AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez| .

Why do you look at me like I was naked ? [Lullaby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Why do you look at me like I was naked ? [Lullaby] Mer 28 Aoû - 16:52

Comme chaque matin et depuis toujours, je me rendais au Granny's dinner pour prendre mon petit déjeuner. C'était ici le premier endroit où je m'étais rendu en allant à storybrook, c'est dans une chambre chez Granny que j'ai vécu le plus longtemps et c'est aussi ici que j'ai eu mon tout premier travail dans cette ville. Alors forcément, même si aujourd'hui j'avais mon propre magasin et mon propre appartement, les habitudes ont la vie dure et il m'était donc devenu impossible de ne pas passer par ici, surtout avec tous les bons souvenirs que j'y avais. Mais plus que ça, les gens là bas étaient devenu un peu comme ma famille, entre Granny elle même, Scarlett, Delilah, c'est une chose que même la fin de la malédiction ne pourrait retirer ! Enfin pour Scarlett c'était d'autant plus vrai qu'avant la malédiction, je veux dire dans le monde des contes, pas la fausse vie à Storybrook, on étaient déjà très liés donc ça ne faisait qu'aller dans la même continuité.

Cependant, c'est bien ce pseudo lien de parenté qui rendit ma mâtiné beaucoup plus intéressante. En effet, Delilah possédait une sœur, Lullaby, une vraie sœur qui n'était pas tout à fait sa sœur … une histoire compliqué à la Storybrook quoi ! Bref, déjà à l'époque je la connaissait de vu, je lui avait un peu parlé mais le feeling n'était jamais passé plus que ça, je restait surtout proche de Delilah et pour moi Lullaby était juste une fille cool. Seulement il y a quoi, deux jours ? J'étais aller me baigner dans à la rivière. Je faisais ça assez fréquemment, histoire de me détendre un peu moi qui adorait nagé mais surtout trouvant beaucoup plus de charme là dedans que d'aller se baigner dans une vulgaire piscine bien rectangulaire et dont l'eau est chlorée à mort. Seulement, chose que j'aimais faire quand il n'y avait personne, ce qui était le cas ce jour là, du moins que je croyais, c'était … et bien, disons que j'aimais m'accorder de bonnes baignades complètement nu, voilà. Seulement quelle fut la surprise quand, en sortant de l'eau, je suis tombé face à face avec la petit Lullaby complètement choquée et qui, contrairement à moi, n'avait pas vraiment envie de sourire face à la situation, prenant alors la fuite en prétextant n'importe quoi pour s'éclipser. Je l'aurais bien retenu à ce moment là mais je n'en avais rien fait, je crois que se faire poursuivre par un type à poil, qu'elle connaît en plus, aurait été bien pire, haha. Après je reconnaît que, quand elle a disparu de mon champ de vision, j'ai éclaté de rire.

Enfin bref ! Si je vous raconte cette histoire c'est parce que en entrant dans le Dinner, je suis tombé sur Lullaby justement. Du moins je l'ai vu assise sur une table au fond, concentrée sur son petit déjeuner. Je pris mon gobelet de café qui était toujours prêt quand j'arrivais et me suis dit qu'il serait bon de lui faire un petit coucou à la demoiselle, surtout après l’événement du lac. J'étais certain qu'elle aurait envie de fuir en me voyant m’asseoir par surprise juste en face d'elle, haha, cela dit, même si la situation m'amusait beaucoup, je pensais qu'il serait sans doute meilleur de discuter de ce qui était arrivé, je n'avais pas envie qu'elle me fuit éternellement tout de même. Je pris donc mon plus grand sourire, le plus débile aussi étrangement … et m'installa sur la banquette juste en face de la sienne.

« Coucou Lullaby ! Comment vas tu ? Toujours gêné par ce qui est arrivé avant hier ? Roh, il ne faut pas voyons ! Et puis c'était marrant tout de même ! Non ? Enfin moi en tout cas ça m'avait fait bien rire. Enfin … je remarque que je ne te laisse pas vraiment de temps pour en placer une, héhé, vas y. »

D'accord, je devais le reconnaître, le fait que je sois en permanence surexcité ne devait franchement pas l'aider à se sentir un peu mieux et oublier la vision qu'elle avait eu, surtout si je lui balançais le souvenir à la figure comme ça de si bon matin. Rahlala, décidément je ne me refaisait pas, mais j'avais toujours été comme ça, je ne voyais pas vraiment de raison de ne pas être de bonne humeur. Enfin, il paraît que la bonne humeur est contagieuse, peut être pourrais-je la lui propager ? Au moins ça aiderait à briser la glace, déjà épaisse à l'époque mais depuis devenu bien plus rigide suite aux derniers jours. Me vint alors une question complètement sans rapport.

« Mais en fait, tu es qui ? Je veux dire, je te connais ici, mais dans le monde des contes ? Depuis la fin de la malédiction je ne t'ai jamais demandé. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Why do you look at me like I was naked ? [Lullaby] Mer 28 Aoû - 21:21

Le soleil s'éveillait tout juste et je passais quelques minutes a retrouver mes esprits en regardant mon petit ange gardien, perché sur rebord de ma fenêtre. Encore une mauvaise nuit, malgré mes pensées quelques peu occupées depuis quelques temps par un événement des plus agréable, une ombre avait plus ou moins chamboulées ces dit pensées. Cette ombre s'appelait Finnigan, Oh pas une ombre comme cet horrible, ce cruel, ce méchant Gold, mais plutôt comme un garçon qui semblait un peu trop sur de lui et surtout beaucoup trop extravagant pour moi.
Pourtant vous me connaissez, je suis une personne plutôt vivante et qui n'a pas sa langue dans sa poche. Mais certaines choses pour moi sont, comment dirais je... gênantes, délicates et surtout totalement embarrassante, surtout quand cela concerne une personne qu'on connait au travers sa grande sœur, que l'on admire et à qui on souhaiterait tant ressembler Et même si cette grande sœur là ne l'est pas vraiment, et qu'elle est une des meilleures conséquence que cette terrible malédiction m'ait apportée, je souhaite que jamais, Oh grand jamais, elle n'en sache mot. Je souhaite tirer un trait aussi épais que possible.
Oui cet événement m'a totalement fait paniquée, c'est arrivé quand je m'y attendais pas et ma surprise fut totale en voyant qui c'était et surtout « comment » il était. Mais laissez moi vous racontez quand et surtout pourquoi, je me suis comportez de la sorte, car comme je vous l'ai dit plus haut, ma nature n'était pas du tout de réagir de la sorte et j'avais surement du lui paraître comme une idiote, chose dont je me fichais totalement, mais dont je voulais donner explication pour que vous en saisissiez la raison tout simplement.

C’était également un matin, et je me levais aux aurores, je savais que si je m'y rendais assez tôt je pourrais le voir ne serait ce quelques secondes, je savais que je le connaissais et je voulais le voir de plus près pour en être totalement sur, car mon cœur lui ne se trompait pas et il avait manquer de sortir de ma poitrine quand, il y a deux jours de cela il avait vu d'abord sa silhouette et ensuite, son visage puis enfin ses yeux. Oui c'était lui et je voulais à tout pris le revoir.

Tenant ma tasse de chocolat des deux mains, je sortis et m'asseyais sur notre balancelle pour laisser mon regard se perdre devant l'horizon de la plage. Les rayons du soleil laissait une douce chaleur sur ma peau et fermant les yeux je revis son visage et son regard ténébreux., une sensation de plénitude m’envahit comme à chaque fois que je pensais à lui.
Un autre moment je serais surement restée là indéfiniment, pour admirer la splendeur de l‘instant, mais j'avais bien autre chose en tête, un autre plan. Je rentais alors rapidement et surtout, silencieusement pour ne pas réveiller ma sœur … et surtout sa curiosité, j’enfilais un jean et un débardeur puis attrapant ma lecture du moment, je sortie par la porte arrière, celle qui menait droit à la rivière.

Alors que j'arrivais non loin de l'endroit où je l'avais vu auparavant, j'entendis un clapotis d'eau. Ma curiosité s'éveilla, comme toute fée qui se respecte, c'était un des traits de caractère, qui avec ou sans mémoire ne m'avait pas abandonné. Je me dirigeais alors près de la berge. Il y avait en cet endroit un saule pleureur, dont les branches, tel des cheveux d'anges, dansaient sur le miroir de la rivière et dont  le soleil avait transformer le lieu telle des milliers d'étoiles qui auraient quittés leur berceau de nuit, pour se coucher à la surface lisse de cette eau si calme et si paisible, mais qui en cette heure, si inhabituelle, avait en son lit, une personne sur le point de me déstabiliser totalement.

J'allais donc vers ce saule pleureur, qui ressemblait à s'y méprendre à grand mère feuillage, et d'une main pas très franche, j'écartais les hautes herbes pour me planter devant l'inconnu prenant son bain. Il n'était pas de face, et nageait du côté opposé et dans quelques instants il allait se retourner, mais sa silhouette ne m'était pas inconnue mais impossible de me rappeler où j'avais bien pu le croiser. Et soudain je le reconnu mais ma surprise ne fut rien à côté de celle qu'il me causa quand, après avoir fait demi tour et qu'en quelques brasses il se retrouva non loin de moi et surtout, et c'est le surtout qui me paniqua, et surtout donc il sortit de l'eau passant ses deux mains sur sa chevelure ce qui me laissa tout le loisir de constater qu'il ne portait absolument aucun vêtement sur son corps ruisselant.

Son regard se leva alors et je ne lui laissais pas le temps de dire quoi que ce soit, je laissais échapper un cri et mettant ma main devant ma bouche je fis demi tour et m'enfuis dans demander mon reste. Au bout de quelques mètres, je m'arrêtais, essoufflée et reprenant ma respiration je sentis que le rouge était monté à mes joues, la gêne m'avait emparée pas seulement parce que j'avais reconnu le jeune homme mais tout simplement parce qu'il avait été le premier que je voyais en son plus simple appareil.

Voilà donc le récit de ma rencontre avec l’ami de ma sœur, et dont la situation pour lui devait être particulièrement amusante mais était pour moi d’une gêne totale. M’étant levée et préparée je m’étais, comme à mon habitude, rendu chez Scarlett et avait commandé mon mokaccino avec supplément de chantilly. Je lisais alors un de mes romans d’amour, quand levant les yeux machinalement à chaque tintement de porte, espérant secrètement qu’il fasse son apparition je vis entrée, la raison de ma gêne récente.  

Je fis mine d’être concentrée à ma lecture, espérant profondément qu’il ne me voit pas et passe son chemin. Mais jetant un rapide coup d’œil, je constatais qu’il m’avait vu et marchait vers moi, sourire au lèvre et yeux rieurs. Je me sentais alors à la fois gênée et encore une fois totalement paniquée. Je ne pouvais en ces lieux, m’enfuir, comme à notre précédente « rencontre », alors je restais là, assise, mes mains tremblantes, attendant de voir ce qu’il allait bien pouvoir me dire.

« Coucou Lullaby ! Comment vas tu ? Toujours gêné par ce qui est arrivé avant hier ? Roh, il ne faut pas voyons ! Et puis c'était marrant tout de même ! Non ? Enfin moi en tout cas ça m'avait fait bien rire. Enfin … je remarque que je ne te laisse pas vraiment de temps pour en placer une, héhé, vas y. »

Je ne savais quoi penser, comment réagir, j’ouvrais la bouche mais aucun son sortait de ma bouche. Il était là et semblait amusé de cet événement qui m’avait mis dans un état des panique totale. J’essayais de rester calme et de ne laissait paraître ma gêne sous aucun prétexte, il ne devait savoir la raison de ma fuite face à notre rencontre et à la situation. J’allais porté à mes lèvres ma boisson chaude quand il me posa une question qui aurait pu me détendre dans un autre contexte..mais qui resterait sans effet je le crains.

« Mais en fait, tu es qui ? Je veux dire, je te connais ici, mais dans le monde des contes ? Depuis la fin de la malédiction je ne t'ai jamais demandé. »

Je le regardais un instant, ressemblant sans aucun doute à une carpe essayant de respirer, alors sans savoir pourquoi je lâchais :

« Je… je n’avais jamais vu un homme nu…, j’étais une fée …et je suis désolée d’être partie la dernière fois.. Je ne suis pas comme ça, je vous aurais bien saluée.. Mais .. Mais je n’ai pas eu le temps… pardonne moi… je ne suis pas comme ça d'habitude je t'assure... tu n'as rien dit à ma soeur, hein? je ne veux pas qu'elle le sache sinon elle va me taquiner ... et Oh ..»

Je baissais les yeux bredouillant encore des mots qui furent incomprehensibles, mes joues étaient surement aussi rouge que les lèvres de Scarlett habituellement. J’avais lâcher ma boisson et joins mes deux mains dessous la table et espérait que n’importe quoi se passe pour que ce moment de malaise disparaisse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Why do you look at me like I was naked ? [Lullaby] Ven 30 Aoû - 16:11

Décidément j'avais fais mon petit effet à Lullaby, à peine je m'étais installé devant elle et commencé à parlé que j'avais l'impression de l'avoir fait complètement buguer. En effet, à mesure que mes paroles résonnaient je pouvais voir l'expression de son visage qui ne savait pas trop ce qu'il devait exprimer mais aussi sa bouche s'ouvrir et se fermer, comme un jouet, mais incapable d'émettre le moindre son, du moins rien d'audible en tout cas. Autant vous dire qu'en assistant à cela je ne pu m'empêcher d'allonger mon sourire, tellement amusé par la scène alors que ça ne devait certainement pas être le cas de la jeune femme. Enfin, d'un côté, si j'avais adopté la même attitude, il y aurait eu fort à parier que jamais on aurait réussi à s'adresser la parole de nouveau, il n'y a rien de pire pour effacer la gêne que deux personnes gênés. Du coup voilà, de part ma bonne humeur je l'aidais à passer cette étape ! … Ou pas, cela dit je trouvais que ça n'en restait pas moins la meilleure attitude à adopter pour le moment et à n'importe quel moment pour n'importe quelle situation d'accord.

Finalement elle parvint à former des mots. Bien ! Bonne fille ! Cela n'en resta pas moins décousu, ce qui me donna tout le mal du monde pour me retenir d'exploser de rire. J'espérais vraiment qu'elle ne prendrait pas mal mon sourire en coin, ce serait bête d'aggraver les choses de cette manière. En tout cas cela expliquait bien des choses, qu'elle soit une fée, notamment vis à vis de sa réaction. Des fées j'avais pu en connaître quelques unes depuis la fin de la malédiction et elles étaient toutes généralement très pures. Seule Absynthe semblait faire exception, n'ayant pas vraiment changé depuis qu'elle avait retrouvé qui elle était, toujours aussi chaude que la braise, ce qui était assez drôle d'ailleurs quand on la comparait aux autres, tenant du coup plus de la définition d'une Pixie. Alors que Lullaby baissait les yeux, devenant aussi rouge qu'une belle tomate et marmonnant des mots incompréhensible, même pour elle sûrement, je fis passer ma main sous son menton pour l'obliger à relever la tête et parvenir à capter son regard. Je me rendais bien compte que cela ne faisait qu'empirer la situation, mais je devais avouer que cela m'amusait terriblement.

« J'espère que ça a été une bonne première alors, hein ? Sinon je risque d'être vexé. Mais une fée, j'aurais dû le deviner, c'est vrai que tu en as le profil. À ne surtout pas prendre mal, hein ? Ce serait même tout l'opposé. »

Je quittais alors le contact de son visage pour m'adosser contre le fauteuil, posant mes bras le long du dossier et croisant les jambes en prenant un air léger.

« Si j'en ai parlé à ta sœur ? Non, t'inquiète ! Enfin principalement parce que je n'ai pas vraiment eu le temps de vraiment lui parler depuis, autrement je n'y aurait sans doute pas manqué, haha ! Heureusement tu avais la bonne étoile de ton côté du coup … Enfin … logique sachant que c'est une fée, mais tu m'as compris. Mais d'accord, je n'en parlerais pas à Delilah si tu veux. »

C'était dommage qu'elle ne veuille en parler, ça aurait fait une anecdote tellement amusante à raconter. Enfin, certain préférait garder ce genre d’événement pour eux, sans comprendre réellement je me devais de l'accepter, c'était leur choix après tout. Rah, ce que j'aurais aimé voir la réaction de Delilah si j'avais eu le temps de lui raconter ! Enfin, de toute manière je savais que cette histoire finira bien par refaire surface un jour ou l'autre, il n'y avait qu'à espérer pour Lullaby que cela viendrait d'elle, sinon la pauvre n'aurait pas fini de rougir pour le restant de sa vie.

« Mais donc … tu n'avais vraiment jamais vu un homme nu avant ce jour là ? Je veux dire … jamais jamais ? Ok, vous les fées vous êtes plutôt chastes et pures … enfin ça dépend les quelles mais disons en règle générale, cependant même pas tu as vu une fée mâle dans son plus naturel apparat ? Ou même ici, à Storybrook, surtout ici d'ailleurs, genre dans les vestiaires ou autre ? Ok, tout n'était pas réel mais tu dois bien avoir un souvenir de ce genre, non ? »

Comment ça j'étais insistant ? Bon, ok, je me montrais sans doute un peu trop curieux, mais bon, c'était plus fort que moi ! Moi qui avait toujours été plutôt dévergondé, j'avais tellement d'anecdotes à raconter sur ce sujet, des drôles comme des plus … captivantes dirons nous. Alors tomber sur quelqu'un d'aussi innocent faisait poindre en moi une immense curiosité.

« Excuse moi si je suis un peu indiscret, je dois t'avouer que c'est rare quand je tombe sur quelqu'un comme toi. Enfin comme toi, tu m'as compris. Et puis ça donne l'occasion de faire un peu connaissance depuis le temps ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Why do you look at me like I was naked ? [Lullaby] Jeu 12 Sep - 19:23

Il me faisait sentir comme une idiote, et j'avais l'impression qu'il se moquait de plus en plus de moi. Je me sentais à la fois brisée et à la fois sur le point de lui hurler que c'était un idiot et qu'il était vraiment méchant de se moquer de moi, comme il le faisait. J'étais une fée et c'était ma nature de ne pas connaître ce genre de choses. Et alors ? qu'est ce que cela pouvait lui faire? Je me voyais ouvrir et fermer la bouche, sans pouvoir faire quoi que ce soit. Il était là, à l'aise et moi je ne pouvais dire mot. J'avais l'impression que les gens autour de moi me regardaient comme une bête curieuse, je levais les yeux pour regarder sur le côté et effectivement je constatais leur regard furtif vers nous et assister à ma mise à mort par cet individu que je ne connaissais quasiment pas.

J’avais envi de me lever et fuir cette situation, me lever et claquer la porte sur ce garçon qui semblait trouver la situation bien amusante. Son sourire, même si il était discret était bien visible, malgré que mon regard soi baissé. Je me dis que finalement fuir une deuxième fois ne serait pas une surprise pour lui, alors tournant légèrement ma tête sur le côté, j’allais attrapé ma petite pochette lorsque soudain je sentis sa main me frôler le menton pour remonter le visage et planter son regard droit dans le mien. Je sentis alors mes joues s’échauffer à cause du contact de sa main sur ma peau, car si je n’avais jamais vu de garçon tout nu, il était de pair que jamais aucun d’eux ne m’avait même touché et quand à m’être fait embrasser, c’était tout aussi inconnu pour moi. J'eus un mouvement de recul, je lui lançais un regard noir, je le détestais de me déstabiliser ainsi, mais je réussis quand même à articuler quelques mots :

"Oui les fées sont en générale assez novice dans tout ce qui concernent le domaine .. euh .. enfin vous voyez ce que je veux dire.."

Je rebaissais les yeux, je le voyais encore sortir de l'eau et mettant sa main sur le front pour éviter que le soleil l'aveugle, et moi durant quelques secondes je restais là sans bouger et fuir.

"Je suis désolée d'ailleurs de vous avoir.. enfin de t'avoir..."

Je ne savais pas si je devais le tutoyer ou le vouvoyer, je me sentais trop gêner pour arriver à me détendre et avoir une conversation normal, je ne pourrais sans doute jamais le regarder comme je l'avais regarder les rares fois que je l'avais croiser chez moi, quand il venait voir ma soeur.

"... désolée d'être arriver comme ça durant ... votre .. ton bain... "

Et la je sentis mes nerfs s'éveiller et je craquais totalement :

"Oh et puis mince, j'ai jamais vu d'homme tout nu et alors?? c'est pas un crime.. et puis mince c'est pas obligatoire, j'étais non seulement une jeune fée mais du coup je suis très jeune en tant qu'humaine.."


En lançant toute cette tirade j'avais planté mon regard dans le sien, je sentais que ma respiration s'accélérerait, je m'énervais et il était rare que je le sois, mais lui, ce garçon, il me rendait folle, il avait réussi à me faire sortir de mes gongs. Et son sourire en coin me déstabilisait, ne croyez pas qu’il me plaisait, Oh mon dieu loin de là, mais j’enrageais de me dire que le premier garçon que je voyais nu était un garçon qui justement n’était pas celui que j’avais choisi.

"... du coup je ne pense pas que ce soit vraiment « étrange » que je n’ai pas eu le « plaisir » de connaître la nudité humaine…"

Soudain je me rendis compte que mes tremblements se calmaient, quelque chose faisait que la situation me gênait moins, je me demandais bien quoi. Et puis je compris, sa voix, oui sa voix. Malgré sa curiosité qui était totalement déplacée à mon égard, je trouvais sa voix reposante et je compris alors qu’il essayait de me rassurer, il s’y prenait pas vraiment bien, mais je devais lui pardonner le fait qu’il semblait un peu trop fier pour se rendre compte de mon malaise de continuer en parler encore et encore et encore …

" Passons si cela ne te dérange pas… je préfère ne plus en parler ….et la curiosité est un défaut que beaucoup d’humain possède … "

Je me sentais mieux, et plus sûre de moi, je n’allais surement pas lui dire la raison, cela lui aurais surement fait un peu trop plaisir, mais je ne voulais pas non plus continuer à subir les propos qu’il me lançait alors essayant de me remettre de mes émotions, je souris et repris ma boisson entre mes deux mains et bu une gorgée avant de poursuivre :

" …défaut que je possède également mais que j’essaye de contrôler… "

Et je me rendis compte alors que ce que je venais de dire pourrais l’avoir vexé, donc j’ajoutais :

« …ce qui n’est pas le cas de ma timidité, ça c’est un état que je n’arrive apparemment pas à contrôler.. »

Et je sourie tout en soupirant et en rougissant toujours, espérant qu’il comprenne que je souhaitais tirer un trait sur toute cette situation gênante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Why do you look at me like I was naked ? [Lullaby] Sam 14 Sep - 13:40

C'était véritablement amusant de voir avec quelle facilité je parvenais à la faire sortir de ses gonds. C'était les cibles les plus drôles, les prudes, pourquoi ? Tout simplement parce que, tout d'abord, elle se cache, ont honte et, après les avoir juste un peu titillées, elle se mette à monter sur leurs grands chevaux leur fierté d'être comme elle sont. Avec Lullaby, j'avais exactement ce même scénario qui était en train de se reproduire. Je crois bien que ce fut le moment où j'eus posé ma main sur elle qui fut le déclencheur de la minuterie qui allait bientôt la faire exploser. Car en effet, à peine l'avais-je effleuré qu'elle s'était reculée, me lançant un regard noir qui aurait bien pu me faire peur si je n'était pas … et bien moi ! Comment vous dire que toute cette situation me donnait envie d'éclater de rire mais que je me retenais de toute mes forces pour ne pas la froisser ?

Mais d'abord, le plus adorable, ce fut quand elle se lança dans sa petite explication concernant ses semblables. C'était tellement meugnon comment elle évitait soigneusement d'utiliser chaque mot un peu tendancieux dans une conversation qui ne pouvait que l'être. Et puis son indécision à me vouvoyer ou me tutoyer, cette fois je ne put empêcher un immense sourire amusé d’apparaître sur mes lèvres. Bah quoi ? Osez dire que vous arriveriez à rester impassible devant une scène pareille !

Et c'est à ce moment précis que la bombe explosa, la jeune fille haussant le ton et passant de gênée à outrée. Je la regardais avec de grands yeux alors qu'elle se lançait dans sa nouvelle tirade. A vrai dire, c'était plus une réaction automatique que de la réelle surprise, en effet, comme je l'avais déjà mentionné plus haut je m'attendais tout à fait à une réaction de ce genre, c'était si prévisible et en même temps toujours surprenant. Alors non, ce n'était pas un crime de ne jamais avoir vu un homme nu, même si de mon point de vu c'était vraiment très étrange, surtout dans ce monde à moins d'avoir été élevé dans un couvent, et oui, c'est vrai qu'elle était très jeune, mais savait-elle qu'à son âge j'avais déjà une assez belle liste de conquête des deux sexes ? Bon, je n'étais pas vraiment le meilleur exemple qui soit, dans ce monde j'avais eu une enfance plutôt merdique et en conséquence j'avais pas mal dérapé avant d'arriver à Storybrook. Bon, au moins je pouvais me consoler en me disant que ce qu'il y avait eu avant Storybrook justement n'avait jamais eu lieu … en fait ça me consolais pas des masses, elle était peut être merdique mais ça n'en restait pas moins ma vie ! … Une d'entre elle en tout cas.

Ce que je trouvais fort dommage par contre, c'était que Lullaby veuille déjà passer à autre chose. Roh c'est bon, il n'y avait pas non plus de quoi en faire un fromage, ce n'était vraiment rien qu'elle m'ait vu nu. Quand enfin elle eut fini de parler, cette fois j'éclatais grandement de rire, attirant au passage le regard de tout le monde dans le petit restaurant avant qu'ils ne retournent à leurs assiettes. Je m'étirais le cou rapidement avant de croiser mes bras sur la table, la regardant directement dans les yeux avec un sourire qui se voulait cette fois rassurant.

« D'accord, si tu préfères, on tire un trait là dessus, bien que je trouve ça dommage. Mais juste une dernière chose, crois moi, ce n'est rien ce que tu as vu, ça arrive, pas besoin d'y donner autant d'importance. » Je pris une gorgée de mon café avant de continuer. « Et certes c'est un vilain défaut mais quel défaut ! En effet, sans curiosité jamais rien d'intéressant ne pourrait nous arriver, n'est-ce pas ? Alors certes ce n'est pas toujours de bonnes choses, parfois tout l'opposé même … en espérant que tu ne penses pas ça de notre mésaventure ! Bref, où je voulais en venir ? Ah oui, c'est la curiosité qui nous fait vivre, par exemple, moi, si je n'avais jamais eu la curiosité de connaître la peur, jamais je n'aurais vécu toutes ces fabuleuses aventures, jamais je n'aurais rencontré tous ces gens formidables, jamais je ne me serais marié. Alors défaut ? Pas de mon point de vu ! »

Bon, j'avais aussi été renié par ma famille à cause de ma curiosité sur le fait d'apprendre la peur et le frisson, mais ça ce n'était qu'un détail qu'elle n'avait clairement pas besoin de savoir ! Non seulement parce que j'avais promis de ne jamais en faire mention, chose raté avec Scarlett, mais en plus je voulais essayer de la motiver à se lâcher un peu plus et pour ça, relever les mauvaises choses n'étant pas vraiment la meilleure idée qui soit.

« Là où je veux en venir Lulla, c'est que oui, tu es une fée qui a dû suivre diverse règle toute sa vie. Mais ici à Storybrook, c'est un nouveau départ qui t'a été offert ! Alors pourquoi le gâcher ? Tu sais, je connais une autre fée tout comme toi, grâce à la malédiction il a apprit à vivre comme jamais il ne l'aurait imaginé, mais quand la malédiction a été brisé … il a comme renié ce passé, trop effrayé, préférant revenir à ce qu'il était à défaut de ce qu'il aimait ... » Je n'aurais sans doute pas dû me lancer là dessus, car cette fois tout sourire avait disparu de mon visage, pour ne laisser place qu'à une apparente mélancolie. Mais dans une grande inspiration je tentais de me reprendre pour continuer mon discours. « Ce que je veux dire c'est … Ne fait pas cette erreur Lulla, vit, aime et apprend, ne reste pas enchaînée à ce vieille adage de bonne fée. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Why do you look at me like I was naked ? [Lullaby] Dim 20 Oct - 14:03




« Finnegan & Lullaby »



   

Underco'



Je comprenais sa vision des choses, être libre de faire ce qu'on voulait était surement quelque chose d'extraordinaire, du moins pour cette autre fée.

"Je ne suis pas comme ton amie, mais ..."

et je poursuivais doucement

"je suis moi, et je ne pense pas devoir en avoir honte, j'aime être comme je suis et mes amies m'aiment comme je suis, et je regrette que je ne fasse pas partie du genre de personne qui rentre dans tes bonnes grâces".


Je baissais mon regard, j'avais dis ces mots car je les pensais sincèrement et ce n'était pas ce petit prétentieux qui allait me rabaisser à cause de ma façon de vivre et d'être, mais j’espérais tout de même ne pas le vexer car je ne le voulais pas. Je pris alors ma tasse et trempais mes lèvres dans la mousse de mon chocolat chaud, mousse qui depuis le début de notre conversation était restée comme figée contre les bords de la tasse et laissèrent une légère couche de mousse sur le haut de mes lèvres que j'essuyais du bout de ma langue.

Je restais sans rien dire un instant, et poursuivant :

"Je ne t'oblige en rien de rester, je comprends ta façon de voir les choses, mais ne penses tu pas que je suis peut être heureuse comme je suis, et que même si je suis, différente de ton "amie" je suis quand même une fille bien, et peut être intéressante et digne d'être ce que je suis. Je ne me suis jamais permise de critiquer la façon de vivre des gens car elle ne me plaisait pas, s'accepter les uns les autres c'est, je pense, le premier pas de la sagesse et du respect d'autrui".

Je soupirais et plissant ma bouche je continuais :

"Ne m'en veux pas d'être ce que je suis et ne crois pas que je ne sois pas heureuse, je vis, j'apprends et j'aime, quand à l'amour, cela est un sentiment bien plus profond que certaines personnes pensent. Je respecte ce sentiment, et je donnerais mon cœur à celui qui le méritera car l'amour c'est sacré."


Je fermais les yeux et revoyais cette personne qui faisait alors battre mon coeur. J'étais en paix avec moi même et je n'allais pas dévier de mes convictions malgré la façon de vivre du monde où nous nous trouvions maintenant.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Why do you look at me like I was naked ? [Lullaby] Lun 21 Oct - 18:41

Oh Terence, si tu savais à quel point tu me manquais. Ce que j'aurais aimé que jamais tu ne prennes la fuite sans dire mot quand tout nous est revenu. Mais je comprend, c'est difficile, je ne peux pas t'en vouloir, moi même j'ai mes soucis. Mais là … j'aurais besoin d'entendre de nouveau le son de ta voix, parler avec toi et résoudre ça ensemble, mais c'est impossible tant que tu me fuis. Alors j'espère vraiment que tu sauras réfléchir à tout cela et que tu ne balayera pas tout ce qu'on a vécu d'un simple geste de la main.

Oui, j'étais vraiment nostalgique de mon passé à Storybrook et du temps que j'avais passé avec Terence. Non pas que ma vie avec Thanaïs ne comptait pas, mais j'avais tant l'impression que la cession de nos contact avec le jeune blondinet avait été infiniment plus violente. Au nom de quoi ? Des règles et des enseignements des fées parait-il, c'était tout ce dont j'avais pu tirer de connaissances communes et cela me tuait. Alors c'est pour ça que je tentais de mettre en garde Lullaby. Ce n'était pas prémédité bien entendu, mais plus je lui avait parlé en cet instant, plus cela me donnait cette même impression de déjà vu. Je voulais seulement lui dire qu'elle ne devait pas me fuir éternellement pour la simple raison de m'avoir vu nu et que c'était inconcevable pour elle, simplement de prendre ça avec un peu de recul, certes gênant mais passé. Seulement … avec mon infini maîtrise des mots, j'avais encore une fois l'impression d'avoir mit les pieds dans le plat et m'en voulait terriblement en l'entendant parler car ce qu'elle disait était vrai mais que ce n'était absolument pas ce que je voulais dire.

Pour le coup ce fut donc un air choqué qui s'afficha sur mon visage pour rapidement laisser place à de la gêne alors que je m'installait un peu mieux sur ma chaise en me mordillant la lèvre face aux conneries que j'avais pu sortir. Je ne voulais aucunement critiquer ce qu'elle était je … merde, si, je critiquais mais pas de cette manière ! Elle était en effet très bien comme elle était et j'étais partisan du « être soit même qu'importe les autres ! » donc je comprenais très bien ce qu'elle voulait dire … Et voilà, je me sentais vraiment coupable. Bon sang ce que j'étais doué …

« Écoute Lullaby, ce n'était pas du tout ce que je voulais dire. Bien sûr que tu es une fille bien et que tu dois reste fidèle à toi même ! C'est pas là que je voulais en venir, je suis juste un idiot fini … Raaaaaaaaaaah ! »

Ouai, je ne m'en sortais pas dans mes explications mais alors pas du tout ! J'avais vraiment l'impression de l'avoir vexé. Mais je ne comptais pas abandonner comme ça, non, je ne voulais pas la laisser sur de mauvaises bases une seconde fois, et cette fois pire qu'avec le choc de m'avoir vu nu. Je me calmais et reprenait mon sourire.

« Lulla, bien sûr que tu es géniale, tu es même extra je trouve. Je ne voulais pas te dire de changer mais au contraire de ne pas te mentir. Si un jour tu sens que tu dois faire quelque chose ou aimer quelqu'un mais que les règles te l'interdisse, oubli les règles et suit ton cœur ! » Pour un rattrapage ça me sembla pas trop mal ! Et puis c'était moins maladroit dit comme ça qu'avec mon discours précédent. « Par contre je vais te laisser, j'ai déjà fait bien assez de bourdes pour aujourd'hui, héhé. Et puis à ce rythme tu ne finira jamais ton chocolat. Aller, passe une bonne journée et s'il te plaît, oubli l’événement du lac et plus besoin de me fuir voyons ! »

Un petit rire s'échappa de mes lèvres avant de me lever avec mon gobelet. Je l'avais bien assez embêté pour aujourd'hui. Mais fidèle à moi même, je me penchais pour lui donner un bisous sur le front avant de quitter tranquillement le Granny's Dinner.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Why do you look at me like I was naked ? [Lullaby]

Revenir en haut Aller en bas

Why do you look at me like I was naked ? [Lullaby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» un free d'Isabelle Vautier
» Rainbow Lullaby : la custo
» Attention à la censure...
» Halli Hallo !
» Dessins Illuvivius

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy Ever After :: CORBEILLE :: Quartier « Eldorado » :: L'Auberge de Granny-