

Loin de penser que la place d’une femme dans une maisonnée n’était que décorative, il avait offert une éducation particulièrement poussée à Mina. Une éducation à l’époque bien peu commune pour une jeune fille, mais qui avait permis à la jeune Mina de retrouver un peu de son assurance. Une force douce mais tenace qui lui permettait de venir à bout des adversaires les plus récalcitrants. Et c’est d’ailleurs à l’une de ces occasions qu’elle avait rencontrée la jeune Lucy Westenra , une jeune enfant rousse déjà ravissante. Déjà un peut trop frivole d’ailleurs, raison pour laquelle elle était plongée dans les ennuis. Mais bien qu’extrêmement jeune son charisme était déjà incroyablement grand et Mina avait été envoûtée par sa joie de vivre et son sourire lumineux. Elles ne s’étaient plus quittées ensuite. Étrangement complémentaires malgré toutes leurs différences.

Et ce jusqu'à l’abominable nuit ou Lucy avait cessé d’être…le coup au cœur de Mina avait été terrible. Parce que Lucy étant Lucy si joyeuse et si forte sa mort semblait impossible…et pourtant … Soudain des larmes envahissent les prunelles claires de la jeune femme. Il s’est écoulé tant de temps …et pourtant… comment oublier ? Après tout Lucy avait été la seule à être là sa vie durant. Les autres s’étaient effacés. Évanouis. Même cet oncle qui l’avait élevé avec affection lui avait un jour signalé qu’il serait bientôt temps de quitter le refuge qu’elle s’était péniblement construit. Lucy elle l’avait accueillie à bras ouverts, ce qui ne serait pas venus à l’esprit de tout le monde. Et puis surtout, surtout, c’était grâce à Lucy qu’elle avait rencontré Jonathan. Et à cause de cela Mina ne pouvait être que son éternelle débitrice.

Les sourcils de Serena se froncent doucement. Quel âge avait-elle déjà ? Elle était encore jeune…plus vraiment adolescente mais disons à l’heure d’une entrée dans le monde … même si bien sûr elle n’avait jamais appartenu à la haute société et ne pouvait que rêver des bals fastueux que décrivait les gazettes qu’elle recevait parfois. Mais à l’instant où elle avait rencontré Jonathan … elle avait tout oublié. Son adolescence foncièrement solitaire qu’elle avait passée plongée dans les livres, ou parfois, quand le temps lui souriait avec Lucy à rire avec frivolité de choses qu’elles ne connaissaient pas et qui n’arriveraient jamais. Puis petit à petit cette insouciance lui était passée … rien ne dure …et son caractère doux et calme ne l’incitait pas vraiment à garder cette immaturité d’esprit qui était demeuré dans celui de Lucy. ET quelque part elle en avait voulu à la jolie. Bien sûr à l’époque elle ne l’aurait admis pour rien au monde. Tout d’abord parce que la jalousie n’était l’un des pêchés que désapprouvait l’église anglicane et ensuite parce que Mina voulait être l’image qu’elle donnait. La pureté. Le calme. La force tranquille. Un souhait futile auquel elle avait pourtant consacré sa vie.

Maintenant bien sûr nombreux psychologues auraient pu dire que cette volonté de perfection était liée à la mort de ses parents. A la peur qu’elle avait alors d’être abandonnée si elle ne restait pas telle qu’elle était. Mais à l’époque c’était normal…plus encore, c’était bien ! Alors elle avait cultivée ces traits de caractère en refoulant les autres. Sans état d’âmes, se privant de ce qu’elle était pour devenir ce qu’elle devait être. Elle à grandis ainsi. Et sans doute est-ce pour cette raison qu’elle à vu en Jonathan une sorte de prince charmant quand elle l’a rencontrée. Comment faire autrement d’ailleurs ? Même en cet instant, une vie plus tard, Serena se souvient parfaitement de la manière dont elle l’a rencontré.  Lucy avait voulu assister à un bal donné par les voisins, mais malheureusement sa mère fragile n’était pas en état de l’accompagner. Et bien sûr il était hautement inconvenant pour une jeune fille pas même fiancée de se rendre seule à un bal populaire. Alors Lucy avait pleuré. Crié. Et finalement montré un visage d’ange pour obtenir ce qu’elle souhaitait. ET comme toujours cela avait marcé. Lucy l’avait suppliée de l’accompagner alors même que Mina ne souhaitait que calme et repos. Mais elle n’avait jamais pu résister aux grands yeux clairs de son amie. Elle avait dit oui. Et la mère de Lucy n’y avait rien trouvé à redire. Tout le monde savait que jamais Whilhelmina n’aurait poussé une quelconque personne à la faute. Et encore moins sa meilleure amie.

D’elles deux, seule Lucy attendait quelque chose de cette soirée. Et pourtant c’était Mina qui avait tout trouvé. A dire vrai elle n’avait pas prêté grande attention au groupes de jeunes gens discutant vivement dans un coin. Au contraire elle les avait même fuis. Mina n’avait que peu de liens avec l’autre sexe, tous les hommes qu’elle n’avait jamais connus se contentaient de courtiser Lucy avec acharnement. Lucy avec ses longs cheveux roux, sa peau laiteuse et le vert tendre de ses yeux. Lucy et sa petite taille et son corps si menu, si délicat qu’il semblait parfois évanescent. A ses côtés Mina n’était que jolie … et tellement peu adaptée aux canons de l’époque. Qui plus est, elle ne possédait ni l’humour, ni l’assurance de sa compagne et les conversations désinvoltes que son amie menait ne lui plaisait guère. Alors généralement elle se contentait de s’assoir avec fatigue, attendant que la soirée finisse. Mais peu de temps après un jeune homme l’avait rejointe, l’invitant à danser. Et à partir de cet instant, sa vie était devenue un conte de fée.

Ironique n’est-ce pas ? Puisqu’après elle avait sombré dans l’enfer…

Jonathan l’avait courtisée. Longuement, mais tous deux savaient que leurs fiançailles n’était qu’une question de temps. Ils étaient en osmose. Pensait et souhaitait la même chose. Pour lui et ses études de notaires, Mina avait appris la sténographie dans le but de l’aider à traduire ses notes. Ils s’étaient fiancés peu de temps  après, sereinement, sachant pertinemment que rien ne pourrait entraver leur chemin. Bien sûr ils avaient tort…mais qui aurait pu leur reprocher leur naïveté ? Ils étaient jeunes et amoureux. Plongés dans leur monde. Et puis le clerc de son cabinet de notaire lui avait dit qu’un certain Comte Dracula, situé en Transylvanie requérait ses services pour acheter une propriété à côté de l’asile de Whitby. Bien évidemment Jonathan n’avait pu qu’accepter, tout d’abord parce que c’était son avenir dans ce notariat qui était en jeu. Si jamais le client était satisfait et qu’il renvoyait de bon échos de Jonathan ce dernier pourrait peut-être espérer hériter un jour de la chaire. Alors évidemment il était partis, laissant Mina derrière lui. Avec regret bien sûr, et la promesse de lui écrire plusieurs lettres par semaines. Mais il l’avait tout de même fait. Et pendant de longues semaines elle avait été sans nouvelle de lui.

Lucy avait été son unique soutien. Elles s’étaient échangées de nombreuses lettres, à tel point que lorsque la belle rousse l’avait invitée à venir séjourner chez elle Mina n’avait pu qu’accepter le sourire aux lèvres, elle avait besoin de se changer les idées. Et qui de mieux qui Lucy, nouvellement fiancée après trois demandes en mariage différentes pour ce faire ? En arrivant elle n’avait pas été déçue. Les deux jeunes femmes avaient passées de longues journées à discuter de tout et de rien. Surtout de rien d’ailleurs. Et pour la première fois Mina avait connu les joies de la frivolité. Mais très vite tout avait changé. Lucy d’abord. De vive et enjouée, la flamboyante roussée était passée à terne et fatiguée. De plus en plus pâle, presque translucide en vérité. Et puis elle se réveillait en pleine nuit, sans raison. Pour rassurer Mina, ou peut-être sa mère malade, elle expliquait qu’elle avait déjà été sujette à des crises de somnambulisme et que c’était surement l’enthousiasme de son mariage qui la faisait retomber dans ses vieux travers. Sans nouvelles de Jonathan, terrifiée par sa longue absence pendant laquelle elle n’avait reçue qu’une courte lettre succincte, Mina l’avait crue. Soulagée sans doute de ne pas avoir à chercher de causes plus graves ?

Et puis il avait cette nuit…. Serena frissonne un peu, détourne la tête légèrement. Elle se rappelle de chaque détail rétrospectivement. Sans savoir comment, pourquoi, elle s’était réveillée au milieu de la nuit, peut-être à cause d’un bruit, peut-être simplement parce qu’elle avait pris l’habitude de venir vérifier si Lucy était bien dans son lit … qui sait ? Toujours est-il qu’en entrant dans la chambre de son amie elle l’avait trouvée vide. Aussitôt la peur avait saisi son cœur et elle avait courue au-dehors sans même prendre la peine de se couvrir, simplement vêtue d’une chemise de nuit quasiment transparente. Et elle avait trouvée Lucy, allongée sur le banc  de pierre dont elles avaient l’habitude de se servir pour leurs bavardages, dans une posture d’abandon et la tête retombant en arrière. Ses yeux n’avaient pas vraiment analysé ce qu’elle avait vue , une sombre brume noire peut-être , surmontée de deux immenses yeux rouges et féroces. Bien sûr elle s’était rapidement convaincu que cela n’était rien d’autre qu’une erreur, peut-être un effet d’ombre au milieu de la nuit. Mina avait donc saisi Lucy par la main et l’avait trainée dans la maison le plus vite possible, en espérant que Madame Westenra ne s’était pas réveillée.

Le lendemain Lucy était pâle mais sauve. Elle était fatiguée mais souriante, aussi lorsque Mina avait enfin reçu un télégramme lui indiquait que son mari était à Londres , sain et sauf bien que malade, elle ne s’était pas sentie coupable d’abandonner Lucy , sachant …ou plutôt espérant que tout irait bien pour elle. Elle avait retrouvé Jonathan aux abords de Londres dans un couvent ou des sœurs le soignait d’un, important traumatismes avaient-elles dit. Mina avait alors voulu ouvrir le journal qu’elle savait que son fiancé tenait toujours… à l’image du sien. Mais ce dernier lui avait jurer de n’y toucher qu’en cas de danger de mort. Mina avait promis et n’en avait plus parlé. Pendant de longues semaines elle avait veillé sur la convalescence de son bien-aimé avec tendresse. Quelle joie cela avait été de le retrouver en vie. Fragile certes mais bien vivant ! Mais sa santé c’était de nouveau dégradée et Mina avait rompue sa promesse de ne jamais lire son journal. Et ce qu’ele avait lu…ce qu’elle avait appris  l’avait bouleversée. Pire horrifiée, et rapidement elle avait ressenti l’envie de rentre chez elle. En sécurité.Bien sûr Mina avait envoyé de nombreuses lettres à Lucy, mais celle-ci , surement trop prise par son futur mariage n’avait répondu qu’aux premières. Finalement, Jonathan s’était senti assez fort pour rentrer et Mina s’était éclairée à l’idée de revoir sa précieuse Lucy.

Mais quand elle était rentrée …lucy était morte…

Un sanglot étranglé s’échappe de la bouche de Serena et soudain son environnement lui fait horreur, rapidement elle se détourne et court rentrer dans sa maison. Son abri. Elle était repartie de Londres , comblée et persuadée que jamais le monde ne pourrait être meilleur. Et pendant ce temps Lucy rendait son dernier soupir. Pire ! Pendant qu’elle flânait le mal le plus terrible s’installait au cœur de Whitby. C’était dans ces sinistres circonstances qu’elle avait rencontré le fiancé de Lucy mais également les amoureux éconduits. Plus important même, c’était à ce moment qu’elle avait rencontré Van Helsing. Il lui avait révélé ce qui était arrivé à la pauvre Lucy. Lui avait parlé du naufrage du Demeter . Sans doute était-ce à ce moment-là que le petit groupe avait décidé de détruire Dracula à jamais. De débarrasser le monde du monstre qui avait détruit l’innocente et rayonnante Lucy pour la transformer en une chose inhumaine et assoiffée de sang. Il y avait alors deux parties en Mina. Celle courageuse, qui regrettait le fait d’être arrivée trop tard et de ne pas avoir pu aider son amie. Et celle terrifiée, éplorée qui était heureuse de ne pas avoir assisté à sa triste fin, de ne pas avoir vu la jolie rousse tournée en un monstre.

Et de longues nuits avaient suivies. Jonathan et elle restaient éveillés tout au long de ces heures sombres, dormant à tour de rôle avec des croix. Finalement ils s’étaient installés avec le reste du petit groupe chez le Docteur Jack Seward , l’un des anciens amoureux de Lucy qui était plus que tout déterminé à se venger. Il avait présenté à Mina un malade à l’étrange comportement, un certain Renfield que la jeune femme avait pris en pitié. Qui pouvait dont être tenu responsable des actes que lui faisait commettre un esprit malade ? Bien sûr il devait être gardé loin de la civilisation pour ne pas faire souffrir les autres mais néanmoins Mina compatissait avec cet homme autrefois brillant et désormais déchu. Mais après … après …

Serena frissonne au souvenir de ce qu’il s’est passé et convulsivement sa main se serre autour de la petite croix qui orne son cou. Elle a besoin de se rassurer. Car même maintenant…même maintenant tout reste flou. Bien sûr on lui a dit que Renfield, en réalité serviteur de Dracula, l’avait invité dans la maison de Jack Seward , laissant les habitants de la maison sans défense…et plus particulièrement elle, mais de tout cela elle n’a que de vague souvenir. Une étrange sensation de langueur, une voix douce caressante dans sa tête, une poigne ferme et puis une étrange sensation de faiblesse avant qu’un étrange liquide à la saveur cuivrée ne vienne s’infiltrer entre ses lèvres. Plus tard alors elle avait compris qu’en cette nuit épuisante Dracula avait tentée de la transformer. Et la peur l’avait taraudé. Pire ! Mina avait rapidement pu constater qu’un changement s’était produit dans son être. Lorsque s’était appliqué un hostie sur la peau ce dernier l’avait brûlé, montrant clairement au monde quel être impur elle était devenu. Un être qui ne pourrait être libéré que par la mort de Dracula.

Dès lors la détermination des hommes du groupe n’en avait été que plus grande. Jonathan parce qu’il l’aimait tendrement et voulait la sauver. Quant aux autres ils la considéraient comme une sœur sans doute. Ou une sainte digne d’adoration. Lointaine quelque part. Mais mina avait porté son fardeau sans rien dire. Pourtant en elle se mélangeait la peur, le désespoir et la haine. Alors elle leur avait fait promettre à tous de la tuer si jamais ce changement se révélait finalement irréversible. Ou trop dur à supporter. Ils avaient alors découverts que Mina pouvait atteindre l’esprit de Dracula. Sans doute grâce au lien de sang qui les unissaient. Toujours était-il que Mina, Jonathan et les autres avaient suivis le Comte jusque chez lui. En Transylvanie. Et ils l’avaient détruit. Mina n’avait pas assisté à la mort de Dracula…parce que du fait de son lien, nul ne pouvait réellement lui faire confiance. Mais Jonathan la lui avait souvent racontée. Pour la rassurer sans doute … mais qu’importait ?

La seule chose qui comptait c’était qu’ils aient détruits le Comte… à jamais …

Avec un soupir Serena rentre chez elle. Sans même se douter que tout cela est faux …et que le mal rôde toujours .
Hélas ! le poison et le glaive
M'ont pris en dédain et m'ont dit :
" Tu n'es pas digne qu'on t'enlève
A ton esclavage maudit,

Imbécile ! - de son empire
Si nos efforts te délivraient,
Tes baisers ressusciteraient
Le cadavre de ton vampire ! "

△ Storybrooke
Vous voilà maintenant à Storybrooke… Racontez nous votre vie là bas, nous voulons tout savoir. Détaillez votre histoire en une dizaine de lignes.
Well, maybe there's a god above
But all i've ever learned from love
Was how to shoot somebody who outdrew you
It's not a cry that you hear at night
It's not somebody who's seen the light
It's a cold and it's a broken hallelujah

Hallelujah, hallelujah, hallelujah, hallelujah ....


Serena frissonne doucement, se retourne et ferme la porte derrière elle. Son front se pose lentement contre le lourd linteau de bois ancien et un léger soupire traverse ses lèvres roses. Quelque fois il lui arrive de nouveau de craindre la nuit. Comme un étrange pressentiment qui lui souffle que rien n’est finis, qu’elle devrait fuit le plus vite possible. Stupide bien sûr puisqu’a Storybrooke il n’y a pas grand-chose de vraiment dangereux… outre celle que l’on appelle la méchante Reine bien sûr, mais cette dernière se moque bien de la vie de Serena et la réciproque est vraie. Peut-être, surement devrait-elle se dresser contre ce despote miniature mais Serena n’en à pas envie. Tout d’abord parce que même dans cette nouvelle vie, elle possède cette foi terriblement chrétienne qui la pousse à dire qu’elle ne connait pas la vie de cette femme , qu’elle ne peut la juger et qu’il est toujours possible de pardonner. Et de l’autre côté … eh bien de l’autre côté Serena n’a simplement plus envie de se battre. Elle à toujours rêvée d’une vie on ne peut plus banale. Pas d’aventure ou de sentiments épique et passionnés. Juste le confort d’une petite existence tranquille …mais elle ne l’a jamais obtenu. A Storybrooke il est temps de repartir à zéro, elle peut faire ce qu’elle souhaite. C’est une nouvelle vie… un nouveau départ..

Ici elle possède tout ce dont elle à toujours pu rêver. Même une famille. Car cette fois Serena n’a pas perdu sa nouvelle famille. Et cette fois qui plus est cette fois , Serena à à eu une petite soeur. Quelque chose dont elle avait toujours rêvé. Bien sûr maintenant qu’elle à retrouvé ces souvenirs cette fausse famille semble avoir quelque peu perdue de sa valeur …comment pourrait-il en être autrement ? Après tout, ses parents ne sont pas ceux-là. Ceux de Storybrooke n’était donc que de vulgaires ersatz de pâle copie qu’elle ne savait pas désormais plus vraiment aimer. Dans un sens elle recherchait toujours leur présence mais dans l’autre elle les fuyait. Grâce à eux, Serena avait vécu une seconde enfance véritablement heureuse. Entre rire, joie, et rayons de soleils lumineux. Entre confort et tendresse. Douceur et émerveillement. Tout ce qu’elle n’avait pas eu avant. Alors il y avait quelque part du remord en elle. Parce qu’elle était persuadée qu’elle était en train d’oublier ceux qui l’avait VRAIMENT élevée. Et quelque part c’est vrai. Mina s’est un peu évanouie. Désormais elle n’est plus qu’une petite part de Serena.

Une nouvelle personne… plus forte. Plus fière … Mais est-ce vraiment surprenant ? Après tout sa renaissance s’est effectuée dans un monde si différent du sien. Ou la place des femmes est tellement plus importante. Ou pour la première fois elle à pu faire corps avec ses rêves, ses aspirations et se lancer dans une quête d’elle-même qui n’était avant qu’un étrange rêve, une utopie à laquelle une jeune fille bien élevée ne pouvait rêver que tard le soir lorsque ses paupières étaient closes et que l’emprise du monde réel s’estompait délicatement. Dans ce monde étrange si… moderne, la force est une bonne chose. La passion aussi. Elle n’est plus censée être une petite chose fragile, rougissante et indubitablement stupide. Pour une fois elle à pu briller. Dans ce monde ci, Serena à d’ailleurs fait la fierté de ses professeurs, charmés de voir une enfant si cultivée et surtout si calme. Car finalement il lui reste un peu de cette douceur qui avait déjà été la sienne pendant 23 ans. Mais désormais Serena voit le monde différemment. Elle est elle-même. Ni plus, ni moins. ET il faut bien l’avouer ceci est déjà un exploit.

Bien sûr il y a toujours en elle une certaine ferveur religieuse. Déjà enfant elle se rendait si souvent dans l’église de Storybrooke que ses parents avaient un moment pensés qu’elle souhaitait devenir bonne sœur. Ce qui n’avait jamais été le cas d’ailleurs. Serena savait parfaitement que malgré son souhait d’une vie calme elle révérait bien trop la liberté pour finir cloitrée. Elle voulait certes une vie tranquille mais une vie qu’elle aurait choisi et construite elle-même. Une vie qu’elle possèderait corps et âmes. Un souhait étrange peut-être ? Qu’importe ceux qui ne comprennent pas n’ont pas d’importance. D’ailleurs certains membres de son entourage n’ont pas compris son choix de vouloir devenir infirmière. Elle aurait pu choisir d’autres études, avoir une vie plus simple, plus tranquille. Mais il reste et restera toujours en Serena l’amour qu’elle porte aux autres. Sa plus grande qualité. Son plus grand défaut. Pas vraiment étonnant. Mais bien au contraire Serena à suivi ses études avec brio. Avec acharnement, désireuse de montre qu’elle pouvait faire ce qu’elle voulait. ET ce, sans même posséder le moindre souvenir de sa vie passé. Finalement il fallait croire que certaines choses ne pouvaient disparaitre totalement.

Que quelque part, au plus profond d’elle-même, les murmures de Mina, enfant dans l’époque victorienne, avaient demeurés, latents, la poussant ainsi à accomplir une destinée qu’elle ne comprenait pas mais qui était l’aboutissement de deux vies. Finalement, et contrairement à tant d’autres, Serena n’avait pas beaucoup souffert de la malédiction. Au contraire cette dernière lui avait offert des possibilités qu’elle ne croyait pas exister. Et surtout Serena sait que désormais il lui est impossible de revenir en arrière. Elle s’est habituée à son indépendance. Elle sait habituée à posséder un pouvoir de décision. A être tout simplement et à ne plus subsister uniquement à travers son fiancé et comme une jolie jeune femme. Même son physique est ici plus accepté. Tellement plus adapté à la mode de cette étrange époque. Son corps élancé, grand, mais aux formes à la fois graciles et voluptueuses, son visage aux traits doux était admiré de loin. Mais peut-être n’était-ce qu’une impression. Une impression venue du fait qu’enfin elle s’acceptait.

Un sourire se dessine doucement sur le visage de Serena. Oui, décidément la vie ici n’est pas si mal. Elle y a même retrouvé Jonathan. Sans le savoir d’ailleurs, dans cette nouvelle vie, il avait été son meilleur ami. Grandissant avec elle, l’aidant, la soutenant du mieux qu’il pouvait dans tous ses choix. Pas étonnant alors qu’elle ait retrouvé des vieux sentiments enfouis en elle. Comme si l’amour qu’elle avait éprouvé dans son autre vie l’avait suivie pour mieux revenir. Et quelque part … quelque part cette idée était délicieuse. Mais dans cette époque différente Jonathan n’avait pas osé se déclarer … et elle non plus d’ailleurs. Trop impressionnée. Préoccupée peut-être. Toujours était-il qu’elle avait attendu … en vain … si bien qu’au bout d’un temps elle avait pensé que son amour était à sens unique. Alors Serena avait péniblement décidé qu’il était temps de vivre sa vie. D’oublier Jonathan et d’essayer d’avancer, autant qu’elle le pouvait. Ce choix l’avait bouleversé… mais il était bien loin le temps ou les jeunes filles se languissaient d’amour en espérant que l’homme de leurs pensées viendrait frapper à leurs portes. Dans cette nouvelle societé, si les femmes ne pouvaient avoir ce qu’elle voulait, elles avançaient.

Et Serena en digne représentante du beau sexe avait fait de même. C’était ainsi que c’était terminé son adolescence. Dans les bras d’un jeune homme plus âgée qu’elle, son regard posé sur le visage de Jonathan qui détournait les yeux. Maintenant elle savait qu’elle l’avait fait souffrir. Il le lui avait dit. Lui aussi l’avait aimé à la folie, de nouveau, mais tout comme elle il n’avait osé rien dire. Jamais, lui avait-il dit, il n’avait voulu gâcher leur amitié qui lui était si précieuse. Amusant n’est-ce pas ? Mais à l’époque Serena n’en avait rien su. Elle avait donc passé son diplôme une plaie béante au cœur et s’était lancée à corps perdus dans son nouveau travail d’infirmière. Là-bas elle s’épanouissait, capable, enfin, de faire s’évanouir les souffrances de ses semblables, ou du moins de les soulager. Serena se réalisait dans ce travail que certains jugeaient ingrats, ou bien trop dur pour une jeune femme de son âge.

Mais ceux-là ne comprenaient rien , humains à peines vivants il faisaient partis de ceux qui font ce que l’on attend d’eux en silence sans même comprendre que la vie possède un autre sens que celui-là. C’était à l’hôpital d’ailleurs qu’elle avait rencontré un docteur du nom de Mircea. Charmant. Intelligent. Peut-être un peu froid parfois mais … mais cela n’avait pas d’importance n’est-ce pas ? Ce malaise qu’elle ressentait parfois en sa présence n’était sans doute qu’un frisson de culpabilité vis-à-vis de Jonathan qu’elle trahissait en flirtant à mots couverts avec son supérieur. Rien d’autre.

Si seulement … si seulement elle savait à quel point elle se trompait…et elle devrait … Serena devrait tellement se rendre compte que le mal n’était caché nulle part ailleurs qu’au ses côtés et qu’en tentant de l’oublier elle se condamnait elle-même.

En bref sa vie à Storybrooke à été , sinon heureuse, du moins paisible mais depuis peu tout est différent. Car la levée de la malédiction laisse un goût amer à Serena. Bien sûr elle est extrêmement heureuse d’avoir retrouvé Jonathan et de nouveau, avec la maladresse de deux êtres qui se sont perdus de vue depuis trop longtemps, ils se retrouvent. Ils se découvrent. Mais Serena découvre que Jonathan n’est peut-être pas si parfait … ou sans doute est-ce elle qui est devenue imparfaite en demeurant dans cette societé moderne ô combien différente de la sienne. D’ailleurs il n’est pas question de rentrer chez elle un jour. Elle ne pourrait plus vivre dans ce décor qui lui apparait maintenant factice. Elle ne serait plus capable de se cacher derrière un sourire. Car si Serena désire une chose désormais c’est vivre … plus que tout …

If I die young
Bury me in satin
Lay me down on a bed of roses
Sink me in a river at dawn
Send me away with the words of a love song




_________________

Infect me with your sweet poisonous love
Et je te donnerai, ma brune,Des baisers froids comme la lune Quand viendra le matin livide,Tu trouveras ma place vide,Où jusqu'au soir il fera froid.Comme d'autres par la tendresse,Sur ta vie et sur ta jeunesse,Moi, je veux régner par l'effroi.


Dernière édition par Serena L. Ashford le Mer 16 Oct - 15:05, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Rentre ! C'est le moment où la lune réveille le vampire blafard sur sa couche vermeille. ♦ Serena Jeu 3 Oct - 17:50

rebienvenue avec ce nouveau perso I love you
Revenir en haut Aller en bas
Mary-Jane O. Monroe
avatar

Mousquetaire biscuité
I want more !
⇜ crédit : Pho pour l'ava et pour la sign' Gypsy Water.
⇜ feat by : Dianna Agron

ժ Messages : 1869
ժ Sous d'or : 997
ժ Âge : 22 ans
ժ Profession : Etudiante en droit, désire devenir avocate
ժ Conte : Robin des bois
ժ Qui es-tu en réalité ? : Lady Marianne

MessageSujet: Re: Rentre ! C'est le moment où la lune réveille le vampire blafard sur sa couche vermeille. ♦ Serena Jeu 3 Oct - 18:18

Rebienvenue poulette !

Bon, je te passe le speech concernant HEA, tu connais la maison maintenant je pense, t'es comme chez toi ! Razz

J'en connais un qui a hâte de débarquer maintenant ! XD

Bon courage pour ta fiche !

_________________
Trop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer... C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent...
Revenir en haut Aller en bas
http://happyeverafter.forumactif.org/
Malory G. Warbird
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : <LAZARUS>
⇜ feat by : Hayley Williams

ժ Messages : 1431
ժ Sous d'or : 1389
ժ Âge : 17 ans
ժ Profession : Lycéenne
ժ Conte : Rebelle
ժ Qui es-tu en réalité ? : Mérida

MessageSujet: Re: Rentre ! C'est le moment où la lune réveille le vampire blafard sur sa couche vermeille. ♦ Serena Jeu 3 Oct - 21:52

Re-bienvenue Smile

_________________
    i just want to be free

    FREEDOM IS A BIRD FLYING OVER A SEA OF ​​VIBRANT COLORS
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Regina Mills
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : hollow bastion + tumblr.
⇜ feat by : lana parrilla.

ժ Messages : 375
ժ Sous d'or : 400
ժ Âge : trente-cinq ans.
ժ Profession : maire de storybrooke.
ժ Conte : snow white and the seven dwarves.
ժ Qui es-tu en réalité ? : the evil queen.

MessageSujet: Re: Rentre ! C'est le moment où la lune réveille le vampire blafard sur sa couche vermeille. ♦ Serena Ven 4 Oct - 4:55

Han, toi encore.  Re bienvenue parmi nous ! Je suis sûre que ton personnage sera superbe, comme d'habitude, j'ai envie de dire. Parce que Wilhelmina, Dracula, quoi. potté potté

_________________

carry on my wayward son

blinding darkness surrounds me. and i am reaching for you only. this hopelessness that drowns all that I believe will be the one thing that i need. for you only. there's a hunger it's slowly growing, chasing shadows but never knowing if all that I have done is keeping me from you.
@TUMBLR GIFS - STUNNING - TRADING YESTERDAY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Rentre ! C'est le moment où la lune réveille le vampire blafard sur sa couche vermeille. ♦ Serena Ven 4 Oct - 18:15

Well Well !! Re-bienvenue parmi nous jolie poupée  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Rentre ! C'est le moment où la lune réveille le vampire blafard sur sa couche vermeille. ♦ Serena Sam 5 Oct - 11:55

bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Serena L. Ashford
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : bazzart
⇜ feat by : miranda kerr

ժ Messages : 23
ժ Sous d'or : 14
ժ Âge : 23 ans
ժ Profession : infirmière
ժ Conte : Dracula
ժ Qui es-tu en réalité ? : Whilemina Murray

MessageSujet: Re: Rentre ! C'est le moment où la lune réveille le vampire blafard sur sa couche vermeille. ♦ Serena Mer 16 Oct - 15:05

Merci à touuuuus
et fiche terminée je pense Cool

_________________

Infect me with your sweet poisonous love
Et je te donnerai, ma brune,Des baisers froids comme la lune Quand viendra le matin livide,Tu trouveras ma place vide,Où jusqu'au soir il fera froid.Comme d'autres par la tendresse,Sur ta vie et sur ta jeunesse,Moi, je veux régner par l'effroi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Rentre ! C'est le moment où la lune réveille le vampire blafard sur sa couche vermeille. ♦ Serena Mer 16 Oct - 16:44

congratulation


Oh, une Mina ! What a Face 
J'ai soif, j'peux boire un peu de ton sang ? Heart1 

Bref, je te valide, encore une fois ! Rolling Eyes

Câlin4 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Rentre ! C'est le moment où la lune réveille le vampire blafard sur sa couche vermeille. ♦ Serena

Revenir en haut Aller en bas

Rentre ! C'est le moment où la lune réveille le vampire blafard sur sa couche vermeille. ♦ Serena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy Ever After :: CORBEILLE :: Will you join our city ? :: Welcome in our fantastic world-