AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez| .

Faire les bons choix n’est jamais facile.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Faire les bons choix n’est jamais facile. Mer 28 Aoû - 21:38



    La vie de Baelfire n’avait pas été simple depuis quelques années déjà. Au début, tout c’était très bien passé, avec des parents aimant et présents, il n’aurait pas pû rêver mieux. Malheureusement le retour de son père à la maison avait bien changé les choses. Malgré tout, il avait eu la possibilité de passer du temps avec son père, ce dernier et lui partageant beaucoup de choses et surtout un amour inconditionnel l’un pour l’autre. En effet, Milah, la mère du garçon était partit de la maison depuis quelques temps déjà. A ce moment là Baelfire ne savait pas la vérité sur le fait que sa mère était partit avec un pirate pour faire le tour de tous les océans. Il n’en parlait pas non plus, ne demandant pas de nouvelle de sa génitrice. Il était plus occupé à passer du temps avec son père et à l’aider dans tout ce qu’il y avait à faire à la maison. D’ailleurs, aujourd’hui, il fallait marcher pour aller vendre du coton, ce qui ramènerait un peu d’argent et ça leur permettrait d’avoir quelques économies de côté, même si ça n’était pas beaucoup comparé à tous les riches du pays. Malgré tout, c’était une bonne chose et ça permettrait à Baelfire de sortir du village où il habite et de voir les regards plein de pitié des autres qui lui faisait comprendre qu’il était le fils d’un lâche. Il ne parlait jamais de cela avec son père, parce qu’il savait que c’était difficile pour eux deux et que ça les blessait l’un comme l’autre. Alors, après avoir vérifié qu’il avait tout, il était allé demander à son père s’ils pouvaient y aller et ils prirent le chemin de la ville. Marchant à côté du cheval qui tirait la charrette, Baelfire regardait autour de lui, il aimait beaucoup sortir du village et se retrouver dans les chemins boisés. Il se souvenait de la fois où il était partit jouer dans les bois avec d’autres enfants du village, c’était des moments qui resteraient toujours gravés dans sa mémoire et il aurait aimé pouvoir en avoir d’autres. Il ne désespérait pas, même si tous les autres enfants l’évitaient, mais il savait que c’était leurs parents qui leurs disaient de ne pas l’approcher. Portant ensuite le regard sur son père, ce dernier semblait calme et serein, ça ne lui arrivait plus aussi souvent que par le passé. Le départ de Milah l’avait beaucoup changé et l’un comme l’autre avaient du se faire à cette nouvelle vie à deux, mais pour le garçon c’était une vie tranquille et malgré tout agréable.

    Tu penses que nous allons vendre beaucoup de coton ?

    Evidemment, il y avait un autre sujet dont il voulait aborder le sujet, mais il savait également que ça rendrait son père triste. En effet, son anniversaire arrivait à grands pas et ça voulait dire qu’il allait devoir partir à la guerre, chose que son père ne voulait pas. De son côté, il avait peur, mais les soldats ne lui laisseraient pas le choix, il le savait parfaitement et il ne voyait aucun moyen d’échapper à un tel destin. Il devrait partir à la guerre et peut-être qu’il y laisserait la vie, mais au moins il aurait défendu son village du mieux qu’il le pourrait. Cependant, il préféra ne pas y penser tout de suite et plutôt rester sur quelque chose de léger pour le moment.

    Ca serait une bonne chose si on vendait beaucoup de coton aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
Mr. Gold
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Myself
⇜ feat by : Robert Carlyle

ժ Messages : 677
ժ Sous d'or : 321
ժ Âge : Un peu plus de 40 ans... Mais si on comptait vraiment, j'aurais plus de 200 ans.
ժ Profession : Prêteur sur gage, antiquaire, ... Et tant d'autres choses.
ժ Conte : La belle et la bête, Peter Pan, le Nain Tracassin
ժ Qui es-tu en réalité ? : Rumplestiltskin, the Dark One

MessageSujet: Re: Faire les bons choix n’est jamais facile. Mer 28 Aoû - 23:45

Baelfire & Rumplestiltskin

Lentement, j'enroulais le coton que j'avais filé durant la dernière semaine et le plaçais sur la charrette que nous possédions, mon fils et moi. Nous l'avions acheté plusieurs années auparavant avec Milah... Un véritable investissement, mais ça valait le coup maintenant : nous pouvions nous déplacer plus vite de villages en villages et arriver à temps pour des événements où nous vendions laine et coton. Je ne savais pas si Bae, mon fils, était heureux de cette vie que nous menions... Après le départ de Milah avec ce pirate qui m'avait humilié devant tous ses hommes, nous avions du construire une nouvelle vie. Étant pauvre : impossible de quitter le village... Nous n'aurions pas eu d'avenir ailleurs. Je me doutais bien que Bae devait mal supporter le fait d'être le fils du Lâche. Et il devait avoir une bien maigre opinion de moi... Cela me remplissait d'une infinie tristesse mais je préférais ne pas le montrer. Je ferais tout ce qui était en mon pouvoir pour que l'être qui comptait le plus à mes yeux soit heureux et en bonne santé. Absolument tout. J'attachais fermement la laine pour ne pas qu'elle tombe durant le trajet et attelais le cheval, appuyé sur mon bâton de fortune. Depuis que j'étais revenu de la guerre, je boitais. Évidemment... On n'avait pas pu me rafistoler la jambe. Je m'étais fait ça tout seul et c'était affreusement douloureux. Mais passons. Je vivais avec maintenant, tel avait été mon choix ! Je l'assumais pleinement, qu'importait ce que disaient les gens. Ils ne pouvaient pas comprendre... La plupart n'avaient pas d'enfant.

Je caressais doucement le pelage du cheval qui allait tirer la charrette. Nous avions assez de coton et de laine pour faire une bonne affaire ce jour-ci ! J'étais confient. J'aurais tant souhaité sortir de la misère... Mon fils aurait eu alors accès à plus de choses... Plus de distractions ! Malheureusement, ce n'était pas le cas, et dès que nous commencions à remonter la pente, un coup dur nous faisait redescendre. J'espérais que mon fils réussirait mieux que moi dans la vie : je voulais, pour lui, le meilleur ! Mais il y avait un hic... Dans quelques semaines, se serait l'anniversaire de Bae. Dans quelques semaines, on allait le recruter pour qu'il parte à la guerre, car la limite d'âge avait été rabaissée... Je ne souhaitais pas que mon fils se batte. Et je cherchais un moyen depuis quelque temps. Un seul choix s'offrait à nous : la fuite. Il nous suffirait d'aller dans un royaume voisin... Oui, ce serait aussi simple que cela... Et Bae serait en sécurité, avec moi, et alors nous repartirions à zéro ! C'était une belle initiative et j'attendais un peu avant de lui en aire part... Je ne savais pas comment aborder le sujet car Bae était bien plus fort que je ne l'étais, plus courageux, plus brave... Peut-être voulait-il partir à la guerre, lui ? Pour servir son royaume et défendre dignement ses terres... Mais ça aurait été comme m'arracher le cœur de la poitrine, car mon fils était la dernière chose qui me rattachait à la vie. Sans lui, que deviendrais-je ? Il était comme une lumière dans l'obscurité qui m'entourait.

J'eus à peine le temps de remplir ma sacoche de provisions pour la route que Bae apparut devant moi, me demandant si nous pouvions y aller. Je lui fis un sourire et nous nous mîmes en route sur le champ. J'étais heureux de voir que Bae aimait partir avec moi du village. Au moins, je ne le forçais à rien. Je savais qu'il avait très peu d'amis, parce qu'il était le fils du lâche de service, et je m'en voulais un peu. Il avait le droit à une vie normale après tout... ! Le grand air me fit du bien. Je grimpais sur la charrette pour prendre les rênes du cheval et le conduire sur le petit sentier qui traversait la forêt enchantée. Le calme ambiant m'apaisa... A cet instant, mon esprit était tranquille : mon fils marchait non-loin, nous allions faire une bonne affaire avec le coton et la laine... Et, le plus important : nous étions tous les deux. J'étais déterminé à ce que jamais rien ne puisse nous séparer, car je l'aimais plus que tout au monde. Sa voix me tira de mes pensées et je lui jetais un coup d'œil avant de lui sourire. Il fallait être optimiste alors je hochais la tête à ses paroles.

« Oui, nous devrions en vendre une bonne quantité. » je continuais de lui sourire. En effet, nous avions des chances d'en vendre beaucoup, car, dans la petite bourgade où nous nous rendions, c'était un jour de fête et il y aurait du monde à foison ! Il faudrait toutefois faire attention de ne pas se perdre de vue, car le lieu était inconnu et nous ne savions pas sur qui nous pouvions tomber... ! Je lui tendis la main pour qu'il grimpe à mes côtés sur la charrette. Je sentais qu'il avait quelque chose d'autre en tête. Qu'un sujet le tourmentais. Mais je ne pouvais pas lire dans ses pensées... Je me contentais donc de le gratifier d'un doux sourire paternel. « Dis-moi, Bae, j'ai l'impression que quelque chose te tracasse, je me trompe ? Tu as mal quelque part... ? je fronçais les sourcils, inquiet, et l'observais sous tous les angles. Je ne voulais surtout pas qu'il attrape une mauvaise maladie ! Ou bien as-tu appris de mauvaises nouvelles ? » j'époussetais distraitement sa cape de voyage avant de lever mes yeux sur lui, interrogateur. Je me faisais sans doute beaucoup trop de soucis... Mais c'était mon rôle de géniteur !
bohemian psychedelic

_________________

Deal is struck
“I'm lame, friendless… The only thing I've got is my boy, and they're going to take him away from me. If they take him away, I will truly, truly become dust.”
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Faire les bons choix n’est jamais facile. Ven 30 Aoû - 21:18


    Sortir du village faisait toujours du bien à Baelfire. Il aimait pouvoir passer du temps avec son père, loin des regards noirs ou pleins de pitié et les mauvaises langues. Marchant à côté du cheval, son père lui était partit s’asseoir et le petit garçon regardait autour de lui, se souvenant des bons moments passés dans les endroits les entourant. La forêt était pleine de ressource, que ça soit pour se cacher avec les copains, se promener, voir les animaux ou encore rester là seul pour profiter du calme. Le garçon aimait bien parfois se retrouver là pour réfléchir ou juste pour être tout seul et profiter du silence. Aujourd’hui, il fallait partir du village pour aller vendre du coton et c’était déjà quelque chose qui lui permettrait de se retrouver avec son père et de pouvoir profiter de moments privilégiés avec lui. Lui demandant alors s’ils allaient pouvoir vendre beaucoup de coton, il devait avouer que ça serait une bonne chose pour pouvoir s’acheter de la nourriture et de quoi améliorer leur quotidien. A la réponse de son père, il se mit à sourire, il était du genre optimiste et ça lui plaisait beaucoup. Cependant, le garçon pensa alors au fait que son anniversaire approchait et qu’il pourrait peut-être ne pas profiter de ce qu’ils pourraient acheter. En effet, les soldats viendraient sans doute dans le village pour l’amener à devenir un soldat comme eux pour les aider à la guerre. L’âge des jeunes avaient encore baissés et il savait qu’il ne serait pas épargné, seulement, il ne voulait pas que son père s’en fasse pour lui comme il le faisait d’habitude. En voyant son géniteur lui tendre la main, il l’a prit et monta à ses côtés. Restant silencieux, il soupira doucement, regardant le chemin sur lequel ils étaient avant que son père ne reprenne la parole. Haussant les épaules, il ne voulait pas aborder un sujet qui allait amener de la tristesse chez eux, seulement, il savait que son père s’en ferait tant qu’il n’aurait pas eu de réponse. Hésitant, il fut tout de même amusé quand l’adulte lui posa tout un tas de questions et il tourna la tête pour le regarder avec un léger sourire.

    Je n’ai mal nulle part papa. Tout va bien de ce côté-là.

    En effet, physiquement il n’avait aucun souci, ça allait même très bien comparé à certaines personnes dans le village qui était malade ou avait un souci physique. C’était le cas de son père, mais il n’avait jamais abordé le sujet, sachant qu’il s’agissait de quelque chose de sensible.

    Je pensais seulement aux jours à venir.

    Fixant son père, il ne savait pas comment aborder le sujet sans le blesser. Regardant à nouveau le chemin, il chercha comment tourner les choses, mais il ne voyait pas de façons de rendre ses paroles plus légères ou moins tristes.

    C’est bientôt mon anniversaire.

    Tournant doucement la tête vers l’homme à ses côtés, il espérait que ce dernier ne lui dirait pas de se taire à ce sujet, parce qu’il allait falloir en parler avant la date fatidique, ils n’auraient pas le choix.

    Les soldats doivent être au courant et ils viendront sûrement me chercher.

    Le dire tout haut changeait beaucoup de choses et il n’avait pas envie que ça rende triste l’homme qui l’avait élevé depuis des années, seulement, il faudrait bien passer par là pour qu’ils trouvent une façon de pouvoir épargner Baelfire ou alors que le père de ce dernier se fasse à l’idée que son fils lui serait enlevé et qu’il pourrait mourir au combat.

    Je pourrai ne jamais revenir, mais nous n’en avons pas parlés.

Revenir en haut Aller en bas
Mr. Gold
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Myself
⇜ feat by : Robert Carlyle

ժ Messages : 677
ժ Sous d'or : 321
ժ Âge : Un peu plus de 40 ans... Mais si on comptait vraiment, j'aurais plus de 200 ans.
ժ Profession : Prêteur sur gage, antiquaire, ... Et tant d'autres choses.
ժ Conte : La belle et la bête, Peter Pan, le Nain Tracassin
ժ Qui es-tu en réalité ? : Rumplestiltskin, the Dark One

MessageSujet: Re: Faire les bons choix n’est jamais facile. Sam 31 Aoû - 1:21

Baelfire & Rumplestiltskin



Les jours à venir... Je détournais les yeux pour regarder le chemin. Je n'ignorais pas ce qu'il voulait dire par là. Au contraire, je me doutais où il voulait en venir... La guerre, n'est-ce pas ? Bae avait grandi tellement vite... Il était déjà en âge de partir à la guerre. Mon cœur se serra et mes pensées furent confirmées par ses paroles. Normalement, les anniversaires de Bae se passaient bien. Lorsque Milah était parti, j'avais tout fait pour combler le vide pour mon fils. Ca n'avait pas dû être facile pour lui, de grandir sans mère... Mais à présent, j'aurais donné n'importe quoi pour arrêter le temps... Ou autre chose. Fais n'importe quoi pour ne pas que nous soyons séparés. Je baissais légèrement la tête à ses paroles, les yeux rivés sur mes mains qui tenaient les rênes du cheval. Il fallait bien que le sujet arrive sur le tapis un jour ou l'autre... Et comme d'habitude, c'était mon fils qui avait eu le courage de lancer la conversation délicate. Je pense que je ne l'aurais jamais fait, moi. Je déglutis, n'osant pas le regarder en face. J'avais peur de lui paraître faible, car, déjà, je me sentais l'envie de pleurer. Les larmes montaient un peu trop facilement à mes yeux ces temps-ci, dès que quelque chose nous tombait sur le dos. Si seulement je trouvais un moyen de nous rendre un peu plus riche... Juste de quoi sortir de la misère... Les dernières paroles de Bae me brisèrent le cœur et je relevais la tête vers lui, le front légèrement plissé par l'angoisse. Il envisageait donc de ne jamais pouvoir revenir ? De ma main libre, je l'attirais contre-moi.

« Ne dis pas ça, Bae... » ne jamais le revoir équivaudrait à m'arracher le cœur. Et donc à m'arracher la vie. Je le gardais serré contre moi, la gorge nouée. Je ne pouvais imaginer vivre sans mon fils. Saleté de guerre ! Elle avait déjà assez ruiné ma vie, hors de question qu'elle me prenne mon fils. Je trouverais un moyen. Mais je n'osais pas parler de fuite à Bae... Prendrait-il cela pour un acte de lâcheté de ma part ? Je ne voulais en aucun cas baisser dans son estime... « Nous trouverons un moyen, j'en suis sûr. Je te le promets... » Oui, je le promettais ! J'y avais déjà beaucoup songé en filant de la laine tout le long de la journée... Mais toutes les conclusions étaient les mêmes : la fuite. Je supposais que je trouverais un habile moyen d'amener cette solution, en espérant que Bae ne me prenne pas pour le lâche que, malheureusement, j'étais... Je gardais les yeux fixés sur la route, allant doucement pour ne pas fatiguer les chevaux qui avaient encore une petite heure de voyage devant eux. Les villages étaient relativement éloignés les uns des autres, et celui où nous nous rendions l'était encore plus, car il s'agissait presque d'une petite ville et était donc plus proche du château seigneurial. Au bout d'un petit moment, ayant repris contenance, je tournais la tête vers mon fils et plongeais mes yeux dans les siens.

« J'ai beaucoup réfléchi à la question, tu sais... Je pense que nous devrions quitter le village et nous installer ailleurs. » je hochais la tête, comme pour me donner un peu de courage et de détermination, essayant de me convaincre moi-même comme j'essayais de convaincre Bae. « Oui, je pense que c'est ce qui serait mieux. Nous mènerions peut-être une vie meilleure, qui sait ? » toutes mes espérances reposaient dans mes paroles. C'était notre seule chance. La seule chance pour que mon fils et moi restions ensemble, qu'il ne parte pas à la guerre, qu'il ne se fasse pas tuer. Je pris sur moi et lui fis un pâle sourire que je voulais confiant. Je n'étais sans doute pas très convainquant, mais, en tant que père, je me devais d'être un minimum rassurant... Je le gardais encore un peu contre moi avant de doucement le relâcher. Je le revoyais encore petit bébé gigotant dans mes bras... Que le temps avait passé depuis ! Bientôt quatorze ans... Un brin de nostalgie s'empara de moi et je jetais un regard empreint d'une certaine tendresse à Bae. J'étais fier de ce que mon fils était devenu. Extrêmement fier. C'était, en tout point, quelqu'un de meilleur que moi, quelqu'un de bien, quelqu'un de courageux. J'aurais aimé lui offrir une enfance meilleure que celle qu'il avait eu. Une enfance misérable et sans beaucoup d'amis...

« Bae... Es-tu heureux ? » cette question me trottait dans la tête depuis très longtemps déjà. Je me doutais de la réponse, il ne voudrait pas me blesser. Mais je voulais de la franchise. Je voulais savoir, l'entendre. Était-il heureux ? C'était, en quelque sorte, un moyen de détourner la conversation qui portait sur la guerre... Un peu lâche, encore une fois. Mais je ne voulais pas m'éterniser là-dessus, j'y pensais déjà bien assez souvent... Peut-être aurais-je dû en parler encore, le rassurer un peu plus ? Mais je ne savais pas comment faire étant donné que je n'arrivais déjà pas à me rassurer moi-même... Je lui jetais un coup d'œil.
bohemian psychedelic

_________________

Deal is struck
“I'm lame, friendless… The only thing I've got is my boy, and they're going to take him away from me. If they take him away, I will truly, truly become dust.”
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Faire les bons choix n’est jamais facile.

Revenir en haut Aller en bas

Faire les bons choix n’est jamais facile.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy Ever After :: CORBEILLE :: Ancien RP-