AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez| .

+ 'cause i'm on top of the world (lewis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: + 'cause i'm on top of the world (lewis) Mar 27 Aoû - 15:45



we can't stop & we won't stop.

La Grand Place de Storybrooke. Un lieu central et essentiel de la vie des habitants. Elle est munie d’une fontaine, de nombreux bancs et concentre pas mal de commerces. On y trouve la supérette, le primeur ou encore la boulangerie. La seule et unique de la ville ! Oui, autant vous dire qu’elle brasse donc de nombreux clients toute la journée et ce cinq jours par semaine (vous ne voulez pas non-plus les horaires d’ouverture tant qu’on y est ?...). C’est une boulangerie/pâtisserie en réalité. Elle est tenue par un couple. La boulangère et le pâtissier. Deux vendeuses y travaillent. L’une est là tous les jours, l’autre est à mi-temps. D’ailleurs c’est l’heure de la pause pour la vendeuse en chef. Une pause de déjeuner d’une heure et demi pendant laquelle elle en profite toujours pour se perdre dans ses pensées et fumer une ou deux cigarettes. L’une des vilaines addictions qu’elle a découvert dans ce monde mais dont elle n’arrive plus vraiment à se passer…Oh ce n’est pas une grosse fumeuse mais ce truc a le pouvoir de la détendre comme par magie. Si vous me permettez ce mot. Adossée à l’un des murs de la boulangerie elle expire lentement la fumée en secouant la tête, emmêlant ses cheveux au passage. Oui, cette pause fait partie de son rituel journalier, tout comme se rendre sur les docks lorsque le soleil se couche pour observer le va et vient des vagues. Nostalgique de son pays ? Un peu. Tous les gens qu’elle voie défiler chaque jour semblent s’être parfaitement acclimatés à la ville et ne se plaignent pas d’être encore coincés ici mais cette réalité est pesante pour Delilah, même si cette ville est devenue sa deuxième maison. Les habitants sont un peu comme une "famille d’accueil".

Faudrait qu’elle arrête de se voir des familles partout un jour. Elle écrase le mégot contre la semelle de sa chaussure pour l’éteindre et lève les yeux vers le ciel. C’est une journée magnifique. Aucun nuage à l’horizon, juste le soleil et les oiseaux qui piaillent gaiement. L’idée de retourner s’enfermer dans la boulangerie pour une longue et chaude après-midi à empaqueter des baguettes et des gâteaux n’est pas vraiment la plus tentante du monde à l’heure qu’il est. Elle soupire bruyamment et tâtonne le long de la poche de sa veste en jean pour trouver son paquet. Elle l’en extirpe, se demande au préalable si c’est raisonnable mais finit par abandonner en dégainant une nouvelle cigarette qu’elle s’empresse d’allumer avec son fidèle zippo. Après tout ça ne peut pas être plus nocif que fumer le calumet de la paix ! Et quand cette idée se formule dans son esprit on peut dire que ça sent le vécu. Repenser à tout ça la fait sourire. Les folies sont les seules choses que l’on ne regrette jamais mais les souvenirs sont les seules qui ne s’effacent pas.  Elle tient grâce à ça : l’espoir. Un jour ils trouveront une solution pour tous repartir d’où ils viennent. En attendant plus que vingt minutes. Plus que vingt minutes avant qu’elle ne se glisse de nouveau derrière la caisse pour accueillir les gens avec le sourire et leur demander mécaniquement comment s’est passé leur week-end. La seule chose qui traverse son esprit à cette instant est : heureusement qu’il y a la clim’ à l’intérieur, sinon a la fin de la journée ce serait une véritable fournaise.


made by BOHEMIAN PSYCHEDELIC


Dernière édition par Delilah J. Disraeli le Sam 31 Aoû - 12:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lewis J. Blackstone
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Bazzart
⇜ feat by : Robert Downey Jr

ժ Messages : 79
ժ Sous d'or : 11
ժ Âge : 44 ans
ժ Profession : Detective privé
ժ Conte : Sherlock Holmes
ժ Qui es-tu en réalité ? : Sherlock.

MessageSujet: Re: + 'cause i'm on top of the world (lewis) Mar 27 Aoû - 20:17


LEWIS & DELILAH
« 'Cause I'm top of the world  »

Une journée de plus dans la vie d'un éternel insatisfait. Une journée où il reste chez lui, où il tourne en rond dans ses recherches. Une journée où ses souvenirs lui echappent, et où sa tête lui fait mal. A chaque fois qu'il essaye de forcer la porte de ses souvenirs, son front se met à chauffer et il se sent mal. C'est agaçant, mais surtout très irritant pour lui qui déteste laisser les choses lui échapper. Alors comme toujours il note, il noircit son petit cahier, le relit, réécrit, modifie. Mais il n'avance pas. Excédé, il se lève, referme d'un coup sec son cahier et le range à sa place, dans sa poche de manteau. Il enfile ce dernier, pousse un grognement, enjambe le bordel complet de son appartement et sort. Il se met à marcher, sans trop savoir où il va, son estomac lui fait mal, ça fait presque quatre jour qu'il n'avale que des médicaments, pour essayer de perdre le moins de temps possible en mangeant. Il sait bien que chaque gellule lui ruine la santé mais cela ne l'atteint pas. Il a l'habitude. A vrai dire, il n'a absolument pas peur de la mort. Il sait qu'elle règne, mais il ne laissera pas la grande faucheuse l'atteindre, il s'aime sans doute trop pour cela. Et jusqu'à aujourd'hui, son corps robuste a tenu. Alors pourquoi arrêterait-il tout maintenant ?

Il s'arrête devant la boulangerie et observe la devanture, cigarette en bouche. Il se dit qu'il avalerait bien quelque chose de mangeable, qui lui remplirait l'estomac. Mais il déteste perdre son temps alors il n'hésite pas plus, son estomac crie famine. Il entre donc dans la boulangerie et va vers la vendeuse, à laquelle il n'adresse pas même un sourire. Lewis ne sourit que très rarement aux femmes. Il regarde le présentoir, puis la brune en face de lui, froid, assez dégoûté d'une journée aussi mauvaise pour lui. « Deux croissants, s'il vous plait.  » Il est polit, au moins c'est déjà cela. Il observe la vendeuse. Ce n'est pas la première fois qu'il vient, il la reconnait. Elle lui semble s'appeler Delilah, il a entendu quelqu'un l'appeler comme ça un jour. Elle est très mignonne, et souriante, la parfaite petite vendeuse. Malheureusement, lui ça ne lui fait pas grand chose. Il est amoureux sans le savoir, et en plus totalement fou. « Et une baguette.  » Cela lui fera à manger pour une semaine.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.

_________________
Elementary, my dear Watson.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: + 'cause i'm on top of the world (lewis) Mar 27 Aoû - 23:46



We can't stop & we won't stop.

Regardant toujours le bâtonnet incandescent se consumer elle finit par le jeter au sol avant de l’écraser sans aucun ménagement avant même d’avoir terminé de le fumer. Aucune motivation à rien aujourd’hui, décidément. Bon, autant rentrer tout de suite à l’intérieur pour tenter de faire un truc constructif. D’un pas décidé elle pousse la porte de la boulangerie et se glisse derrière le comptoir. Elle va chercher un tablier dans le vestiaire pour protéger ses vêtements d’éventuelles chutes de farine au cours de la manipulation des produits. Ou des taches de chocolat ! C’est vicieux le chocolat vous savez. Elle noue rapidement ses cheveux en queue de cheval haute dans un mouvement fluide pour avoir les yeux dégagés. Elle est prête à reprendre le travail et retourne la pancarte de la devanture pour qu’elle affiche "open" avant de reprendre sa place derrière la caisse. Elle souffle une fois de plus et regarde la pendule suspendue face à elle. Ok, plus que quatre heures. Ça devrait le faire. Elle devrait pouvoir tenir sans se désintégrer ou manger quelqu’un. Manger…Maintenant elle réalise que ce midi elle s’est perdue dans ses réflexions et qu’elle n’a rien acheté pour grignoter. Elle a donc le ventre vide et déteste cette sensation. En plus de ça les pains au chocolat la narguent, c’est limite si ils ne lui tirent pas la langue. Comment ça elle divague ? Les clients recommencent à affluer et elle s’absorbe dans son travail.

Jusqu’à ce qu’une personne particulière passe le pas de la porte. Elle l’a vu arriver de loin et l’a regardé remonter la rue, l’observant d’un air intrigué. Il faut dire qu’il n’était pas passé à la boulangerie depuis un bail et qu’elle s’en était presque inquiété. Bon, ce n’est pas vraiment étonnant qu’il ne veuille plus venir quand on sait à quel point Delilah est une chieuse avec lui mais quand-même. C’est donc avec un sourire en coin un brin mutin qu’elle accueille Lewis Blackstone. Elle a perdu tout espoir de le faire sourire un jour d’ailleurs, mais pas grave puisqu’elle adore l’embêter. Il n’a pas vraiment l’air enchanté d’être là. Mauvaise journée sans doute. Froid et impassible, pour changer. La vendeuse a tellement l’habitude qu’elle ne s’en offusque même plus. Elle attend sagement qu’il lui demande d’empaqueter des trucs.« Deux croissants, s'il vous plait.  » Delilah note le "s’il vous plaît". C’est déjà ça. Un peu de courtoisie dans ce monde de brutes ! Elle vérifie d’un regard qu’il reste des croissants et attrape un ustensile pour en saisir deux qu’elle dépose sur un sachet en papier. « Je suis vexée, on ne dit même plus bonjour. » Une enfant. C’est vrai quoi, sa réplique est digne de celle d’une gamine de huit ans tout au plus ! Elle glisse les deux viennoiseries dans le sachet qu’elle ferme avec une bande adhésive. Elle ne se presse pas. Il n’y a pas d’autre client derrière Mr. Blackstone et elle sait qu’il a horreur de perdre son temps. Ça fait partie du jeu voyons ! « Et une baguette.  » Elle cherche les baguettes du regard et constate qu’il n’y en n’a plus à l’emplacement habituel. Une nouvelle fournée se trouve un peu plus loin, elle vient juste de sortir du four et repend son fumet dans toute la boulangerie. « Tout de suite monsieur ! » Elle se dirige d’un pas énergique vers l’entassement de pain mais marque soudain un temps d’arrêt et revient vers le comptoir. « Mais vous savez que c’est l’heure du repas et non celle du goûter ? C’est bien frugal tout ça. » Puis elle retourne à son occupation, attrapant la baguette la plus jolie et la plus dorée pour la poser devant sa caisse. Bas oui elle est quand-même gentille, ce n’est pas une mégère. « Vous avez mauvaise mine. » Elle lâche cette phrase sur le ton de "oh mon dieu ce qu'il fait beau aujourd’hui" et doit contenir un éclat de rire.


made by BOHEMIAN PSYCHEDELIC


Dernière édition par Delilah J. Disraeli le Sam 31 Aoû - 12:32, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lewis J. Blackstone
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Bazzart
⇜ feat by : Robert Downey Jr

ժ Messages : 79
ժ Sous d'or : 11
ժ Âge : 44 ans
ժ Profession : Detective privé
ժ Conte : Sherlock Holmes
ժ Qui es-tu en réalité ? : Sherlock.

MessageSujet: Re: + 'cause i'm on top of the world (lewis) Mer 28 Aoû - 11:46


LEWIS & DELILAH
« 'Cause I'm top of the world  »

L'espace d'un instant il avait espéré que la brune ne le reconnaîtrait pas. Bon c'était un souhait totalement vain dès le départ, car la jeune femme n'était surement pas si idiote, et à chaque fois que le brun venait, elle ne manquait pas de le reconnaître. A la seconde où elle posa les yeux sur lui, il su que c'était trop tard et un profond soupir lui échappa. En effet, Delilah prenait un malin plaisir à taquiner son interlocuteur. Et à la longue, il trouvait ça à la fois lassant mais pourtant il prenait goût au jeu, même si cela l'agaçait. Mais il la laissait faire, il savait qu'elle y prenait du plaisir. « Je suis vexée, on ne dit même plus bonjour. » Il leva un sourcil, croisant les bras. Elle ressemblait à une gamine de huit ans. Pour quelqu'un qui détestait les enfants comme Lewis, c'était difficile à supporter. Mais bon il ne pouvait pas y faire grand-chose, il n’y avait qu’une seule boulangerie dans toute la ville. Pourtant, il répondit avec une mine plutôt calme... Pour l'instant. « Je ne dis jamais bonjour, vous devriez en avoir l'habitude. » Evidemment qu'il aurait pu sourire si il le voulait, il n'était pas toujours glacé, cela lui arrivait même de rire, ce n’était pas quelqu’un d’affreusement froid et autoritaire. Mais enfaîte il prenait un malin plaisir à ne pas le faire devant elle, prenant malgré lui goût à ce petit jeu. Il savait que ça lui aurait fait trop plaisir. Il ne dit donc rien, regardant les croissants puis les baguettes. « Tout de suite monsieur ! Mais vous savez que c’est l’heure du repas et non celle du goûter ? C’est bien frugal tout ça. » Il hocha la tête de droite à gauche. Depuis qu'elle s'était tu, il se demandait ce qu'elle pourrait bien dire par la suite pour le taquiner encore et toujours. « J'ai trop de choses à faire pour m'occuper de régler correctement mes repas. » Elle l'observa alors, et il plissa les yeux. D'habitude c'était lui qui observait les gens. « Vous avez mauvaise mine. » Il préférait ne pas parler de cela. En plus elle riait. Il tiqua, ayant envie d'une nouvelle cigarette. « Je vous dois combien ? » Ses derniers temps, il était beaucoup trop préoccupé pour rire. Et c'était peut être mieux, parce lorsque sa folie prenait le dessus, ça faisait presque peur. Il sortit son porte monnaie en cuire de sa poche, voulant régler au plus vite pour retourner chez lui se torturer le cerveau.


FICHE ET CODES PAR EPISKEY.

_________________
Elementary, my dear Watson.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: + 'cause i'm on top of the world (lewis) Mer 28 Aoû - 14:19



we can't stop & we won't stop.

La jeune femme est ravie d’avoir trouvé un interlocuteur un temps soit peu intéressant aujourd’hui tout compte fait. Peut-être pas le plus collaboratif du monde mais c’est déjà ça. Non parce que prendre des nouvelles des animaux domestiques de Mr. Et Mrs. tout-le-monde toute la journée ça va un moment. Voilà pourquoi elle s’était réjouie en voyant Lewis entrer dans la boulangerie. Seulement, elle se rend bien compte qu’il a l’air d’une humeur encore plus massacrante qu’elle. Et franchement pour la battre aujourd’hui dans ce domaine il faut être très fort. Il l’est. Même si elle aurait volontiers égorgé quelqu’un aujourd’hui elle a au moins l’avantage de ne pas paraître torturée en permanence. Ce qui n’est pas le cas du détective privé. Elle sait qu’à l’instant il se demande pourquoi il a commit l’erreur de revenir ici. Privilège d’être l’unique boulangerie de Storybrooke, pense-t-elle. Elle aimerait faire une petite danse de la joie mais bon, elle n’est pas sûre que ses employeurs apprécient vraiment s’ils la voient faire. Déjà qu’elle doute qu’ils aiment qu’elle accapare les clients…« Je ne dis jamais bonjour, vous devriez en avoir l'habitude. » Elle soupire et secoue la tête. C’est vrai qu’elle est habituée. C’est d’ailleurs un truc qui l’exaspère mais elle se retient d’en faire la remarque. Peut-être parce que sa conscience lui hurle de continuer à faire son job comme si de rien n’était, et d’arrêter de papoter dès qu’elle en a l’occasion ? « Oui, c’est vrai. Je devrais apprendre à me contenter du "s’il vous plaît". Que vous me le concédiez est déjà un grand honneur. » Elle ponctue sa déclaration d’une petite courbette derrière la caisse et d’un sourire radieux. Elle n’arrive pas à lutter contre elle-même aujourd’hui. Delilah est d’humeur taquine, c’est un fait. C’est irrépressible. Elle n’est qu’une faible personne qui a besoin de rire un peu pour oublier à quel point la vie peut se montrer dégueulasse. Enfin aujourd’hui c’est surtout pour tromper le mal du pays, il faut bien l’avouer. Ce mal qui se fait de plus en plus pressant chaque jour, qui l’écrase, qui la ronge. Il n’a aucun regard pour elle et se contente de regarder sa commande –qui n’avance pas très vite, il faut le dire-. « J'ai trop de choses à faire pour m'occuper de régler correctement mes repas. » Delilah peut bien jouer les donneuses de leçons autant qu’elle veut, elle ne peut pas se venter de pouvoir répliquer grand-chose sur ce sujet. Bien que toujours pimpante elle est plutôt mince à force de sauter les repas pour diverses raisons. Tenez, ce midi encore. D’ailleurs parler de nourriture et travailler au milieu des viennoiseries lui donne une envie irrépressible de poser tablier et gants pour se jeter sur les tartelettes à la fraise. « Vous êtes détective privé, non ? Je ne suis pas convaincue que ressembler à un cadavre vous aide à attirer les clients. » Elle a dit ça sans aucune ironie, pas même une infime pointe. Elle ne ment pas, elle ne joue pas. Pour une fois. La réalité est bien là même si elle s’amuse avec les mots. Mr. Blackstone a le teint cireux et semble sur le point de s’écrouler de fatigue, ou de faire une crise de nerfs. C’est selon. « Enfin non pas que vous ressembliez à un cadavre. » Oui, c’est vrai que ce n’était pas vraiment une remarque très sympathique. Elle tombe mais tente comme elle peut de se raccrocher aux branches de l’arbre. Seulement elles craquent sous son poids. « Enfin je dis ça comme ça hein. » Autant dire qu’elle s’enfonce. Elle regarde tour à tour Lewis puis la baguette, se disant que ce n’est pas trop grave et qu’elle ne fait pas mentir la réputation d’emmerdeuse qu’elle s'est déjà battis auprès de lui. Elle resserre quand-même sa queue de cheval pour se donner une contenance et jette un furtif coup d’œil à l’arrière boutique pour vérifier qu’aucun de ses patrons n’est dans les parages à la surveiller. On ne sait jamais. « Je vous dois combien ? » Attendez, vient-il d’ignorer superbement ce qu’elle lui avait dit à propos de sa mauvaise mine ? On dirait bien. Elle le regarde et voit qu’il avait déjà sorti son porte-monnaie, visiblement prêt à détaler le plus vite possible dès qu’elle l’aurait encaissé. Elle fronce les sourcils. Après tout elle n’a même pas fini de s’occuper de la baguette qu’il lui a demandée ! « Attendez au moins que j’ai fini d’empaqueter votre baguette avant de vous enfuir. » Et un éclatant sourire d’emmerdeuse de plus ! Elle commence à rabattre le papier en-dessous de la baguette par-dessus celle-ci comme on lui a appris. Ou plutôt comme c’est gravé de manière indélébile dans ses faux souvenirs.

made by BOHEMIAN PSYCHEDELIC
Revenir en haut Aller en bas
Lewis J. Blackstone
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : Bazzart
⇜ feat by : Robert Downey Jr

ժ Messages : 79
ժ Sous d'or : 11
ժ Âge : 44 ans
ժ Profession : Detective privé
ժ Conte : Sherlock Holmes
ժ Qui es-tu en réalité ? : Sherlock.

MessageSujet: Re: + 'cause i'm on top of the world (lewis) Dim 1 Sep - 19:24


LEWIS & DELILAH
« 'Cause I'm top of the world  »

Lewis avait énormément de défauts. Il était misogine, anti-social, anti-affectif, impatient, il ne pouvait s'empêcher de se bousiller la santé, de tester ses expériences sur son chien ou encore de se gaver de médicaments. C'était un homme robuste, fier, droit et pourtant pas glacé. Il était même plutôt taquin. Seulement c'était une partie de sa personnalité qu'il ne dévoilait pas en présence de n'importe qui. Drôle de personnage. Il aurait fallu juste d'un petit sourire. Quel sadique, quel joueur même. « Oui, c’est vrai. Je devrais apprendre à me contenter du "s’il vous plaît". Que vous me le concédiez est déjà un grand honneur. » La brune poussa un soupir. C'est vrai que Lewis ne disait que très rarement bonjour. Ça aussi, c'était un peu pour la provoquer. Mais c'était elle qui avait commencé à jouer avec lui, il ne se sentait pas une seconde coupable. « Exactement, c'est un immense honneur que je vous accorde ! » Il se réveillait un peu, bien décidé à répliquer. Parce que même mourant il ne se laisserait pas marcher sur les pieds. Surtout pas par une femme ! Il observa sa courbette et retint, évidement, un petit sourire en coin. Elle jouait, taquine, il répondait, taquin. Il lui adressa un mouvement de tête, une fois qu'elle eut finit de se courber. « Vous êtes détective privé, non ? Je ne suis pas convaincue que ressembler à un cadavre vous aide à attirer les clients. » Ses yeux se plissèrent, son sourcil gauche se leva, il prit une mine à la fois méfiante et interrogative. Est-ce qu'elle venait de le traiter de cadavre là ? Un léger grognement lui échappa.  « Enfin non pas que vous ressembliez à un cadavre. » Elle s'enfonçait là. Il eu presque envie de rire. « Ah oui...? Qu'est ce que vous vouliez dire par le mot cadavre alors ? » Là il la provoquait, il l'enfonçait un peu plus. Parce que c'était le client, et qu'elle n'avait pas vraiment le droit de traiter les clients de cadavres. « Enfin je dis ça comme ça hein. » Il leva les yeux au ciel et chercha à régler rapidement, lui demandant combien il lui devait. Elle le retint cependant. « Attendez au moins que j’ai fini d’empaqueter votre baguette avant de vous enfuir. » Un petit soupir lui échappa. « Vous le faites exprès de travailler lentement... Dites le hein, je le vois bien. Qu'est-ce que vous cherchez à faire : me provoquer ? »  Il pencha la tête sur le coté.


FICHE ET CODES PAR EPISKEY.

_________________
Elementary, my dear Watson.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: + 'cause i'm on top of the world (lewis)

Revenir en haut Aller en bas

+ 'cause i'm on top of the world (lewis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Pré-trip report Walt Disney World et Universal Studios (30 Août au 13 Septembre)
» Tales Of Symphonia : Dawn Of The New World
» Transport entre WDW, parc universal et sea world
» FLORIDE 2010 WALT DISNEY WORLD
» WORLD EATERS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy Ever After :: CORBEILLE :: Ancien RP-