AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez| .

De la tarte ? Promis ce n'est pas empoisonnée ! ► Regina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Malory G. Warbird
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : <LAZARUS>
⇜ feat by : Hayley Williams

ժ Messages : 1431
ժ Sous d'or : 1389
ժ Âge : 17 ans
ժ Profession : Lycéenne
ժ Conte : Rebelle
ժ Qui es-tu en réalité ? : Mérida

MessageSujet: De la tarte ? Promis ce n'est pas empoisonnée ! ► Regina Dim 11 Aoû - 2:09


J'aime pas les pommes ! Bon ok ... j'aime bien les pommes ...

Je suis assise en tailleur par terre, mon casque sur mes oreilles, mes mains sur mes chevilles, devant le four et la tarte qui est en train de cuir. Bon sang ! Le temps que j’ai mis à la faire cette tarte ! Je me suis même blessée en la faisant ! Alors maintenant j’attends le résultat final ! Enfin … le vrai résultat saura lors de la dégustation. J’espère que ça va plaire. Il le faut. Même si au fond, c’est le geste qui compte surtout, non ? Ça faisait une heure trente à peu près que je cuisinais. Alors j’espérais bien qu’au prix de cet effort monumental, ça allez plaire ! Je regardais ma montre, bientôt dix-sept heures. Mon père était à son boulot, ma mère était au parc avec mes trois petits-frères. J’étais donc seule chez moi. Mon père rentrerait vers vingt-heures, vingt et une heure s’il décidait de fermer tôt aujourd’hui, ou plus tard … ma mère allait rentrer vers dix-neuf heures avec les trois petits monstres pour la douche. J’avais donc à peu près deux heures devant moi. Tiens ! La tarte semblait être prête !

Je prends des gants, la, les machins spéciaux pour sortir des plats brûlants du four. Déjà que je me suis blessée, j’aimerais ne pas me brûler ! Je sors la tarte avec précaution et la dépose tout aussi précautionneusement. Je ferme le four un peu brusquement il faut l’avouer ! Mais sérieux, je n’ai pas envie de me brûler. Bon ! Je suis plutôt satisfaite du résultat. Ça semble pas trop mal cette tarte au citron meringuée. Ça m’aura coûté un doigt que j’ai mis dans un pansement ! Je mets le plat sous cloche. Éteint la musique de mon casque Bluetooth, mets le casque sur mes épaules. Il fait beau aujourd’hui. Je n’ai pas besoin d’enfiler une veste ou un blouson.

Je sors donc avec un T-Shirt plutôt lâche au niveau des épaules gris, un jean, une paire de Converse. Fermant d’une main la porte de la maison, tenant dans l’autre ma tarte au citron meringuée. Je ne vais pas aller bien loin. Juste à côté. La maison du Maire. La Malédiction a été brisé il y a peu, maintenant mes souvenirs me sont revenus. Mes vrais souvenirs. Je sais qui je suis. Mais je sais aussi qui elle est. La Méchante Reine. Tout le monde s’éloigne d’elle maintenant depuis que la Malédiction a été brisée. Mais moi j’ai décidé que je n’avais pas à faire comme les autres. Sérieux ! Elle a certes lancé cette malédiction mais maintenant on est ici ! Et puis … je dois avouer que cette Malédiction m’a … sauvé ! Quelques instants plus tard la Malédiction emportait, ma mère, Mor’Du et moi à l’intérieur de Mor’Du. Donc au final, Regina m’a sauvé ! Certes sans le vouloir, mais elle m’a sauvé. Alors j’espère qu’elle appréciera mon geste.

Bon et bien … me voilà devant la porte de la maison de madame le Maire. Je dois avouer que j’appréhende un peu là … d’une main j’appuie sur la sonnette. J’entends le bruit retentir dans la maison. J’espère un peu au fond qu’elle ne soit pas là, absente. Eh ! Faut que je me ressaisisse ! Je n’ai pas de raison d’avoir peur ! En plus, elle n’a que des doutes sur moi, sur les tags. Aucune preuve. Je n’ai rien à craindre. En plus mon conte, en anglais, s’appelle « Courage » je représente le courage ! Je n’ai pas peur ! J’affiche un sourire détendu et chaleureux. Et puis, si elle ne veut pas de la tarte … moi je ne dis pas non pour tout manger ! Mais il faut que je lui dise qu’elle m’a sauvé ! Il faut qu’elle le sache ! Qu’au moins qu’elle sache qu’au moins une personne dans la ville n’est pas contre elle.

fiche par BOHEMIAN PSYCHEDELIC, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite

_________________
    i just want to be free

    FREEDOM IS A BIRD FLYING OVER A SEA OF ​​VIBRANT COLORS
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Regina Mills
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : hollow bastion + tumblr.
⇜ feat by : lana parrilla.

ժ Messages : 375
ժ Sous d'or : 400
ժ Âge : trente-cinq ans.
ժ Profession : maire de storybrooke.
ժ Conte : snow white and the seven dwarves.
ժ Qui es-tu en réalité ? : the evil queen.

MessageSujet: Re: De la tarte ? Promis ce n'est pas empoisonnée ! ► Regina Dim 11 Aoû - 15:15



Malory & Regina.


Son pommier périssait littéralement. Assise sur le banc dans sa cour arrière, Regina Mills contemplait la pourriture s’emparer, fruit par fruit, branche par branche, de l’un de ses quelques souvenirs de la Forêt Enchantée. Outre l’arbre, qu’elle avait vu grandir depuis sa tendre enfance, elle possédait toujours sa collection personnelle de cœurs rouges battants, tous cachés dans le caveau des Mills, ainsi que la bague de fiançailles que Daniel lui avait donnée… Paniquée, la brunette regarda soudainement sa main gauche, puis soupira en se souvenant qu’elle avait dû sacrifier le précieux objet, non précieux de par sa valeur monétaire, mais de par sa valeur sentimentale, afin de faire fonctionner le fichu chapeau de Jefferson il y avait quelques jours. Tout cela pour pas grand-chose, finalement ; elle avait certes pu retrouver et utiliser sa pomme empoisonnée pour fabriquer une tarte aux pommes destinée à endormir Emma Swan, mais les résultats n’avaient pas été ceux escomptés, loin de là. De un, c’était son fils Henry qui avait été la victime du maléfice, ce qui la faisait sentir coupable de ne pas l’avoir eu mieux à l’œil. D’ailleurs, elle ne savait même pas où est ce qu’il était passé la nuit précédent le drame ; lorsqu’elle était allée dans sa chambre le matin pour lui demander ce qu’il voulait manger pour le petit-déjeuner, elle avait réalisé qu’il avait pris la poudre d’escampette pendant la nuit, probablement. Il n’était pas bien difficile de deviner avec qui, c’était toujours la même chose depuis que sa rivale était arrivée en ville. De deux, sa malédiction avait été brisée. Un simple baiser sur le front avait suffi à rompre l’enchantement qui persistait depuis vingt-huit ans. De nouveau, Regina était le paria du village. Et finalement, de trois, la joyeuse famille des Charmings lui avait encore une fois ravi Henry. Il était en effet plus que probable que ces parfaits hypocrites, qui vantaient les bienfaits du « bien » alors que certains d’entre eux avaient commis des actes aussi horribles qu’elles – elle eut alors une vague pensée pour le loup-garou, dont elle avait entendu vaguement parlé à la Forêt Enchantée ; bref il était plus que probable que ces bonnes gens aient jugé plus sage de garder le garçon avec eux. Ils craignaient sans doute que Regina blesse ou manipule Henry à ses propres fins, ce en quoi ces idiots avaient tort ; jamais elle ne lèverait la main sur son fils, du moins pas volontairement, pas pour réellement lui faire du mal. Enfin, comme il ne se trouvait pas avec elle, rien ne pourrait se produire, ce qui réglait la question.

Regina avait l’impression que tout ce qu’elle faisait ces temps-ci était vain et désespéré. C’était avec un certain désespoir qu’elle avait fait appel au Chapelier, avec le même désespoir qu’elle avait donné le dessert maudit à Swan. Et maintenant, la seule chose qui lui tombait dessus était la solitude, une solitude lourde et pesante. C’était dans ces moments-là que le maire se demandait comment elle avait pu régresser à ce qu’elle était devenue au fil des ans, comment tout avait dégénéré à ce point. Elle n’avait jamais vraiment contrôlé sa vie, sauf lorsqu’elle avait pris la tête du royaume suite au décès de Leopold, et se disait avec amertume que cela n’avait guère changé à Storybrooke. Certes, elle était maire, mais elle n’avait pas retrouvé ses pouvoirs magiques, contrairement à ce qu’elle avait pensé, et se trouvait dans une position de faiblesse des plus accablantes. Ses ennemis devaient réfléchir à ce qu’ils allaient faire d’elle. Regina pouvait très bien s’enfuir de sa maison et aller se terrer quelque part, dans le caveau familial par exemple, mais ce n’était pas son genre. Elle était bien des choses, certes, toutefois ce n’était pas une lâche. Elle préférait les affronter, tous autant qu’ils étaient, que de prendre la fuite comme la dernière des peureuses. S’ils voulaient venir chez elle réclamer sa tête, eh bien qu’ils viennent. Soudain, alors qu’elle jetait encore un regard désolé à son arbre préféré, Regina entendit en sourdine la sonnette retentir comme un glas dans sa maison. Ah, ils n’avaient pas pris tant de temps que cela à venir chez elle, finalement ! Curieux qu’ils se soient donnés la peine d’appuyer sur la sonnette tout de même ; Regina avait imaginé qu’ils auraient défoncé avec violence la porte d’entrée, ou quelque chose dans ce goût-là ; il lui semblait que c’était là un geste suffisamment héroïque pour le célèbre Prince Charming. La brunette, les sourcils froncés, se leva de son banc et rentra à l’intérieur de son chez-soi. Elle alla directement à l’entrée et, sans la moindre hésitation, ouvrit la porte d’un geste vif et sec. Quelle ne fut pas sa surprise en réalisant qu’aucune troupe sanguinaire ne brandissait des fourches et des torches allumées, qu’aucune foule en colère ne scandait « vengeance ! » en chœur. Non, il n’y avait derrière la porte qu’une jeune femme, ou plutôt une adolescente si on se fiait à sa tenue vestimentaire, qui lui souriait chaleureusement et qui lui présentait une tarte qui semblait fort bien réussie. Regina, qui parvenait à bien cacher ses émotions, ne fit qu’hausser les sourcils, une main posée sur le cadre de porte et l’autre, sur sa hanche. Elle reconnaissait la rouquine, elle pourrait reconnaître cette crinière de feu n’importe où ; seulement, elle n’arrivait pas à comprendre ce qu’elle faisait là, avec un dessert à la clé ! À moins que ce ne soit un piège ? Était-ce elle, une figure fougueuse mais somme toute innocente, que les Charmings avaient désigné pour embobiner la Méchante Reine ? En étaient-ils arrivés à un coup si bas ? La brunette était intriguée, c’était le cas de le dire, mais se força à garder un ton cordial et froid : « Miss Warbird, je ne m’attendais pas à vous revoir. » En effet, les deux femmes s’étaient déjà rencontrées avant Storybrooke ; Regina était allée sur les terres de la famille de Merida afin d’y conclure une alliance et était tombée en chemin sur cette étrange rouquine pleine de vie. Une rouquine qui semblait embrasser sa liberté et qui n’avait personne pour lui dire que ce n’était pas digne d’une dame. Une certaine pointe de jalousie s’était emparée de la brunette, mais afin de cacher cette faiblesse, elle n’en avait absolument rien paraître. Regina regardait toujours Merida, ou plutôt Malory dans ce monde, d’un regard méfiant. « Je suppose que vous avez une bonne raison de vous être déplacée jusqu’ici ? » demanda-t-elle finalement. C’était ainsi que Regina voyait les choses : si on lui rendait visite, c’était forcément pour un renseignement ou un service quelconque, jamais par courtoisie. Qui serait assez fou pour jouer les copains avec la Méchante Reine, allons donc !

_________________

carry on my wayward son

blinding darkness surrounds me. and i am reaching for you only. this hopelessness that drowns all that I believe will be the one thing that i need. for you only. there's a hunger it's slowly growing, chasing shadows but never knowing if all that I have done is keeping me from you.
@TUMBLR GIFS - STUNNING - TRADING YESTERDAY
Revenir en haut Aller en bas
Malory G. Warbird
avatar

Once Upon A Time
I want more !
⇜ crédit : <LAZARUS>
⇜ feat by : Hayley Williams

ժ Messages : 1431
ժ Sous d'or : 1389
ժ Âge : 17 ans
ժ Profession : Lycéenne
ժ Conte : Rebelle
ժ Qui es-tu en réalité ? : Mérida

MessageSujet: Re: De la tarte ? Promis ce n'est pas empoisonnée ! ► Regina Dim 11 Aoû - 19:09


Dis ?! On s'attrape des caries ensemble ?